Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Corvus


Corvus

ISBN : 978-236051035-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Paul Kearney

Vingt-trois ans ont passé depuis que les Macht ont retrouvé le chemin de leur foyer après la lutte contre l’Empire Asurian. L’homme qui dirigeait cette armée, Rictus, est maintenant un capitaine mercenaire âgé et fatigué. Il ne souhaite rien d’autre que poser sa lance et devenir le fermier que son père était.
Mais le destin ne voit pas les choses de cette façon. Un jeune chef de guerre, stratège de génie, prend la tête des mercenaires et défie les nations. Son nom est Corvus.
Les rumeurs prétendent qu’il n’est pas seulement humain. Il deviendra un grand roi.

Critique

Par Merwin Tonnel, le 19/10/2011

Après 10 000 – Au Cœur de l’Empire, Paul Kearney revient dans le monde de Kuf, version fantasy de notre Antiquité, avec Corvus.
Techniquement parlant, ce deuxième tome peut se lire sans avoir pris connaissance du premier, mais il est tout de même préférable d’avoir lu 10 000 pour éviter quelques spoilers, comprendre un peu mieux la personnalité de Rictus ou bien encore saisir certaines références.
Si l’histoire de 10 000 était calquée de manière assez appuyée sur l’Anabase de Xénophon, Corvus se dégage du carcan historique pour raconter une histoire entièrement originale. Certes, on reconnaîtra dans Corvus, jeune chef de guerre ambitieux, des traits de caractère qui nous rappelleront Alexandre le Grand et sa soif de conquêtes, mais le récit en lui-même prend des chemins qui nous font vite oublier cette référence.
Autant le dire tout de suite : Corvus est de la même trempe que son prédécesseur. Ceux qui avaient apprécié 10 000 – Au Cœur de l’Empire replongeront avec plaisir dans l’univers violent de Kuf, les autres ne trouveront pas de quoi s’exalter outre mesure.
On retrouve ainsi les qualités indéniables de Kearney : une plume soignée qui sait selon les besoins se faire aussi bien lyrique que sèche et violente, des personnages très humains et un univers réaliste et sans concession. On ne citera pas les descriptions de batailles très réussies auxquelles l’auteur nous a habitués, notamment dans les Monarchies divines, puisqu’elles se font ici étrangement rares et sont rapidement esquissées, en quelques pages maximum.
Cependant, elles ne manquent pas d’enjeux. En effet, l’une des grandes forces de Corvus est de nous présenter les deux camps sur un pied d’égalité. On se prend alors à apprécier les personnages de deux côtés, sans trop savoir lesquels soutenir au final. Inévitablement, les drames et les tragédies sont au rendez-vous et Paul Kearney sait toujours aussi bien laisser le lecteur la gorge serrée.
Mais il n’en reste pas moins que Corvus souffre des mêmes défauts que 10 000.
Tout le long du récit, un peu trop linéaire et sans réels rebondissements, on attend une petite étincelle (de l’ambition, peut-être ?) qui ferait passer ce roman sympathique à un niveau supérieur. On en vient à douter de la pertinence de la démarche de l’auteur qui consiste à s’acquitter des intrigues et des nombreux personnages des Monarchies Divines pour s’orienter vers quelque chose de plus simple et de plus brut, à l’instar d’un Gemmell.
On attendra quand même avec curiosité le troisième tome de cette trilogie antique, Kings of Morning, qui devrait se dérouler une nouvelle fois dans l’Empire Asurian et enfin lever le mystère de l’origine des Macht.

7.0/10

Discuter de Corvus sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :