Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Boudicca


Boudicca

ISBN : 978-236629837-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Del Socorro, Jean-Laurent

Angleterre, an I. 
Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l’empire des aigles jusqu’à Rome ?
À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd’hui encore la révolte.

Critique

Par Gilthanas, le 30/04/2017

Après un premier roman d’excellente facture (Royaume de vent et de colères, récompensé par le prix Elbakin.net 2015 du meilleur roman français de fantasy), Jean-Laurent Del Socorro revient aujourd’hui avec un nouvel ouvrage de « fantasy historique », prenant place cette fois dans la Grande-Bretagne celte, à l’époque de l’invasion romaine. Là où Royaume de vent et de colères nous proposait plusieurs points de vue, ici c’est à travers celui de la reine Boudicca que nous suivons l’intrigue. 
En moins de 300 pages, l’auteur parvient à nous offrir un texte prenant, enlevé et touchant à la fois. L’environnement sera familier à ceux qui ont par exemple lu « Rois du Monde » de JP Jaworsky : cette culture celte, avec ses cultes, ses dieux, son clergé, son rapport à la nature, possède un pouvoir d’attraction qui ne se dément pas.
Le panel de personnages est réduit, et chacun possède sa propre personnalité et un rôle sur l’intrigue générale : la plume de Jean-Laurent Del Socorro, vive et nerveuse, ne s’embarrasse pas de détails superflus. Aller à l’essentiel pourrait avoir comme risque de laisser le lecteur en marge du roman, de freiner son immersion. Au contraire, dès les premières pages, on se prend d’affection pour les Icènes, leur roi torturé par la mort de sa femme, et pour sa fille, la future reine Boudicca, tiraillée entre son devoir et ses sentiments. 
Quiconque s’intéresse un peu à l’Histoire connait le destin de cette reine rebelle, mais là n’est pas l’important. En livrant cette « biographie onirique », l’auteur nous donne son image de Boudicca et de son monde. Ici pas de manichéisme : romains et celtes ont leurs vertueux et leurs traitres. Les sources historiques étant parcellaires, les zones d’ombres nombreuses, il est facile pour l’écrivain de combler les manques par son imagination. Ce n’est certes pas historique, mais c’est crédible. 
D’autant plus que comme dans son précédent roman, la part de fantasy est très réduite (le Rêve), ce qui renforce encore l’impression de lire le récit d’un barde. Enfin, le style de l’auteur semble s’être amélioré depuis Royaume de vent et de colères. Combiné au fait que le roman soit court, il se dévore d’une seule traite, emporté que nous sommes par le vent de révolte qui souffle sur la Bretagne en cette moitié de premier siècle de notre ère. 
Encore une fois, un chef-d’œuvre. 

9.0/10

Discuter de Boudicca sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :