Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Manga Fantasy >Pandemonium

Pandemonium

(Ce Cycle est Terminé)

Auteur : Shibamoto Shô
Pandemonium

Pandemonium - 1

“Ceux qui hantent le ciel”…
A la simple évocation de ces êtres supérieurs qui déchaînent sur terre des catastrophes naturelles aussi imprévisibles que meurtrières suffit à faire frémir les plus braves.
La rumeur veut qu’ils aient élu domicile au nord d’une ville côtière, sur des terres inexplorées et entourées de falaises vertigineuses que nul n’ose approcher…
C’est pourtant à leur rencontre que se dirige Zipher, transportant sur son dos le cercueil qui contient la dépouille de sa défunte petite amie… Pour lui, c’est certain, les mystérieux magiciens entendront ses suppliques et ramèneront sa dulcinée à la vie. Quand, épuisé, il s’écroule à l’approche de sa destination, il est recueilli par Domika, une des habitantes du village qui l’a pris en pitié. À son réveil, Zipher doit se rendre à l’évidence : en guise de miracle, c’est une détresse plus grande encore que la sienne qui l’attend dans le village des sorciers…

Pandemonium

Pandemonium - 2

À son réveil, Zipher constate qu’il est loin d’être le bienvenu au village des difformes… Il entreprend donc de s’attirer la bienveillance des habitants, en espérant qu’ils finiront par accepter de ressusciter sa bien-aimée. En vain : ils persistent à affirmer qu’aucun d’entre eux ne possède ce pouvoir… Et à part Domika, tous souhaitent le voir repartir le plus vite possible !
C’est alors que le petit Brow, fasciné par les feux d’artifice que l’étranger tire chaque soir, dérobe une fusée, causant un gigantesque incendie ! Tandis que les villageois tentent de maîtriser le feu, Zipher se jette dans les flammes et parvient à sauver l’enfant, mais au prix de graves blessures… Cet acte va-t-il enfin jouer en sa faveur ?


Critique

Par Tatiatalante, le 01/05/2016

Pandemonium est un manga type seinen en deux tomes, édité dans le sens occidental. L’histoire se déroule dans un univers aux couleurs d’automne où les habitants sont des animaux vivant en société. Certains sont des êtres hybrides ou mal-formés vivant reclus. C’est leur histoire qui nous est contée au travers de la rédemption du protagoniste Zipher, matou blanc obnubilé par le village des sorciers.
Ce monde fantastique étrange et quelque peu lugubre vit sous la perpétuelle menace des foudres rectilignes. Ces êtres venus du ciel détruisent tout sur leur passage ; la rumeur dit qu’ils seraient envoyés par le village des sorciers. Zipher, un jeune homme obsédé par la mort de sa dulcinée, décide de partir au fin fond du monde dans la zone désertique et morte où habitent ces soit-disant sorciers. Harassé, il se retrouve finalement recueilli par ceux qu’il cherchait. Il découvre que ces fameux sorciers sont des personnes rejetées par la société à cause de leurs difformités ou de leurs infirmités. Ils vivent cachés et ne sont absolument pas ravis de voir un être dit « normal » essayer à tout prix d’intégrer le village. En effet Zipher, dans le premier tome, fait tout pour essayer de se mettre dans les bonnes grâces des villageois, espérant ainsi qu’ils accepteront de ressusciter son amour. Il rencontre sur son chemin Dominika, une renarde aux pattes de dragon, qui par sa gentillesse aide le héros à sortir de son obsession morbide et à accepter son histoire passée.
L’histoire est loin d’être manichéenne, Zipher se révélant vite être un personnage tortueux, un peu paumé, maladroit, frôlant la folie. C’est sa rééducation, mais aussi celle de ce village de reclus, que nous suivons au fil des pages. Au fur et à mesure du manga nous découvrons donc mieux ces sorciers, la solidarité qui lie ces êtres face à l’adversité, ainsi que la noirceur qui est au fond de chacun d’entre eux. Ce monde n’est donc ni blanc, ni noir, chaque personnage porte en lui ses ressentiments et ses peurs. Nous suivons alors le cheminement des personnages qui apprennent à voir au-delà des apparences et à accepter la différence.
Pandemonium est une odyssée sur les thèmes de la dépression, de la solitude, de la découverte du véritable amour et de l’acceptation de soi et des autres. Ces êtres difformes vivent une vie rude et simple mais plutôt « heureuse ». A l’opposé, Zipher, être « normal », amène le chaos avec ses démons intérieurs. L’auteur crée donc un parallèle entre la difformité physique des uns et les troubles psychologiques du héros. L’histoire dévoile au fur et à mesure ses secrets et quelques rebondissements sur les héros apportent à un récit au calme inquiétant un peu d’action. Le scénario reste plutôt classique, mais le traitement de la psychologie de Zipher et de la dureté du monde de Pandémonium permet de donner de la densité à l’histoire. Des personnages secondaires bien dessinés viennent compléter le duo Zipher/Dominika.
L’identité graphique du manga est très marquée, avec un style cartoon, éloigné de la production japonaise habituelle. Les personnages donnent à l’oeuvre toute sa singularité, et ils ne dépareilleraient pas dans un film de Tim Burton ou de Miyasaki. Les illustrations sont tout aussi hybrides que les protagonistes. On peut y voir un croisement d’influences diverses, tenant tout autant des dessins japonais que des illustrations occidentales, notamment des œuvres destinées à la jeunesse. La colorisation joue sur un camaïeu d’ocres et créée une vraie ambiance de fin du monde et en même temps très chaleureuse. Le parti pris du mangaka met en contraste un univers graphique « enfantin » et un monde cruel et injuste.
Un monde étrange, des êtres hybrides, une menace venue du ciel, des personnages nuancés et quelques rebondissements surprenants, voici la recette de sorcier de Shô Shibamoto dans cette belle histoire.
A noter que les deux tomes sont en grand format et que la fin du premier est agrémentée des croquis préparatoires du manga.

8.0/10

Discuter de Pandemonium sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :