Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

Sondage

Quand un livre ne marche pas... Qui incriminer ?

Le roman lui-même
44% - 27
L'éditeur qui ne l'a pas soutenu correctement (pub)
21% - 13
Les critiques (online ou presse papier)
4% - 3
Le traitement de la VF ( traduction, date de sortie...)
1% - 1
Le buzz (trop d'attente tue l'attente)
1% - 1
Autre !
26% - 16

Total : 61

#81 27/11/2014 15:06:14

Symphonie
Join the kitty side !
Lieu: Meow Star
Date d'inscription: 20/02/2011
Messages: 479
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Tout à fait, car si c'est pour être dégoûté de la lecture après, c'est pas la peine de lire des romans avec plein de métaphores et d'hyperboles dedans^^ (j'exagère un peu, mais vous comprenez l'idée).
D'ailleurs, maintenant que j'y pense, j'ai deux amies à la base non liseuses, à qui j'ai donné le goût de la lecture (sur le tard) grâce à la fantasy (belgariade pour l'une, trône de fer pour l'autre).


Ma bibliothèque
Je suis fatigué patron, [...] fatigué de voir les hommes se battre les uns contre les autres, je suis fatigué de toute la peine et la souffrance que je sens dans le monde... John Coffey, La Ligne Verte

Hors ligne

 

#82 20/06/2016 13:51:26

Fabien Lyraud
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 13/10/2008
Messages: 1638

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Premier coupable  : la couverture.

Affaire numéro 1 : Bragelonne a réussi à flinguer "l'année de notre guerre de Steph Swainson" avec une couverture totalement inappropriée. Le pire c'est qu'elle est plutôt jolie mais qu'elle ne reflète pas du tout l'ambiance du roman. Angelo Varanda a fait de son mieux mais il ne convenait pas. En fait pour moi une seule illustratrice aurait pu donner la mesure du roman : Florence Magnin ( avis 100 % subjectif).
Affaire numéro 2 : L'Atalante a quand même réussi un bel exploit en faisant fuir le lectorat potentiel du "Sang des Ambrose". La maquette gothico-branchouille ce n'était réellement pas une bonne idée. L'illustration trop stylisée ne fait pas du tout sword and sorcery. Et pas mal de monde est passé à coté du roman.
Deux cas où selon moi, la couverture a bien aidé le roman à ne pas se vendre.

Deuxième coupable le quatrième de couverture.
Et là encore c'est sur L'année de de notre guerre que ça tombe. Un éditeur qui n'est pas capable de dire que le roman va plaire à ceux qui ont aimé les Prince d'Ambre de Zelazny et que les Moorcockiens allaient aussi y trouver leur compte. Une petite phrase à la fin aurait suffit. Là, faute professionnelle.
Décidément ce roman n'a pas vraiment été aidé.

Dernière modification par Fabien Lyraud (22/06/2016 12:05:07)


Venez chez Pulp Factory, l'éditeur de la fantasy et de la SF pulp moderne francophone.
http://pulp-factory.ovh/
https://www.facebook.com/Pulp-Factory-1233133706774124/

Hors ligne

 

#83 20/06/2016 16:00:08

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36530
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Bragelonne a réussi à flinguer "l'année de notre guerre de Steph Swainson" avec une couverture totalement inappropriée.

Pas d'accord, car cette couv aurait dû selon moi au contraire séduire bien au-delà du public de base du roman. Même un amateur de Gemmell aurait pu se laisser tenter rien que sur la couv. happy


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#84 18/07/2016 20:09:56

K.
Féru de mauvais genres
Lieu: Lisière de Brocéliande.
Date d'inscription: 13/10/2013
Messages: 1578

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Je n'ai jamais accordé réellement d'importances aux couvertures mais récemment un bibliothécaire de ma connaissance, en parlant de deux ouvrages parus au Belial, m'indiquait, concernant deux livres que je lui ai fait découvrir et qu'il s'est procuré pour les abonnés, le succès de La ménagerie de papier, de Ken Liu et, à l'inverse, le peu de sortie du chant du barde, de Poul Anderson.
Il s'agit de deux ouvrages comparables, deux recueils axés sur la SF et le fantastique, tous deux solides stylistiquement.
La ménagerie de papiers a eu un public varié tandis que le chant du barde a été principalement emprunté par des personnes âgées. D'après le bibliothécaire il s'agissait de lecteurs ayant apprécié une SF déjà quelque peu datée. D'aucuns connaissaient l'auteur, d'autres en voyant la couverture, songeait à des couvertures du même type (il suffit de regarder les anciens poches d'Asimov et d'observer le chant du barde... la filiation artistique est là). A l'inverse les autres lecteurs potentiels étaient rebutés par une telle couverture tandis qu'ils empruntaient la ménagerie et s'en délectaient.
Il me semble manifestement que l'on a, dans ce cas précis, l'exemple de l'impact d'une couverture sur un public certes restreint mais correspondant à une bibliothèque d'une petite ville de la côte bretonne.


Ma bibliothèque en SF et Fantasy

« Cet hiver sera mon dernier. Pourvu que je me baigne dans le sang des Bolton avant de mourir. Je veux le sentir m’éclabousser la face quand ma hache mordra profondément dans un crâne de Bolton. Je veux le lécher sur mes lèvres, et mourir avec ce goût sur ma langue. »
Le Grand Quartaut.

Hors ligne

 

#85 18/07/2016 20:49:47

Aerendhyl
Elbakinien d'Argent
Date d'inscription: 27/05/2016
Messages: 609

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Pour rebondir sur tes propos @K il est vrai que dans le cas où je ne connais pas l'auteur, la couverture joue beaucoup sur mon envie de me plonger dedans.

En revanche, dès qu'un auteur est connu de mon esprit, peu importe la couverture, si j'aime, je prends.

C'est assez étrange comme philosophie lorsque l'on y regarde bien.


Alea Jacta Est.

Hors ligne

 

#86 19/07/2016 07:53:16

Tzeentch
Magique
Date d'inscription: 03/04/2015
Messages: 844

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Au moment de la rentée littéraire, nous allons avoir plus de 500 parutions. Qu'est ce qui va faire q'une poignée de romans sort du lot et que l'autre va rester en partie dans l'ombre ? Je pense qu'à aucun moment la couverture entre dans ce facteur de succès ou pas.

À l'inverse, le genre qui a et ce de plus en plus le vent en poupe c'est bien la littérature young-adult, là, autant dire que les éditeurs se donnent à 300% pour avoir la couverture qui claque. Très souvent c'est ce même lectorat qui va chercher l'édition anglo-saxonne parce que plus "sexy". D'ailleurs, nombre de critique YA cite à un moment ou à un autre la couverture.

La couverture est ce qui va attirer le lecteur vers un livre plus qu'un autre pour découvrir le résumé. Mais c'est bel et bien ce résumé là qui va faire la différence avec d'autres critères comme l'auteur, l'éditeur etc... Mais sauf erreur de ma part, j'ai jamais entendu quelqu'un dire, le résumé est pourri, il ne me parle absolument pas, par contre, je l'ai acheté pour la couverture. Faut bien qu'il y est corrélation à un moment ou à un autre.

Une règle basique en marketing, et qui je pense ne fait pas exception avec le livre. Au bon endroit, au bon moment et avec la bonne communication. S'il y a bide, c'est tout simplement qu'à un moment il y a une carence envers l'un ou l'autre de ces critères. Ajoutons à cela la surproduction et le "tour" est joué.

Plus haut dans la conversation on cite "l'Année de notre guerre", un beau plantage en effet. Pour autant, je ne pense pas que cela soit la faute de la couverture. Oui mais la faute à quoi alors ? Et bien c'est un mélange, sauf exception on ne peut pas tout mettre à la décharge d'une seule condition. Puis parfois ça tient à rien, je n'ai plus les parutions en tête à cette période mais peut-être qu'il y a eu deux ou trois livres de genre dont on a beaucoup parlé à ce moment et qui l'on éclipsé, tout simplement.

Dernière modification par Tzeentch (19/07/2016 12:03:54)

Hors ligne

 

#87 19/07/2016 11:32:14

Fabien Lyraud
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 13/10/2008
Messages: 1638

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Plus haut dans la conversation on cite "l'Année de notre guerre", un beau plantage en effet. Pour autant, je ne pense pas que cela soit la faute de la couverture.

Si l'on rajoute un quatrième de couverture qui n'identifie pas la bonne cible ( on ne suggère pas que ce livre peut plaire aux amateurs de Zelazny et de Moorcock), en effet c'est une combinaison de facteurs.


Venez chez Pulp Factory, l'éditeur de la fantasy et de la SF pulp moderne francophone.
http://pulp-factory.ovh/
https://www.facebook.com/Pulp-Factory-1233133706774124/

Hors ligne

 

#88 20/07/2016 15:46:24

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36530
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Est-ce que Zelazny et Moorcock interpellent encore beaucoup de lecteurs seulement ? sad


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#89 21/07/2016 08:40:36

Benedick
Adhérent
Date d'inscription: 26/06/2013
Messages: 852

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Combien de livre Fantasy sortent par an par rapport aux années 80/90 ?

Je sais que pour les mangas on est passé (grossièrement) de 20 titres par mois à 200 titres par mois entre maintenant et la fin des années 1990...

J'ai personnellement essayé d'animer des séances découvertes dans un boutique spécialisé pour mettre en avant des titres "injustement" méconnus alors qu'ils avaient des arguments en adéquation avec les "modes" de l'époque.

Cependant, je me suis aperçu que si beaucoup de gens connaissaient les mangas et en avaient déjà lu/vu, le noyau dur de fan qui vont faire des recherches actives et ont des goûts aventureux/variés est TRES restreints.

Je pense que le phénomène est analogue pour la fantasy.


Il n'y a rien qui plaise autant, même au plus bourgeois des peuples, que les spectacles des guerres et des violences

Hors ligne

 

#90 03/08/2021 11:08:37

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36530
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Michelle West, une autrice américaine avec une certaine carrière mais qui n'a jamais "cartonné", a récemment été "lâchée" par son éditeur (à cause d'un volume de ventes bien trop faible à son goût) et a ouvert un Patreon :

https://www.patreon.com/mswest


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#91 03/08/2021 11:47:41

Luigi Brosse
Résistance active
Lieu: In another castle!
Date d'inscription: 25/04/2002
Messages: 6495
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

C'est bizarre, je pensais qu'elle vendait suffisamment (et puis elle a une "longue" carrière derrière elle). Comme quoi.


"Se prépare pour la fin du monde, mais en musique."

Hors ligne

 

#92 03/08/2021 11:51:41

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36530
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Je ne sais plus quel bouquin assez récent pourtant encensé par la critique US/UK (pas d'elle) s'était au bout du compte vendu à 7000 exemplaires. Pour un tel marché, c'est... faible.


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#93 04/08/2021 11:15:18

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36530
Site web

Re: Quel coupable en cas de bide d'un roman ?

Gillossen a écrit:

Je ne sais plus quel bouquin assez récent pourtant encensé par la critique US/UK (pas d'elle) s'était au bout du compte vendu à 7000 exemplaires. Pour un tel marché, c'est... faible.

C'était Kameron Hurley.


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

Pied de page des forums