#161 09/05/2014 09:47:59

Zali L. Falcam
Lige
Date d'inscription: 03/05/2014
Messages: 65
Site web

Re: Critique ! [American Gods]

Cohen le Barbare se prsente aux lections Europennes ?
Bon, c'est trs laid, mais a reste un trs bon roman.

Hors ligne

 

#162 28/05/2014 16:03:56

Anassete
Maa
Lieu: France
Date d'inscription: 05/05/2014
Messages: 253
Site web

Re: Critique ! [American Gods]

a m'a surprise au dbut, mais elle est trs rigolote cette nouvelle couv en fait ! En plus on la repre bien en librairie, avec sa cousine "De bons prsages". a fait kitch mais les couleurs donnent un ct frais et moderne compare l'ancienne whistling


Bibliothque : Babelio
Lectures en cours :
- The Golden Fool de Robin Hobb

Hors ligne

 

#163 31/12/2014 12:40:18

K.
Fru de mauvais genres
Lieu: Lisire de Brocliande.
Date d'inscription: 13/10/2013
Messages: 1443

Re: Critique ! [American Gods]

Je viens de terminer American Gods. C'est un bon roman mais il m'a moins captiv, ma grande surprise, que Neverwhere.  Le thme a pourtant tout pour me plaire et j'ai apprci toutes les rfrences mythologiques prsentes dans l'ouvrage. Le fait d'identifier un par un chaque personnage avant que l'explication ne soit (parfois) donn est un plaisir pour le fru de mythes et d'popes. La premire partie de l'histoire m'a toutefois assez peu marqu, malgr le charisme de l'errant. L'criture de l'auteur est efficace, en ce sens o elle incite tourner les pages, mais son style ne m'a pas marqu. Le livre est bien construit et je reconnais le talent du conteur mais je ne savoure pas ses phrases comme je peux le faire avec d'autres.
La fin est prenante et l'pilogue particulirement russi.
Ce fut pour moi une bonne lecture mais qui s'avrera probablement moins marquante que d'autres livres rcemment dvors.


Ma bibliothque en SF et Fantasy

"Un peuple prt sacrifier un peu de libert pour un peu de scurit ne mrite ni l'une ni l'autre."
Benjamin Franklin.

Hors ligne

 

#164 25/03/2015 09:38:12

Yin
Sedai
Date d'inscription: 27/05/2013
Messages: 143

Re: Critique ! [American Gods]

J'ai fini American Gods il y a peu et je ne suis pas sre de pouvoir dire que j'ai aim. Je pense que je ne m'attendais pas ce genre d'histoire. Du coup, pendant un long moment je me demandais quand est ce que tout allait vraiment commencer. Je rejoins donc certains qui disaient qu'ils s'taient ennuy lors de leur lecture.
Il y a des passages dans le roman qui font beaucoup rflchir, je pense que c'est un des romans o j'ai surlign le plus sur ma liseuse. Je pense que l'arnaque du violon je la retiendrai vie haha.
J'ai vraiment prfr la 2me moiti du roman. Mais sur le roman en entier, je suis un peu due hmm
Le seul autre gaiman que j'avais lu tait nobody owens. J'ai bien retrouv la "gaiman touch" mais ces deux romans sont bien diffrents (mais je le savais).

Dernire modification par Yin (25/03/2015 09:44:01)

Hors ligne

 

#165 26/06/2015 10:15:47

Filea
Apprenti
Date d'inscription: 25/06/2015
Messages: 34

Re: Critique ! [American Gods]

Yin a crit:

J'ai fini American Gods il y a peu et je ne suis pas sre de pouvoir dire que j'ai aim. Je pense que je ne m'attendais pas ce genre d'histoire. Du coup, pendant un long moment je me demandais quand est ce que tout allait vraiment commencer. Je rejoins donc certains qui disaient qu'ils s'taient ennuy lors de leur lecture.
Il y a des passages dans le roman qui font beaucoup rflchir, je pense que c'est un des romans o j'ai surlign le plus sur ma liseuse. Je pense que l'arnaque du violon je la retiendrai vie haha.
J'ai vraiment prfr la 2me moiti du roman. Mais sur le roman en entier, je suis un peu due hmm

Ah ben ! Mme avis pour moi...
Je me sens moins seule d'un coup. L'univers est super cool, les rfrences aussi, mais alors, j'ai eu vraiment l'impression de me traner pendant les deux tiers du livre.

Hors ligne

 

#166 11/02/2016 19:39:31

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 11691
Site web

Re: Critique ! [American Gods]


Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trnes, et sur l'un d'eux tu dois siger en tant que roi.

En ligne

 

#167 25/07/2016 20:26:44

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34380
Site web

Re: Critique ! [American Gods]

Pour rappel, on parle de la srie dans ce sujet ! smile

http://www.elbakin.net/forum/viewtopic. … 67#p438667


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#168 02/10/2016 20:25:32

arnaldo17
Novice
Date d'inscription: 28/09/2016
Messages: 15

Re: Critique ! [American Gods]

Je viens enfin de finir American Gods. J'ai ador ce roman mais j'ai quand mme t du sur deux points. Je m'attendais  un rcit un plus pique et qu'il dveloppe le panthon des nouveaux dieux car le concept de nouveaux dieux tait une ide sympathique. Je dois avouer m'tre un peu ennuy au dbut mais au fil et mesure o j'avanais dans le rcit, j'accrochais de plus en plus. De plus, j'ai trouv a bien crit, trs potique mais trs cru la foi.

Hors ligne

 

#169 11/03/2017 16:57:21

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 11691
Site web

Re: Critique ! [American Gods]


Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trnes, et sur l'un d'eux tu dois siger en tant que roi.

En ligne

 

#170 12/03/2017 07:19:57

No'wens
Rveuse de mondes
Lieu: Runion
Date d'inscription: 01/02/2011
Messages: 1227

Re: Critique ! [American Gods]

Waouh ! Elle est sacrment classe ! yeah


"POURQUOI, demanda-t-il, EST-CE QUE VOUS VOUS BALADEZ AVEC UN CANARD SUR LA TETE ?
_ Quel canard ?
_ AH. PARDON."

biblio Booknode | biblio Babelio

Hors ligne

 

#171 28/05/2017 14:30:35

Guigz
Coach Guigzson
Lieu: Au vestiaire
Date d'inscription: 04/06/2009
Messages: 3051

Re: Critique ! [American Gods]

Je viens de terminer American Gods, et il s'agit du dernier Gaiman que je lirai avant longtemps. Cet auteur me passe compltement au-dessus, j'en ai ras-le-bulbe de perdre mon temps avec lui...

Le pitch tait intressant et je me demandais bien comment Gaiman allait choisir de dpeindre ce choc des mythes en prenant pour toile de fond les Etats-Unis, soit un pays rcent au regard de l'histoire, il y avait moult choses en dire.
D'ailleurs l'intrigue dmarrait plutt bien, abstraction faite du hros, Ombre, qui porte pour le coup trs trs bien son nom tant sa personnalit peut tenir sur une pelure de mandarine.
Pass les cent premires pages, le rythme artificiellement entretenu par les rencontres entre personnages trouve la vitesse qu'il conservera ds lors jusqu' la fin, savoir une lenteur horripilante, savamment entretenue par le manque de pripties de notre histoire.

Les interludes ont un vritable apport au propos, certes, mais ils ne contribuent qu' alourdir une histoire qui aurait largement pu insrer ces scnes en son sein afin de donner un peu plus de coffre l'ennuyeuse vie d'Ombre, parqu qu'il est dans son petit patelin de Lakeside, attendant sagement

Spoiler:

qu'Odin l'amne voir un nouveau dieu.

C'est bien ce qui m'aura sorti du rcit, cette longueur, cette langueur d'une histoire qui prend beaucoup trop son temps pour se dlier pour n'apporter in fine qu'une fin frustrante par son propos tantot simpliste et alambiqu

Spoiler:

Ombre qui s'amne au milieu du champ de bataille et sort son grand discours de deux lignes... Sans compter cette histoire autour d'Hinzelman et des enfants morts.

Autre chose, American Gods emprunte aux mythes anciens et nouveaux mais au final ne dveloppe gure (ou en tout cas il ne m'a pas sembl) ceux-ci. Que ce soit leurs interactions avec le nouveau monde ou leur manire d'interagir auprs de l'humanit, ici rduite portion congrue. Gaiman n'est pas Holdstock, certes les imaginaires des deux auteurs sont diffrents, mais en matire d'exploration du mythe je trouve que l'un fait l'effort de dvelopper les choses en profondeur, quand l'un se contente de rester la surface.

Ainsi s'est achev ma lecture d'American Bored, aprs n'avoir pas aim Neverwhere ni Nobody Owens, Neil mne pour l'instant sur Guigz sur le score de 3 ennuis 0 ! Quelque chose me dit que la coupure publicitaire avant reprise du match va tre trs longue ! tongue


Ainsi le peuple attendit un hros capable de soulever l'pe sacre et de ramener la paix dans le monde. Aujourd'hui, les derniers sages de la Terre s'accordent pour dire que cette arme qui porte en elle le destin du monde se nomme en ralit : Pnis-de-Guigz"

Ecrit de la main droite par la trs Vnre Mre Wintonelle, scribe royale de la cit-impriale d'Elbakin-Poinete.

Hors ligne

 

#172 28/05/2017 18:15:31

Foradan
Mollet de plomb
Lieu: Normandie
Date d'inscription: 13/05/2002
Messages: 12661
Site web

Re: Critique ! [American Gods]

Guigz a crit:

cette langueur d'une histoire

porte par la monotonie des violons de l'automne ?

Hors ligne

 

#173 28/05/2017 20:19:55

lambertine
Hobbitte ambrienne
Date d'inscription: 17/09/2002
Messages: 957
Site web

Re: Critique ! [American Gods]

Mitige.
J'ai beaucoup aim le dbut, j'ai beaucoup aim la fin. En revanche, toute la partie "roadtrip in America" m'a semble longue, mais longue... alors qu'en fait elle ne l'est pas tant que a.
L'ide de base tait intressante. Cependant, si les anciens dieux sont souvent bien croqus (bien que pas particulirement sympathiques, mis part M. Nancy et les croque-morts), les nouveaux sont... euh... insipides, incolores et inodores.

Sinon, j'aime bien Ombre, moi. Oui, il est -le plus souvent - passif. Et alors ? Il a beau tre

Spoiler:

le fils d'Odin

, il est surtout un brave type compltement paum (et qui ne le serait pas sa place : juste sorti de prison, veuf,

Spoiler:

tromp par sa femme et son meilleur ami

, ignorant ses origines, embrigad dans une histoire laquelle il ne comprend rien). Et un "gros toutou", oui. Toutou de

Spoiler:

Laura (qui tait loin d'tre une gentille fille, mme avant sa mort)

avant d'tre celui d'

Spoiler:

'Odin (comme pre, on a vu mieux)

. Ombre, c'est d'abord, ds le dpart, une victime sacrificielle. Mais une victime attachante.

Hors ligne

 

#174 08/06/2017 13:45:41

Britannia
Milady des mondes imaginaires
Lieu: La voie du magicien
Date d'inscription: 27/09/2014
Messages: 482

Re: Critique ! [American Gods]

J'ai enfin lu american gods et je suis mitige. J'ai quand mme apprci plus que Neverwhere mais pas beaucoup plus.
L'ide de dpart, le concept c'est excellent et moi qui aime tout ce qui a trait la mythologie j'ai t due de ce ct l. Pas assez de dieux mes yeux, et ceux qu'on voit sont rarement approfondis. Le style reste nanmoins agrable et l'histoire se laisse lire. Malheureusement les personnages manquent cruellement de dveloppement pour tre attachants. De plus j'ai trouv la fin un peu trop vite expdie (mme si j'ai aim les rvlations finales). Je tiens quand mme souligner que j'ai bien aim les interludes et mme lpilogue.


Bibliothque booknode

"Ceci est une autre histoire qui sera conte une autre fois"

Hors ligne

 

#175 26/07/2017 16:01:48

Aerendhyl
Adhrent
Date d'inscription: 27/05/2016
Messages: 467

Re: Critique ! [American Gods]

Il n'y a rien de plus agaant d'entendre parler au travail, de cette srie... Moi qui ne suis pas vraiment trs srie, il fallait que je me plonge dans cette oeuvre pour savoir de quoi cela pouvait bien parler.

De ce roman, je ne connaissais que le nom "American Gods" qui pouvait tout dire et rien dire la fois. Je n'ai pas lu le rsum et - si j'en ai vu certaines bien laides - la couverture de mon dition reprenant une scne de la srie ne laissait rien prsager non plus.

Tout au long de ma lecture j'ai t dconcert. Terriblement dconcert parce qu'il ne se passe... Pas grand chose. On suit le personnage principal dans un road-trip des petites villes amricaines au cours duquel Ombre n'est pas confront grand chose.
En quoi tait-ce dconcertant ? Parce que je ne me suis pas ennuy une seule seconde. Pas une seule. Il ne se passe quasiment rien mais je souffrais du syndrome de la page suivante, ne pouvant m'arrter que par la fatigue ou la fin de mon temps de pause.
En y rflchissant, c'est peut-tre parce qu'au cours de la lecture, on se retrouve aussi perdu qu'Ombre. On dbarque dans une histoire rocambolesque, on est transport par ce qui nous entoure, sans vraiment comprendre ce qui se passe et on tente d'merger en se raccrochant la seule chose qui nous tombe sur la main : le fin fond des Etats-Unis, ces petits paysages que l'on retrouve dans toutes les sries : la petite ville du fin fond du Wisconsin o tout semble parfait, le Motel en priphrie un peu glauque, les dinners de bord de route... Bref tout l'imaginaire et le folklore amricain.

Le postulat de dpart est excellent, il peut sembler assez peu utilis, cette guerre entre dieux anciens et nouveaux dieux mais finalement, tait-ce rellement le but de l'auteur ? J'ai un doute. Je crois que le but de ce livre tait vraiment d'apporter une critique profonde de la socit actuelle et plus particulirement amricaine. Cette guerre n'est qu'un prtexte pour aborder des sujets dlicats que l'oeuvre aborde et j'ai vraiment la sensation que la fantasy au sens large permet d'aborder de tels thmes sans recevoir les critiques acerbes habituelles.

Chaque nouveau personnage introduit dans le roman nous amne rflchir sur qui peut-il tre vraiment, est-ce une personne lambda ? Un Dieu ? Un ancien ? Un nouveau ? Des petits indices s'immiscent ici et l pour nous mener sur la voie mais parfois la surprise nous prend et c'est trs agrable. D'autant plus agrable que certains personnages sont assez attachants, sans compter Ombre, j'ai ador Nancy, les trois soeurs russes et Hinzelmann. Le ct mystrieux de Voyageur intrigue normment, d'autant plus en avanant dans le livre.

La tournure de l'histoire confirme le sentiment que j'ai eu sur la volont de l'auteur, celle de faire une vritable critique de la socit contemporaine et de la vision religieuse. Les interludes et l'pilogue renforcement ce sentiment, chacun racontant un peu l'implantation d'un Dieu sur le territoire amricain et permet une meilleure comprhension du conflit entre les gnrations de Dieux.

Pour conclure, American Gods est la fois un livre simpliste et un livre grandiose. On a le sentiment d'observer une aventure extraordinaire alors que le rythme est trs lent, stagnant et sans vraiment faire de folles embardes. C'est vraiment le ct critique qui m'a plu parce que c'est fait avec finesse, avec une approche originale qui tient la route.
Faut-il le lire ? Pas si vous attendez un livre aux rebondissements tout va. Faut-il le lire ? Indniablement, c'est un grand livre.


Alea Jacta Est.

Hors ligne

 

#176 20/10/2017 19:07:26

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34380
Site web

Re: Critique ! [American Gods]


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#177 20/10/2017 19:45:05

No'wens
Rveuse de mondes
Lieu: Runion
Date d'inscription: 01/02/2011
Messages: 1227

Re: Critique ! [American Gods]

J'aime beaucoup ces couv', je les trouve lgantes. smile


"POURQUOI, demanda-t-il, EST-CE QUE VOUS VOUS BALADEZ AVEC UN CANARD SUR LA TETE ?
_ Quel canard ?
_ AH. PARDON."

biblio Booknode | biblio Babelio

Hors ligne

 

#178 26/09/2019 14:36:07

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34380
Site web

Re: Critique ! [American Gods]

Le comics poursuit sa route :

https://nsa40.casimages.com/img/2019/09/26/190926032327506370.jpg


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

Pied de page des forums