#1421 24/05/2017 13:14:33

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 33501
Site web

Re: On s'fait une toile ?

N'hésite pas à développer dans le sujet en Adaptations ! tongue


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#1422 21/07/2017 23:49:12

Aerendhyl
Ta'veren
Date d'inscription: 27/05/2016
Messages: 215

Re: On s'fait une toile ?

J'viens de voir "Okja" le film de Netflix qui a tant fait parler de lui ! Grosse surprise que ce film-là. Outre le côté environnemental et la défense de la cause animale, le film aborde pleins de petits sujets de société avec une touche de légèreté... Il fait réfléchir, énormément. Un bon cru quoi.


Alea Jacta Est.

Hors ligne

 

#1423 25/07/2017 17:33:12

Aerendhyl
Ta'veren
Date d'inscription: 27/05/2016
Messages: 215

Re: On s'fait une toile ?

J'ai été voir Dunkerque de Christopher Nolan. J'ai vu un grand film, un beau film mais un film non abouti à mon sens.

Déjà, j'ai eu échos - avant visionnage - de certaines critiques sur le film, critiques que j'ai été lire depuis et je ne les comprends pas. Ce qui ressort souvent c'est le non-respect de l'Histoire, du sacrifice franco-belge pour sauver les troupes britanniques. Et je dois avouer que je ne comprends pas du tout les critiques parce que pour moi, Nolan respecte parfaitement l'Histoire.
Ce qui peut choquer les "critiques" c'est que le développement choisit par le réalisateur n'est pas celui de l'acte d'héroïsme des français et des belges mais plutôt l'attente des soldats britanniques... Une attente glaçante, tortueuse, angoissante.

On parle de film de guerre... C'est un film qui se situe en pleine guerre mais qui n'a rien d'un film de guerre dans le sens où l'on peut le voir. Pour moi, c'est plus un film psychologique, on se retrouve dans la tête de ces soldats qui attendent de connaître leurs sorts, qui ne savent pas si on va venir les chercher ou les laisser sur cette plage.

Les enchaînements des tentatives pour sauver leurs vies m'ont tenu longuement en haleine. L'impression d'être pris au piège, de n'avoir aucun échappatoire possible était saisissant, vraiment.
Il ne faut pas s'attendre à écouter, les dialogues sont presque inexistants. Tout passe par les expressions faciales, le regard ce qui saisit encore plus.

On suit trois fils conducteurs, trois fils qui finissent par se croiser et se décroiser. C'est une lutte acharnée dans les trois situations. Des situations qui se mélangent au travers d'ellipses pouvant décontenancer le spectateur mais rien de bien méchant si l'on est concentré sur le film.

La beauté des paysages, du cadrage font qu'on se retrouve devant un bel objet cinématographique, la bande-annonce colle parfaitement à l'ambiance.

Pour autant, celui-ci reste inachevé. Non pas par le parti-pris de Nolan mais surtout parce qu'il y a quand même l'impression d'un manque. Le sauvetage de Dunkerque concerne quand même plus de 300 000 soldats, or il y a la sensation que ce n'est qu'une partie minime des troupes sur place qui ont été sauvée. C'est l'un des sauvetages les plus importants d'une armée et cela n'est pas retranscrit, malheureusement. Une impression que l'on retrouve dans chaque plan, que ce soit sur mer, dans les airs ou sur terre.

Finalement, ça reste quand même un grand et beau film. Chacun peut se faire sa propre opinion mais la réalité historique - qui semble faire jaser - est bien respectée.


Alea Jacta Est.

Hors ligne

 

#1424 25/07/2017 19:23:06

Nephtys
Maïa
Date d'inscription: 18/08/2014
Messages: 271

Re: On s'fait une toile ?

Idem, je ne comprends pas les critiques arguant que Nolan passe sous silence les belges et les français:

Spoiler:

- la scène d'introduction nous montre le jeune soldat anglais passant un barrage tenu par des français qui eux, restent se battre, sur la jetée l'injustice des français que l'on évacue pas est présente et dite en toutes lettres avec ces dialogues épars

- l'intrigue de Gibson avec cette tragédie du soldat qui préfère fuir son pays tellement c'est assez...

-L'officier joué par James D'Arcy rend compte des batailles menées par les français alors que se déroule l'intrigue

-Kenneth Branagh -la mâchoire aussi serrée que notre Jean Gabin national- reste pour les français également

.

Sinon... La plage, la jetée, la mer, tout cela est superbement filmé et donne l'impression de dévorer littéralement les soldats, avec cette retraite que l'on ne sait pas comment organiser, c'est littéralement le Leviathan qui rôde pour engloutir les hommes. Il y a de belles choses, de belles images, j'ai énormément apprécié les aviateurs sans pouvoir dire pourquoi mais la voix calme de Tom Hardy et la puissance de son regard avaient quelque chose d'apaisant, ce même apaisement qui le rendait héroïque.

Déçue par la musique de Hans Zimmer, je comprends la problématique derrière mais ne l'ai pas trouvé percutante.

Un bon film, un casting de "gueules" qui s'implique énormément, des moments anxiogènes... Un film de fuite plus qu'un film de guerre, une "transition" avec les batailles à venir parfois maladroite également. Nolan sublime tellement la mer qu'il semble oublier de réellement rendre compte de la présence humaine immense à évacuer...

Hors ligne

 

#1425 27/07/2017 18:39:10

dragonnia
blue jeweled queen
Lieu: en route vers Kelsingra
Date d'inscription: 08/02/2010
Messages: 1738

Re: On s'fait une toile ?

Je suis aussi allée voir ce film, cet événement faisant parti de l'histoire de ma région.
C'est un film très réussi.
La chronologie est un peu spéciale: on revient par moment en arrière pour suivre un autre fil de l'histoire, mais c'est bien fait.
Pour la critique sur le manque de personnages français, je dirais que c'est surtout à la fin:

Spoiler:

l'amiral britannique dit rester pour les français, mais il n'y a plus personne sur la plage. Où sont donc les français à embarquer ?

Et un petit détail après coup:

Spoiler:

la plage a été bombardée, mais où sont donc les trous de bombes dans les images suivantes ?

L'histoire est très prenante.


Birds called to one another, and up above her, she heard the rustling passage of squirrels, monkeys ans other small creatures. Something very like peace settled over her.
The dragon keeper de Robin Hobb

Hors ligne

 

#1426 28/07/2017 00:03:23

Kik
Agent dormant de Féerie
Lieu: plus prêt qu'on ne croit
Date d'inscription: 18/08/2014
Messages: 570

Re: On s'fait une toile ?

Moi non plus, je ne comprends pas ces réserves sur la réalité historique. Les critiques sont beaucoup plus enthousiastes dans les journaux anglais.

L’explication me semble être que la relation de cet événement par les historiens a dû être complètement différente selon le côté de la Manche où l’on se place. Ne parlons même pas des Allemands ! J’aimerais bien voir le manuel scolaire d’un jeune Britannique en âge d’étudier la seconde guerre mondiale. sad

Ceci dit, intrigué, je me suis mis en tête de revoir « Week-end à Zuydcoote ». Un sacré bon film dont j’avais perdu le souvenir.

L’action est centrée sur un camp de fortune de soldats français. Alors là non plus, pas d’héroïsme, juste la survie au jour le jour, parfois à la minute près, l’incompréhension de ce qui se passe ou ne se passe pas. Certes, le récit livré est beaucoup plus romancé, mais on nous montre, comme dans « Dunkerque », le destin de quelques hommes pris dans la tourmente d’une bataille qui les dépasse.

Et ce sont là pour moi les critères d’un bon film de guerre plus que la réalité comptable des avancées de l’ennemi. J’apprécie tous les côtés stratégiques que l’on nous dévoile dans certains longs-métrages, mais quand il n’y a que cela, ce n’est plus un film de guerre mais un film historique. Et nous n'avons pas plus ici la vision d'une opération hors-normes que dans le film de Nolan. Sans doute trop coûteux à filmer pour ce qui semble une antithèse du Débarquement, le vrai. On minimise ce que l'on veut bien.

J’en viens quand même à l’interrogation qui m’a saisi comme ceux qui ont posté avant moi, à propos de ces réserves de quelques critiques.

La réalité de ce ré-embarquement est rigoureusement la même.

Spoiler:

Les Anglais ne semblent pas mieux disposés à laisser des Français s’approcher de leurs navires. Tout à la fin, on voit quand même une longue colonne de soldats français bien organisée et, par contraste, des plages jonchées de débris, mais désertes.

Bref, quel que soit l’angle de point de vue, les soldats sont livrés à eux-mêmes et aux aléas des consignes de l’état-major britannique, sans compter la menace imprévisible de l’ennemi.

Il y aurait encore d’autres similitudes à relever dans les scènes de bombardement et de mitraillage sur la plage avec le film de Nolan. Ce n’est pas mal fait pour l’époque, mais le film le plus récent, vu sur grand écran, l’emporte surtout au niveau de sa bande-son où la musique renforce l’impression d’angoisse créée par les explosions que ressent le spectateur.


"Seul le pénitent pourra le passer"

Hors ligne

 

#1427 28/07/2017 08:32:45

Benedick
Adhérent
Date d'inscription: 26/06/2013
Messages: 581

Re: On s'fait une toile ?

Fondamentalement, ce qui dérange certains, c'est l'incapacité du cinéma Français à produire un cinéma de guerre avec une mise en scène basée sur les sensations et non pas sur une réflexion sur ce que fait la guerre à l'humain.

Personnellement, je suis plus "Joyeux Noel" que "il faut sauver le soldat ryan". Donc, je m'en cogne de l’ethnocentrisme des films de guerre.

L'absurdité de la chose, c'est que cela fait parti de la culture française de ne pas essayer de séduire artistiquement les gens avec la guerre comme thématique.

C'est un pue la théorie de François Truffaut, d'ailleurs

Dernière modification par Benedick (28/07/2017 08:37:13)


Certains sont amoureux de leur colère car elle les flattent et les galvanisent. Puis, ils découvrent qu'ils ont plus de limites que de talents. Et la colère à laisser ses déchets corporels, ses séquelles mentales. Je préfère négocier avec la patience.

Hors ligne

 

#1428 28/07/2017 10:41:36

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1303

Re: On s'fait une toile ?

Je ne sais pas si ça compte comme "séduire artistiquement les gens avec la guerre comme thématique", mais Paris brûle-t-il ? (franco-américain, certes) est assez trépidant dans le genre. Il ne faut pas oublier non plus les approches spécifiques au vécu français de la guerre, par exemple tous les films sur le quotidien pendant l'Occupation, du type La Traversée de Paris. Sans oublier le goût du cinéma français pour le comique, avec les films comme Papy fait de la résistance tongue

Mais c'est sûr que le grand film épique et patriote subventionné par l'armée est beaucoup plus une tradition américaine. En France, on a eu le Chemin des dames pendant 14-18, l'Occupation pendant 39-45 et ses ambiguïtés entre collabos, résistants et beaucoup d'entre-les-deux, sans oublier les conflits bien sales comme la guerre d'Algérie, alors oui, ça donne plus des films comme Avoir vingt ans dans les Aurès ou de la SF antimilitaire comme Le Bunker de la dernière rafale de Caro et Jeunet. Mais ça n'est pas forcément plus mal.

Hors ligne

 

#1429 30/07/2017 16:49:17

John Doe
ZEUS - tueur de démons
Lieu: Au dessus
Date d'inscription: 12/05/2008
Messages: 6568
Site web

Re: On s'fait une toile ?

Il y a eu le Capitaine Conan de Bertrand Tavernier, qui était un excellent film sur le Grande Guerre, mais qui a déjà 20 ans.

Sinon, dans les "purs" films de guerre, il faut remonter loin en arrière (la 317ème section de Schoendoerfer sur l'Indochine, les croix de Bois de Raymond Bernard sur 14-18). Sur l'ensemble, ça ne fait pas lourd.


« Better a life like a falling star, brief and bright across the dark, than the long, long waiting of the immortals, loveless and cheerlessly wise »  - The Broken Sword - Poul Anderson               
« Que sommes nous, tous autant que nous sommes, sinon des spectres disparaissant dans la nuit ?» - Le Crépuscule du Dieu Gris - R.E. Howard

Hors ligne

 

#1430 30/07/2017 17:07:28

Ethan Iktho
Schrödinger's cat
Lieu: Out of the box, Erwin...
Date d'inscription: 12/12/2008
Messages: 1474

Re: On s'fait une toile ?

Dans le genre, il y a Croix de Fer de Sam Peckinpah, à un bout du spectre, et Johnny Got His Gun de Trumbo à l'autre, et même si le propos sur l'absurdité de la guerre se décline très différemment, il est cohérent au-delà des styles et des traitements de la guerre, à mon avis.

Et puis ce sont deux très beaux films.

Dernière modification par Ethan Iktho (30/07/2017 17:11:43)


Wrong in all the right ways, right in all the wrong ways.
        Tom Petty    https://www.youtube.com/watch?v=9TlBTPI … p;index=27
        The  Ghost Of Tom Joad      https://www.youtube.com/watch?v=n-mq0uJ7rlM

Hors ligne

 

#1431 30/07/2017 18:16:18

Littlefinger
Elbakinien d'Argent
Date d'inscription: 31/03/2011
Messages: 822
Site web

Re: On s'fait une toile ?

N'oubliez pas le sublime Les Sentiers de la Gloire d'un certain Stanley Kubrick.

Hors ligne

 

#1432 30/07/2017 19:14:14

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1303

Re: On s'fait une toile ?

Benedick parlait du cinéma de guerre français au départ smile

Hors ligne

 

#1433 30/07/2017 21:19:03

Littlefinger
Elbakinien d'Argent
Date d'inscription: 31/03/2011
Messages: 822
Site web

Re: On s'fait une toile ?

Tybalt a écrit:

Benedick parlait du cinéma de guerre français au départ smile

Merde, loupé happy

Hors ligne

 

Pied de page des forums