#41 01/11/2016 15:15:55

Mélanie Fazi
Mage
Date d'inscription: 16/08/2016
Messages: 84
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Merci à tous pour vos retours ! Et oui, je confirme, la discipline nécessaire en tant que traducteur ressemble beaucoup à celle qu'on doit s'imposer en tant qu'auteur.

Dernière modification par Mélanie Fazi (01/11/2016 15:16:31)


« The tale of the irrational is the sanest way I know of expressing the world in which I live. » (Stephen King)

Hors ligne

 

#42 02/11/2016 01:29:51

Kik
Agent dormant de Féerie
Lieu: plus prêt qu'on ne croit
Date d'inscription: 18/08/2014
Messages: 571

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Je comprends un peu mieux pourquoi c'est quasiment impossible de se traduire soi-même. huh

Mais pour une personne  à double culture et de surcroit bilingue, ce ne doit pas être évident de sacrifier la moitié de son pouvoir expressif...

Autant boycotter la lecture de la traduction de son œuvre par un autre ! Si j'ai bien compris l'auteur original ne peut pas tout contrôler. Cela relativise le pouvoir que le lecteur lui accorde... Surtout dans le cas d'un auteur à succès.


"Seul le pénitent pourra le passer"

Hors ligne

 

#43 02/11/2016 10:48:31

Foradan
Mollet de plomb
Lieu: Normandie
Date d'inscription: 13/05/2002
Messages: 12210
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Mélanie Fazi a écrit:

Mais par rapport à cette dernière phrase, "j'imagine que l'auteur a son mot à dire", je constate souvent que les lecteurs surestiment l'implication d'un auteur dans les traductions de ses livres. En réalité, autant ils acceptent généralement de répondre à nos questions, autant ils ne cherchent pas à s'impliquer davantage, ce qui me paraît plus sain pour tout le monde. Déjà, parce que l'auteur ne maîtrise pas forcément les langues concernées. Ensuite, parce qu'il n'en a pas forcément le temps ni l'envie (un auteur de best-sellers traduits dans le monde entier a autre chose à faire que de vérifier que des traducteurs ont bien fait leur boulot dans 25 langues différentes). Et puis à mes yeux, la traduction est un contrat de confiance : chacun son boulot et ses compétences, écrire est une chose, traduire en est une autre, le traducteur n'a pas à se prendre pour l'auteur et vice versa.

Je crois qu'ici -encore !- Tolkien est un cas particulier qu'on n'est pas près de revoir : d'une part, parce que sa démarche était autant celle d'un traducteur (des chroniques du 3° âge dans la langue des hobbits, des hommes et des elfes) que d'un auteur, qu'il a été confronté dès les épreuves -en anglais- à devoir reprendre la main (sur son pluriel atypique "dwarves" que l'éditeur avait réécrit "dwarfs" selon le dictionnaire) parce qu'une grande part de son texte n'était pas de l'anglais moderne même si ça pouvait y ressembler.

Et pour les traductions, il écrivait à son éditeur "il est certainement compréhensible qu'un auteur, tant qu'il est encore en vie, soit profondément et immédiatement préoccupé par les traductions. Et celui-ci, malheureusement, est aussi un linguiste professionnel [...]", notamment parce que les traducteurs suédois et hollandais avaient cherché des substituts à ses mots à lui (hobbit était devenu Hompen et Hobbel) alors qu'ils n'ont pas d'équivalent historique comme elfe, nain ou troll.

En contrepartie, il avait constitué des documents sur ces mots hors du vocabulaire commun. Mais on parle de quelqu'un qui passe 20 ans par livre à ce rythme.

Hors ligne

 

#44 02/11/2016 15:31:11

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 33504
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Oui, là, c'est une tout autre méthodologie, voire philosophie. smile
Pour rebondir sur un commentaire précédent, je ne sais pas s'il faut du courage pour être traducteur, c'est aussi une question d'opportunités. Et puis une fois qu'on est lancé... il faut bien tenir ses engagements. wink
Personnellement, j'arrive plus ou moins à 10 ans de métier cet automne et je n'ai pas remarqué de grands changements. Mais j'espère aussi avoir été relativement chanceux, la plupart du temps.


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#45 02/11/2016 16:18:34

Mélanie Fazi
Mage
Date d'inscription: 16/08/2016
Messages: 84
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Foradan a écrit:

Je crois qu'ici -encore !- Tolkien est un cas particulier qu'on n'est pas près de revoir : d'une part, parce que sa démarche était autant celle d'un traducteur (des chroniques du 3° âge dans la langue des hobbits, des hommes et des elfes) que d'un auteur, qu'il a été confronté dès les épreuves -en anglais- à devoir reprendre la main (sur son pluriel atypique "dwarves" que l'éditeur avait réécrit "dwarfs" selon le dictionnaire) parce qu'une grande part de son texte n'était pas de l'anglais moderne même si ça pouvait y ressembler.

Et pour les traductions, il écrivait à son éditeur "il est certainement compréhensible qu'un auteur, tant qu'il est encore en vie, soit profondément et immédiatement préoccupé par les traductions. Et celui-ci, malheureusement, est aussi un linguiste professionnel [...]", notamment parce que les traducteurs suédois et hollandais avaient cherché des substituts à ses mots à lui (hobbit était devenu Hompen et Hobbel) alors qu'ils n'ont pas d'équivalent historique comme elfe, nain ou troll.

Je ne sais pas si Tolkien était une exception, beaucoup d'auteurs ont sans doute un rapport similaire aux traductions, mais j'insistais surtout sur le fait que ce n'est pas systématique. Je ne suis pas sûre que les gens se rendent bien compte du travail que demande le simple fait de relire une traduction de son propre texte dans une autre langue, même quand on maîtrise ladite langue : ça prend un temps et une énergie conséquents, même pour une simple nouvelle, et on se creuse la tête à chaque phrase en se demandant "Est-ce que cette phrase sonne juste, est-ce que le sens est le bon, etc". Honnêtement, c'est un casse-tête et une expérience assez épuisante, et pendant ce temps-là, on n'est pas en train d'écrire. J'admire Aliette de Bodard de l'avoir fait sur la longueur d'un roman.

Je ne sais pas pourquoi l'idée que les auteurs préfèrent parfois le lâcher-prise au contrôle absolu étonne autant les gens, mais l'image de l'auteur qui veut absolument avoir son mot à dire sur tout a la peau dure. C'est le cas de certains, mais pas tous.

Dernière modification par Mélanie Fazi (02/11/2016 16:40:06)


« The tale of the irrational is the sanest way I know of expressing the world in which I live. » (Stephen King)

Hors ligne

 

#46 02/11/2016 16:23:24

Mélanie Fazi
Mage
Date d'inscription: 16/08/2016
Messages: 84
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Kik a écrit:

Autant boycotter la lecture de la traduction de son œuvre par un autre ! Si j'ai bien compris l'auteur original ne peut pas tout contrôler. Cela relativise le pouvoir que le lecteur lui accorde... Surtout dans le cas d'un auteur à succès.

Non seulement il ne peut pas tout contrôler, mais il ne le veut pas toujours (cf réponse précédente).

Et ça me semble salutaire, justement, de relativiser le "pouvoir" en question. Un auteur n'est pas un dieu omnipotent, juste quelqu'un qui s'efforce tant bien que mal de faire tenir des bouts de phrases et des bouts d'intrigue ensemble et qui est lui-même surpris quand ça marche. happy

Je crois l'avoir dit plus haut mais pour en avoir reparlé avec des collègues lors des récentes Utopiales, on est toujours étonnés que les gens demandent si souvent si c'est l'auteur qui a choisi le traducteur. C'est le métier de l'éditeur, et on ne voit pas très bien comment ce serait concrètement possible que l'auteur s'en occupe lui-même : ça supposerait qu'il dispose d'un temps infini et d'une excellente connaissance du marché de l'édition dans chacun des pays où il est traduit (sans parler de la langue). En gros, ce serait un boulot à temps plein. smile

Dernière modification par Mélanie Fazi (02/11/2016 16:24:18)


« The tale of the irrational is the sanest way I know of expressing the world in which I live. » (Stephen King)

Hors ligne

 

#47 02/11/2016 19:13:29

Eldwyst
Au service de la Dame
Date d'inscription: 23/07/2014
Messages: 590

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Merci pour les précisions en tout cas smile

Hors ligne

 

#48 15/11/2016 17:10:06

Mangelune
Apprenti
Date d'inscription: 03/10/2014
Messages: 24

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

C'était vraiment cool ce podcast, merci beaucoup !

Etant à moitié dans ma thèse sur la trad de la fantasy il y a bien plein de questions qui me brûleraient les lèvres comme les tarifs pratiqués (quels sont-ils ? sont-ils très variables ?), l'évolution des pratiques dans le temps (retraductions de classiques, premières traductions de textes séminaux, évolution des conditions de travail et influence de l'aura du genre sur les "stratégies" de traduction), l'interventionnisme de l'éditeur (vous en avez un peu parlé cela dit), etc.


Libreté est en cours de financement participatif ici même ! Jouez des enfants perdus assiégés par les sirènes de l'averse et transcendez la bile noire !

Hors ligne

 

#49 16/11/2016 18:56:44

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 33504
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

J'imagine que tu peux toujours contacter les intervenants du podcast, on ne sait jamais. wink


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#50 17/11/2016 14:01:27

Mangelune
Apprenti
Date d'inscription: 03/10/2014
Messages: 24

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Gillossen a écrit:

J'imagine que tu peux toujours contacter les intervenants du podcast, on ne sait jamais. wink

C'est une idée que je garde dans un coin de la tête wink


Libreté est en cours de financement participatif ici même ! Jouez des enfants perdus assiégés par les sirènes de l'averse et transcendez la bile noire !

Hors ligne

 

#51 17/11/2016 14:47:20

Mélanie Fazi
Mage
Date d'inscription: 16/08/2016
Messages: 84
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Avec plaisir en ce qui me concerne, tout en sachant que je n'ai pas la réponse à certaines de ces questions (l'évolution des pratiques notamment).

Dernière modification par Mélanie Fazi (17/11/2016 14:47:35)


« The tale of the irrational is the sanest way I know of expressing the world in which I live. » (Stephen King)

Hors ligne

 

#52 19/11/2016 11:29:27

Aléthia
Petite fille curieuse
Date d'inscription: 08/06/2008
Messages: 3209
Site web

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Moi de même, même si mon expérience reste très limitée comparée à celles de Mélanie et Gillo.

Hors ligne

 

#53 22/11/2016 14:33:52

Mangelune
Apprenti
Date d'inscription: 03/10/2014
Messages: 24

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

Eh ben mille merci pour ces propositions ! Le temps de préparer un mini-questionnaire et je reviens vers vous individuellement !


Libreté est en cours de financement participatif ici même ! Jouez des enfants perdus assiégés par les sirènes de l'averse et transcendez la bile noire !

Hors ligne

 

#54 29/06/2017 11:27:16

dragonnia
blue jeweled queen
Lieu: en route vers Kelsingra
Date d'inscription: 08/02/2010
Messages: 1739

Re: Podcast n°60* - Spécial traduction

J'ai écouté ce podcast avec du retard par manque de temps, mais je l'ai trouvé très intéressant.
Maintenant, je crois que je vais regarder un peu plus le nom du traducteur des livres que je vais lire.
Et j'ai découvert que Mélanie Fazi a traduit certains des livres que j'ai appréciés.wink
Il me restait une question (et si le traducteur n'aime pas le livre sur lequel il travaille ?), mais j'ai trouvé la réponse dans le forum.


Birds called to one another, and up above her, she heard the rustling passage of squirrels, monkeys ans other small creatures. Something very like peace settled over her.
The dragon keeper de Robin Hobb

Hors ligne

 

Pied de page des forums