Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

#121 07/06/2019 12:15:13

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35215
Site web

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Peut-être suite au podcast fantasy francophone à l'époque ?

C'est fort possible ! smile
D'ailleurs, n'hésitez pas à remonter ce sujet si ça vous dit, voire à écouter ce podcast. Tant qu'à faire d'utiliser ce sujet, je le voyais moins concerner la définition d'un style français que les problématiques mentionnées par exemple dans le message de Guigz, page 3 ou 4 il me semble.
Oui, je ne me remets pas de cet article RTL. tongue


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#122 11/06/2019 18:14:58

Grenouille_Bleue
Vala
Date d'inscription: 29/08/2011
Messages: 314

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Dans le domaine de la fantasy, les budgets marketing sont rares; ce qui fait le succès d'un livre est donc sa visibilité dans les rayons, ce qu'on appelle la mise en place.

Je vois que vous avez déjà cité le message de Samantha Bailly, que je trouve très vrai - et logique, finalement. Les droits d'un auteur qui cartonne à l'étranger se chiffrent en dizaines de milliers d'euros, quand ce n'est pas plus pour des séries types GoT. Rajoutez à cela la traduction, et un éditeur qui publie un écrivain américain à succès aura déjà mis beaucoup d'argent sur la table. Par contre, comme c'est un système de copyright, il garde le produit de ses ventes.

Comparez ça avec un auteur français lambda. S'il est dans une petite maison, il n'a pas d'à-valoir ou bien 500€. S'il est dans une maison correcte, il a peut-être 1000 ou 2000€. S'il fait partie du top 10 des ventes françaises, il a entre 5000 et 10000€.

Mettez-vous un instant à la place de l'éditeur. D'un côté, il a une trilogie américaine qui lui a coûté 40 000€ de droits + 10000€ de traduction. De l'autre, il a une trilogie française qui lui a coûté 1000€ par tome. Laquelle peut-il se permettre de planter ? Laquelle mettra-t-il en avant ? Laquelle demandera-t-il aux représ de vendre ?

Bien sûr que la qualité de la production française peut être mise en cause, tout comme celle de la production américaine. On connaît tous des auteurs dont on n'aime pas les livres, et qui cartonnent. Inversement, on a tous des chouchous qui ne se vendent pas.

Et pour ceux qui doutent encore que la mise en place par l'éditeur fait tout (à condition que le livre ne soit pas trop mauvais), un exemple personnel.

Les Epées de Glace version Midgard, petite maison d'édition, faible à valoir, faible diffusion: 2000 ex (et c'était considéré comme un succès de ouf)
Les Epees de Glace vers Bragelonne: plus de 10 000 ex.

C'est le MÊME TEXTE, on ne peut donc pas dire qu'il y a soudain eu un bond qualitatif. Le bond était purement marketing (et merci à Brage pour ça big_smile ).

Autre exemple: mon premier roman, les Talons Hauts rapprochent les filles du ciel, un policier (donc pas fantasy, mais intéressant pour la discussion).

La Fnac Montparnasse adore et le met en présentoir: 228 exemplaires vendus dans cette seule FNAC en 2012.
La Fnac Italie ne le lit pas et le met sur table sans autre forme de procès: 14 exemplaires vendus dans cette seule FNAC en 2012.

Le même texte, avec simplement une différence de mise en place, fait du simple à plus du décuple (comment dit-on ? du vincuple ?).

Donc pour moi, la différence n'est pas due à la qualité des textes mais au traitement des éditeurs.

Bien sûr, vous avez pu lire des auteurs français et ne pas les aimer, peut-être n'avez-vous pas apprécié mes écrits par exemple, mais je suis sûr que ça arrive aussi avec des auteurs anglophones: surtout sur un site comme Elbakin, on commence à devenir exigeants dans nos lectures, et on en classe de plus en plus dans la catégorie "sympa sans plus".

Du coup, en effet je n'ai des coups de coeur que pour 5 ou 10% des livres que je lis en fantasy française... mais c'est pareil en fantasy anglophone big_smile

Dernière modification par Grenouille_Bleue (12/06/2019 12:40:30)


Fantasy: Les Épées de Glace et La Main de l'Empereur (Bragelonne)
Jeunesse: Le Noir est ma Couleur (Rageot), la Magie de Paris (Castelmore), Faux Frère Vrai Secret (Castelmore)
Polar: Série Fitz (Le Masque)
https://www.facebook.com/olivier.gayecrivain

Hors ligne

 

#123 11/06/2019 19:42:10

Fabien Lyraud
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 13/10/2008
Messages: 1622

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

La Fnac Montparnasse adore et le met en présentoir: 228 exemplaires vendus dans cette seule FNAC en 2012.
La Fnac Italie ne le lit pas et le met sur table sans autre forme de procès: 14 exemplaires vendus dans cette seule FNAC en 2012.

J'ai publié récemment le premier roman d'un auteur Grenoblois. La librairie Omerveilles m'en a commandé 30 en deux mois et m'a fait savoir qu'elle m'en commanderait d'autres. Les autres librairies de Grenoble ont réagi et ont chacune commandé quelques exemplaires du bouquin. Tout ça parce qu'un libraire a décidé de défendre le bouquin à fond.
Donc ce sont effectivement les libraires qui font ou non le buzz. À partir d'un moment où l'un fait le buzz avec un titre d'autres le relaieront.


Venez chez Pulp Factory, l'éditeur de la fantasy et de la SF pulp moderne francophone.
http://pulp-factory.ovh/
https://www.facebook.com/Pulp-Factory-1233133706774124/

Hors ligne

 

#124 11/06/2019 21:42:05

Guigz
Disciple d'Aban
Lieu: Royaume de Papnica
Date d'inscription: 04/06/2009
Messages: 3203

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Gillossen a écrit:

Peut-être suite au podcast fantasy francophone à l'époque ?

C'est fort possible ! smile
D'ailleurs, n'hésitez pas à remonter ce sujet si ça vous dit, voire à écouter ce podcast. Tant qu'à faire d'utiliser ce sujet, je le voyais moins concerner la définition d'un style français que les problématiques mentionnées par exemple dans le message de Guigz, page 3 ou 4 il me semble.
Oui, je ne me remets pas de cet article RTL. tongue

Et je dois dire que je suis impressionné par le fait que ce débat me semble avoir complètement dérivé de sa question d'origine.


Déjà, je me retiens depuis plusieurs semaines de changer ce goddamn titre, "Pourquoi la fantasy française se vend mal", péremptoire au possible en plus d'être erroné.

Ensuite, j'aimerai vraiment revenir sur cet article écrit par Lloyd Chery parce que j'ai VRAIMENT l'impression que tout ce que nous disons depuis plusieurs pages a déjà été dit depuis des années et je pense vraiment qu'on se trompe un peu de débat à vouloir continuer à parler de différences de worldbuilding entre les auteurs français et les auteurs anglo-saxons quand on s'interroge sur la question du volume des ventes de livres (question très intéressante au demeurant, mais qui me parait peu pertinente sous ce spectre là).

Ces éternelles comparaisons avec des adaptations je les trouves peu pertinentes pour la simple et bonne raison qu'

                                un best seller de fantasy anglo-saxon est avant tout un best-seller tout court.

(je le mets en gras parce que j'ai l'impression que c'est passé inaperçu il y a quelques jours, alors je retente tongue)

Game of Thrones pour le quidam moyen c'est Game of Thrones.
L'adaptation auto-alimente l'oeuvre dont elle est issue sans que ça déborde sur le genre. The Witcher sur Netflix, si ça fonctionne, ça ne réjouira QUE Bragelonne à priori (et c'est déjà pas mal me direz vous si ça peut donner à certains éditeurs un peu d'air côté finances).

A mon sens, la grosse différence entre une oeuvre de fantasy anglo-saxonne qui court sur plein de tomes et son pendant français tient surtout à sa différence de temporalité (et ça je suis certain qu'on en a parlé dans le podcast sur la fantasy française).
Une oeuvre de fantasy anglo-saxonne c'est souvent un peu plus âgé en moyenne qu'une oeuvre de fantasy française. Shannara c'est 1977, La roue du Temps c'est 1990, Le Trône de Fer c'est 1995, L'assassin royal c'est 1995 aussi. Et je ne cite pas Tolkien ni Eddings ni Pratchett. La fantasy française en revanche c'est plus tardif hormis quelques exceptions comme Grimbert qui a commencé en 1996. Cette différence elle joue à mon sens sur le bouche à oreille d'un livre.

Cette différence de temporalité elle annule donc toute tentative d'établir un lien logique entre la so-called "qualité" de la fantasy anglo-saxonne et son volume de vente parce qu'on en revient à comparer deux choses trop  différentes :

1 - Des oeuvres plus âgées, qui ont donc émergé avec le temps et fait leur trou par rapport à d'autres oeuvres dans leur rayon. Ce sont un peu les gagnantes de leur époque, elles ont été confrontées à d'autres livres et l'ont emporté, on a donc souvent oublié les perdants. Leurs auteurs ont acquis une certaine sérénité financière qui leur a permis de continuer à écrire sans trop de souci.


2- Des oeuvres plus jeunes, d'auteurs souvent eux aussi plus jeunes happy. Leurs bouquins ne sont pour la plupart pas encore suffisamment implantés en rayon pour être devenus des incontournables et ils bataillent donc un peu plus pour pouvoir continuer à écrire, tout simplement.

Pour finir, une anecdote que je trouve parlante. Je me souviens avoir lu un post de George R.R. Martin qui se souvenait avoir dédicacé un jour le 1er tome du Trône de Fer en 1996 dans une librairie où un mec déguisé en Clifford, le chien rouge pour enfant, dédicaçait lui aussi juste à côté... Martin n'avait quasiment vu personne de la journée et Martin l'avait semble t-il très mal vécu étant donné qu'il parle encore souvent de cette histoire.

Auteurs français, tout vient à point ! tongue


Ainsi le peuple attendit un héros capable de soulever l'épée sacrée et de ramener la paix dans le monde. Aujourd'hui, les derniers sages de la Terre s'accordent pour dire que cette arme qui porte en elle le destin du monde se nomme en réalité : Pénis-de-Guigz"

Ecrit de la main droite par la très Vénérée Mère Wintonelle, scribe royale de la cité-impériale d'Elbakin-Poinete.

Hors ligne

 

#125 11/06/2019 22:12:31

Kaellis
Petit cauchemar ambulant
Lieu: Nancy
Date d'inscription: 14/09/2014
Messages: 1326

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Je rejoins entièrement les avis de Guigz et Grenouille bleue, qui chacun explique bien ces différences de vente, que ce soit par l'exemple concret des Épées de Glace, ou la temporalité de certaines œuvres anglo-saxonnes.


Memento Mori

Hors ligne

 

#126 11/06/2019 22:46:29

Foradan
Mollet de plomb
Lieu: Normandie
Date d'inscription: 13/05/2002
Messages: 12756
Site web

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Et je reprend l'exemple du Witcher, qui est de la fantasy polonaise (donc européenne) : le premier tome sort en 1993, fait son bonhomme de chemin en europe continentale, traduit en français en 2003, en anglais en 2007 en même temps que le jeu video.
Autrement dit, il faut quelques années pour que le loup sorte du bois, le machin est plus vieux que le trône de fer !

Mais à l'époque, la fantasy n'existait pour ainsi dire pas en France (j'ai trouvé mon premier Tolkien en bibliothèque à côté de Tolstoï, pas de rayon dédié), la reconnaissance des caïds anglophones rasant les murs, ça ne laissait guère de marge d'expression pour les auteurs français.

Tant les éditeurs, les auteurs que les festivals, tout ou presque était à construire, la fantasy est jeune en France.

Hors ligne

 

#127 12/06/2019 09:00:31

Romain d'Huissier
Istar
Lieu: Reims
Date d'inscription: 28/09/2015
Messages: 159
Site web

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Mais hélas, les livres n'ont que peu le temps d'exister.
On a deux semaines pour se vendre, ensuite on dégage des rayons à moins d'être un succès.
Comment s'installer dans le temps avec ce roulement ?

Hors ligne

 

#128 12/06/2019 09:59:32

d_bruno
Vala
Date d'inscription: 10/12/2009
Messages: 312

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Peut être que tout simplement le problème vient de la façon dont les éditeurs Français aborde leur travail tout simplement ?

A-t'on des comparatif sur le mode de fonctionnement des éditeurs Français en comparaison avec les éditeurs Anglo-Saxons ?

A titre perso, je n'ai pas l'impression que les auteurs Français soient moins bon.

Ce qui me fait penser à ça c'est aussi les œuvres traduites où non traduites.

Je me suis mis à lire en Anglais car la traduction de WOT ne suivait pas. Je ne compte même plus les livres que j'ai lu en Anglais depuis.

Pourquoi la traduction de WOT n'a pas pris ? les éditeurs ne faisaient pas assez de vente dessus (outre la qualité des dites traductions qui a forcément eu un impact je l'avoue) ? pourquoi ? Je ne dis pas que c'est pour les même raisons, mais je me dit qu'il y a peut être quelque chose à creuser dans ce sens. C'est surement un ensemble de raisons qui rendent difficile d'identifier réellement le soucis.


"Les plantes rétroannuelles sont celles qui poussent à rebrousse-temps. Vous les semez cette année et elles poussent l'année dernière." Les annales ...

Hors ligne

 

#129 12/06/2019 12:11:58

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35215
Site web

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

De tête, La Roue du Temps s'est toujours relativement bien vendue en France, "juste" pas à la hauteur des attentes pour un cycle d'une telle ampleur en tout cas aux Etats-Unis.
Et je suis tout à fait d'accord avec ce que pointe Olivier. Quand tu vois que parfois, une seule librairie (une seule) peut représenter 1/15e de toutes tes ventes sur l'année...


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#130 12/06/2019 12:30:10

Fabien Lyraud
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 13/10/2008
Messages: 1622

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Quand tu vois ce que les Imaginales représentent dans le CA de certains éditeurs, on peut se dire qu'il y a quelque chose qui ne va pas.


Venez chez Pulp Factory, l'éditeur de la fantasy et de la SF pulp moderne francophone.
http://pulp-factory.ovh/
https://www.facebook.com/Pulp-Factory-1233133706774124/

Hors ligne

 

#131 13/06/2019 19:49:43

Gwendal
Lucha Libre Style
Lieu: A l'ouest
Date d'inscription: 10/09/2006
Messages: 2595

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Je ne sais pas si ça va faire avancer le schmilblick mais Babelio a fait une vidéo sympa. Une preuve que les choses avancent quand même ? A voir ici

Edit : je sais qu'il en manque plein, mais c'est un pas intéressant pour un site qui en parle assez peu, même s'il y a une "masse critique mauvais genre".

Dernière modification par Gwendal (14/06/2019 08:32:48)


‎Profil Babelio : http://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=8303

"Si vous n'aimez pas la mer, si vous n'aimez pas la montagne, si vous n'aimez pas la ville. Allez vous faire foutre ! " - A bout de souffle

Hors ligne

 

#132 14/06/2019 12:12:22

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35215
Site web

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Gwendal a écrit:

Edit : je sais qu'il en manque plein, mais c'est un pas intéressant pour un site qui en parle assez peu, même s'il y a une "masse critique mauvais genre".

Ils avaient déjà fait tout récemment une vidéo post-Imaginales : https://www.youtube.com/watch?v=eSsmc8Xv884 smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#133 14/06/2019 12:20:03

Gwendal
Lucha Libre Style
Lieu: A l'ouest
Date d'inscription: 10/09/2006
Messages: 2595

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Gillossen a écrit:

Gwendal a écrit:

Edit : je sais qu'il en manque plein, mais c'est un pas intéressant pour un site qui en parle assez peu, même s'il y a une "masse critique mauvais genre".

Ils avaient déjà fait tout récemment une vidéo post-Imaginales : https://www.youtube.com/watch?v=eSsmc8Xv884 smile

C'est pour ça que j'ai un peu l'impression que ça avance petit à petit. Sans doute pas assez vite pour les auteurs, mais le lectorat s'élargit (grâce entre autre aux challenges de lecture ...etc) un peu.


‎Profil Babelio : http://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=8303

"Si vous n'aimez pas la mer, si vous n'aimez pas la montagne, si vous n'aimez pas la ville. Allez vous faire foutre ! " - A bout de souffle

Hors ligne

 

#134 15/06/2019 09:45:25

Lisbei
Lectrice de passage
Lieu: Sud
Date d'inscription: 19/04/2005
Messages: 916
Site web

Re: "Pourquoi la fantasy française se vend mal"

Ah ouais, c'est quand même sympa, merci Gwendal. Pour ma part, j'ai notamment apprécié qu'ils aient "déterré" ces auteurs trop rares en ce moment que sont Léa Silhol et Serge Lehmann.

Et c'est cool qu'ils t'aient interviewé, Gillo !

Dernière modification par Lisbei (15/06/2019 09:54:53)


Même le soleil se couche

Hors ligne

 

Pied de page des forums