Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

#61 07/11/2019 07:42:44

Gwendal
Lucha Libre Style
Lieu: Ar brezhoneg eo ma bro
Date d'inscription: 10/09/2006
Messages: 2644

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Vu hier sur la page Face du Diable Vauvert qu'ils avaient signé une première cession à l'étranger pour une traduction en italien. yeah


‎Profil Babelio : http://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=8303

"Wake the fuck up samouraï, we have a city to burn" - Johnny Silverhand

Hors ligne

 

#62 07/11/2019 10:03:01

RoiFingolfin
Sedai
Lieu: Alsace
Date d'inscription: 16/10/2003
Messages: 125
Site web

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Oh, super nouvelle ! Il le mérite amplement. J'ai hâte de lire la suite d'ailleurs, mais on en est loin. Il me semble que Dewdney avait parlé de 2 ans 1/2, ça nous fait donc printemps 2021...


"...mais, cette fois encore, Fingolfin resta muet. Il fendit la foule en silence et alla retrouver son frère Finarfin."

Fingolfin, grand roi des Noldor

Hors ligne

 

#63 07/11/2019 16:29:16

Muhyidin
Maïa
Date d'inscription: 15/08/2006
Messages: 298

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Et c'est pas près de finir avec 7 tomes prévus...

Hors ligne

 

#64 08/11/2019 08:32:22

RoiFingolfin
Sedai
Lieu: Alsace
Date d'inscription: 16/10/2003
Messages: 125
Site web

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Mais c'est bien qu'il y ait une longue saga de fantasy française (surtout de qualité), je ne crois pas que ça existe déjà, ou alors c'est rare.


"...mais, cette fois encore, Fingolfin resta muet. Il fendit la foule en silence et alla retrouver son frère Finarfin."

Fingolfin, grand roi des Noldor

Hors ligne

 

#65 11/11/2019 22:09:27

Nakor
Ta'veren
Date d'inscription: 28/08/2007
Messages: 209

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

La lecture du tome 1 m'a laissé sur ma faim. Certes c'est bien écrit, mais l'auteur ne semble prendre aucun risque. En outre, je ne sais s'il y a volontairement une dimension politique, mais je l'a trouve un peu "politiquement correcte"; non qu'il faille forcément et artificiellement adopter les codes inverses, mais là j'ai le sentiment que l'oeuvre risque de traduire simplement les préoccupations de l'époque. Ce qui me paraît limité.

Hors ligne

 

#66 12/11/2019 20:31:07

Apophis
Lige
Lieu: Dans sa pyramide.
Date d'inscription: 19/03/2017
Messages: 68
Site web

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

La dimension politique est tout à fait volontaire. L'auteur s'est exprimé en détails sur ses convictions en interview.

Hors ligne

 

#67 12/11/2019 22:54:29

belgarion
Chevalier du Guet
Lieu: Top secret
Date d'inscription: 21/09/2002
Messages: 5969

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

RoiFingolfin a écrit:

Mais c'est bien qu'il y ait une longue saga de fantasy française (surtout de qualité), je ne crois pas que ça existe déjà, ou alors c'est rare.

Il y a quelques sagas françaises de fantasy, notamment en fantasy épique (les dieux sauvages pour en citer une récente, ou le secret de Ji pour en citer une plus ancienne), mais ça fait plaisir de voir un cycle ambitieux de fantasy française, en dépit de quelques défauts déjà soulignés.

Je suis heureux pour cette première traduction!

Dernière modification par belgarion (12/11/2019 22:55:07)


"Les enfants croient que tout est possible,
Les jeunes pensent qu'il leur est possible de tout faire,
Les adultes s'efforcent de faire leur possible,
Les vieux ont l'impression d'avoir couru après l'impossible toute leur vie."  PIerre Bordage, Terra Mater

Hors ligne

 

#68 11/02/2020 08:37:45

Merwin Tonnel
POYO!!!
Lieu: USDA
Date d'inscription: 26/11/2005
Messages: 7099

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

J'ai lu le premier le mois dernier et j'ai beaucoup aimé. J'ai toujours un faible pour les récits d'enfance/récits initiatiques un peu intimistes à la première personne, type Assassin Royal ou Nom du Vent, et celui-là a tapé dans le mille. L'univers est certes assez classique, comme une grande partie du déroulement, mais il paraît très travaillé et vivant, on sent que l’auteur a pas mal de choses sous pied et qu’il se passe des choses en dehors des pages. C’est un aspect de la construction d’univers que je ne retrouve pas toujours en fantasy francophone et c’est agréable de voir que certains auteurs arrivent à bien s’en emparer.
Le style est très agréable, la lecture est fluide et on glisse sans problème de page en page même lorsqu’il ne se passe pas grand-chose ou que Syffe décrit son quotidien.

Mais il y a juste un élément qui m’a gêné, surtout dans la première moitié du roman, c’est le fait que Syffe est en permanence dans la narration descriptive. Il reste dans le même registre de la description dans toutes les scènes et ne laisse jamais la place à l’instantané. Typiquement, il n’y a quasiment aucun dialogue. Ça se calme un peu avec Uldrick, mais même là, les dialogues sont racontés dans le cœur d’un paragraphe et ne deviennent jamais une scène. Sauf qu’à raconter uniquement la substance des échanges entre lui et ses amis d’enfance, par exemple, lesdits amis ne deviennent jamais vraiment des personnages à part entière. Brindille, Hesse ou sa copine dont j’ai oublié le prénom ne sont jamais vraiment formés complètement, ce sont surtout des noms qui interagissent avec Syffe, mais jamais de vrais personnages.

Ça m’a pas empêché d’acheter d’ores et déjà le tome 2, mais c’est le petit truc qui me manque pour que le livre me marque profondément.


"Faith is a personal accord between a lone soul and that in which it chooses to believe. In any other guise it is nothing more than a thin coat of sacred paint slapped over politics and the secular lust for power."

Steven Erikson - Forge of Darkness

Hors ligne

 

#69 16/02/2020 20:34:52

dragonnia
blue jeweled queen
Lieu: en route vers Kelsingra
Date d'inscription: 08/02/2010
Messages: 1980

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

J'ai lu le tome 2 il y a déjà un bon moment.
C'est une histoire qui est toujours bien écrite.
Mais la fin... dites donc, il a la tête qui enfle, le Syffe !


Birds called to one another, and up above her, she heard the rustling passage of squirrels, monkeys ans other small creatures. Something very like peace settled over her.
The dragon keeper de Robin Hobb

Hors ligne

 

#70 24/04/2020 15:45:49

Irokoi
Sedai
Date d'inscription: 10/04/2019
Messages: 110

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Je viens de finir enfin le T1, et j'ai vraiment trouvé ça excellent ! J'ai ressenti un peu la même chose au début concernant les dialogues mais finalement c'est cohérent avec le ton, l'esthétique et les différents partis pris/choix de l'auteur. La vie passe par la description et la sensorialité plus que part les dialogues mais qu'est ce que c'est délicatement réussi et sensible ! Je lirai le T2 prochainement ! Et je suivrai la série et l'auteur !

Hors ligne

 

#71 13/05/2020 12:49:41

RoiFingolfin
Sedai
Lieu: Alsace
Date d'inscription: 16/10/2003
Messages: 125
Site web

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Patrick Dewdney a annoncé sur sa page facebook que le tome 3 était prévu pour janvier 2021, ce qui ne nous fait plus que 8 mois à attendre. Il y a quelques jours, il précisait avoir atteint les 3/4 du livre.
Ce qui est sûr, c'est que je serai aux premières loges pour la suite des aventures de Syffe smile.


"...mais, cette fois encore, Fingolfin resta muet. Il fendit la foule en silence et alla retrouver son frère Finarfin."

Fingolfin, grand roi des Noldor

Hors ligne

 

#72 25/06/2020 12:02:01

Taraise
Vala
Date d'inscription: 25/02/2013
Messages: 318

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Je viens de finir le tome 1! J'hésitais vraiment à l'acheter en librairie et les quelques phrases du début m'ont finalement convaincu. Je n'ai pas regretté !

Ma première impression a été de me dire : Oh c'est comme Robin Hobb ! Je sais, ce n'est peut-être pas très délicat de dire à un auteur qu'il ressemble à un autre surtout quand tu mets tes tripes dans un cycle de sept tomes. Mais les accents de l'assassin royal étaient vraiment là : narration longue et à la première personne, le héros étant un enfant jeune et orphelin et un gros travail mis sur l'ambiance et les relations entre personnes. Brindille c'est Molly, Hesse c'est bien évidemment Burrich et le maître chirurgien c'est Umbre. Bien sûr, ça n'a pas vraiment de sens de faire ce genre de comparaisons. Mais comme j'ai tant aimé l'assassin royal, je ne pouvais qu'aimer automatiquement l'enfant des poussières. Et je me suis retrouvée frustrée d'être autant satisfaite ! Le début de ce livre cochait tout ce que j'aimais, c'était évident, fluide et très logique. J'ignore comment on peut arriver à ressentir de la frustration en étant aussi satisfaite et j'en suis à me le demander encore. Mais cela a disparu quand j'ai abordé la deuxième partie du livre,

Spoiler:

c'est à dire après le meurtre du valet d'écurie, la trahison de Hesse et le sauvetage inattendu d'Uldrick.

Ce rebondissement a vraiment été bénéfique: l'auteur pouvait donc prendre des risques et accentuait la fragilité de la vie de Syffe. La partie

Spoiler:

où Uldrick apprend à Syffe

à devenir un guerrier et cette relation de haine et d'amour entre les deux a été très marquant et je ne me souviens pas d'avoir lu dans d'autres livres des relations apprenti/maître aussi tumultueuses et touchantes que celles-ci. Par conséquent, la comparaison incessante avec l'assassin royal s'est essoufflée et j'ai commencé à prendre la mesure de la plume de l'auteur.
La fin a quelque chose pour moi de grinçant. Evidemment la fin

Spoiler:

du siège est très amère

et le rebondissement où

Spoiler:

Syffe retrouve Brindille peu avant la mort d'Uldrick et l'arrivée des renforts de Collinne

est digne du premier rebondissement majeur mais je l'ai trouvé un peu forcé.  Non seulement, on se doute que la fin ne puisse pas être bonne et réjouissante, et depuis des pages je sentais que la vie

Spoiler:

d'Uldrick

était menacée.

Spoiler:

Forcément dans la fantasy les mentors finissent toujours par mourir pour laisser les héros grandir avec en sus une vengeance sur les bras. C'était inévitable. (Mention spéciale du coup à Robbin Hobb qui ne fait ni mourir Burrich ni Umbre dans les premiers tomes mais emploie une toute autre manière de les éloigner du héros). Mais quand même la mort d'Uldrick aussi terrible que stupide qui ne voit pas arriver les troupes ennemies malgré sa vigilance professionnelle ? La promesse non tenue à Brindille et la trahison de Carsonne le méchant-gentil qui était juste un méchant-méchant sans que les Vars ne s'en doutent...Bien évidemment je me doutais que le héros allait tout perdre une nouvelle fois. Sinon à quoi bon les six tomes derrière ? Mais la fin est quand même dure à digérer.

La dernière critique que je ferais qui m'a pas mal accompagné durant toute la lecture est l'âge de Syffe. J'ai trouvé ça un peu gros le fait qu'on développe une haine et peur aussi tenace pour un gamin de 10 ans même

Spoiler:

s'il est soupçonné de sorcellerie et de meurtre.

Spoiler:

Pourquoi à la mort du chirurgien on développe une telle peur pour un apprenti qui a passé à peine plus d'un an à apprendre la chirurgie alors qu'on ne ressent pas vraiment une telle suspicion et peur à l'égard du chirurgien de son vivant ? Et le fait également que le jeune noble Misolle développe une telle rancœur face à un gamin de 10 ans et offre une telle récompense me laisse perplexe également. Bien sûr il fallait que Syffe soit mis à l'écart et à l'épreuve pour l'intrigue. Mais tout cet acharnement pour un gamin des rues ?

L'autre aspect est qu'on oublie finalement que Syffe n'a qu'une dizaine d'années. En fait qu'il ait 10 ou 16 ans,

Spoiler:

(il boit, il tue, il finit par coucher avec une prostituée)

cela ne change rien. Tout le monde le considère comme un adulte et le rabroue quand il agit comme un enfant. Alors que c'est ce qu'il est, un enfant. Finalement Hesse en lui cachant beaucoup de chose a été peut-être été le moins injuste envers lui.

Hors ligne

 

#73 06/07/2020 12:53:46

Flykillerman
Diablo Loco
Lieu: Somewhere in Time
Date d'inscription: 27/03/2008
Messages: 1692

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

http://www.folio-lesite.fr/var/storage/images/product/c0b/product_9782072746697_195x320.jpg

en septembre


Vosne Romanée 1er Cru Cros Parantoux - Clos de la Roche - Chambertin Clos de Bèze - Chevalier-Montrachet - Chambolle Musigny 1er Cru les Amoureuses: VIVE LA BOURGOGNE !

Hors ligne

 

#74 16/08/2020 15:41:48

Taraise
Vala
Date d'inscription: 25/02/2013
Messages: 318

Re: Critique ! [Le cycle de Syffe - Patrick K. Dewdney]

Je viens de finir le tome 2 : la Peste et la Vigne. Et je dois dire que je suis assez déçue du contenu de celui-ci.
Si les descriptions sont toujours aussi belles, la lecture toujours aussi fluide et l'univers toujours aussi travaillé, j'ai été  frustrée de l'évolution de l'histoire.
D'une part, l'histoire n'est pas d'une grande richesse scénaristique. On suit juste Syffe dans son aller simple

Spoiler:

pour le pays Ketoï

Le voyage m'a paru très long et assez ennuyant. De vagues rencontres, de vagues péripéties, beaucoup de description de pluie et de morosité et l'histoire qui ne décolle jamais vraiment.
D'autre part, les nouveaux personnages n'ont pas brillé par leur présence. Ce qui est dommage, le tome 1 faisait la part belle aux personnalités complexes et aux relations intéressantes. Ici, de qui peut-on se rappeler qui aurait la stature d'un Uldrick, la complexité d'un Hesse, la camaraderie d'une Driche ? Aucune alchimie particulière ne vient lier Syffe avec les autres personnages de l'histoire. A la rigueur, à la fin on est content de retrouver le trio

Spoiler:

Syffe-Brindille-Pérégrin

pour des relations un peu plus complexes. Mais ils viennent du tome 1. Les personnages du tome 2 m'ont paru bien fades que ce soit chez les Arces ou chez les Affranchis. Et cette manière qu'a Syffe de décliner tout début de camaraderie et de rapprochement a été une constante qui m'a pesé.
Mon troisième principal grief concerne Syffe lui-même. Manque de bol, c'est lui le narrateur et c'est par lui exclusivement qu'on appréhende l'histoire. J'aurais beaucoup beaucoup aimé qu'on ait un livre sur la rédemption ou sur la résilience après l'évasion

Spoiler:

de Syffe des mines d'Iphos

Après tout, quitte à être un livre très psychologique, on aurait pu avoir pas mal de lignes sur la façon dont on aborde le monde libre après des années d'emprisonnement et d'esclavage. Pas de chance, non seulement le séjour

Spoiler:

de Syffe dans les mines est raconté très rapidement, son évasion n'est pas très spectaculaire et en plus les séquelles de ces 5 ans sont quand même pas super profondes. Hop, une animosité pas très marquée envers des carmides, une cicatrice sur la joue et un peu de méfiance supplémentaire et roule Syffe !

D'autres aventures plus importantes t'attendent parce que l'auteur en a décidé ainsi ! De plus son obsession quasi maladive envers Brindille et son introversion permanente, bien qu'il en soit conscient ne le rendent plus vraiment sympathique et grillent ses capacités à nouer du lien et à se trouver d'autres horizons plus cléments.
Pour finir, autant la fin du tome 1 m'avait révolté par son amertume et son injustice autant la fin du tome 2 m'a blasé. J'ai juste trouvé la dernière péripétie particulièrement stupide.

Spoiler:

Si encore Syffe avait finalement compris qu'il allait mourir de sa fusion avec la" Déesse" et que dans un geste très égoïste il remplacerait son corps par un autre ça m'aurait satisfaite. Mais cette confusion, cet échange malencontreux du corps de Brindille à l'insu de tout le monde. ça me laisse perplexe

Et puis il faut bien le dire, j'ai pas eu l'impression d'avoir eu des réponses satisfaisantes dans ce tome 2.

Spoiler:

Syffe finit à nouveau seul en ayant perdu encore Brindille avec un royaume en colère à sa recherche en plus des esclavagistes carmides, des mercenaires de Franc-Lac, des survivants des Affranchis (ça en fait du monde pour un simple garçon)...Mais pourquoi Syffe est l'Epousé ? Que sont les Déïsi ? Qui sont les parents de Syffe ?

Pendant tout le livre on nous a vendu que toutes les réponses reposeraient auprès du Pérégrin et de Brindille mais la fin apporte encore plus de frustration que de satisfaction.

Hors ligne

 

Pied de page des forums