#1 06/05/2013 16:26:30

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34271
Site web

Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#2 06/05/2013 17:46:15

owingketinketink
Adhrent
Date d'inscription: 30/05/2011
Messages: 734

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Merci pour la dcouverte. A la fois de la maison d'dition -m'ont l'air djant comme j'aime ces dnicheurs de ppites. De l'auteur et du titre. Quant la 4eme de couv : tout ce que j'aime, tout.
Une de mes prochaines lectures de quand j'aurai le temps. M'en fait dj une fte.
Le lien vers la maison d'dition : http://www.editions-attila.net/la_langu … livre.html
Rudement chouette leur catalogue, rare.
Merci Atanaheim.

Hors ligne

 

#3 06/05/2013 17:51:59

Atanaheim
fantaisiste
Date d'inscription: 12/12/2011
Messages: 2851

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

De rien. wink
Une belle lecture que ce roman ! J'espre vraiment qu'il te plaira. Mais je suis presque sr que ce sera le cas wink

Hors ligne

 

#4 07/05/2013 08:40:17

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 10470
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Pour une fois qu'on a droit un roman original... ohmy


Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trnes, et sur l'un d'eux tu dois siger en tant que roi.

Hors ligne

 

#5 16/05/2013 15:00:44

Perrin
Ami des Loups
Lieu: GG
Date d'inscription: 24/04/2002
Messages: 1452
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Comme quoi, la fantasy peut encore surprendre, c'est bon savoir.
Merci pour cette dcouverte !


http://nsa01.casimages.com/img/2008/05/24/0805240745313409994.gif

Hors ligne

 

#6 30/05/2014 08:37:08

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 10470
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Comme quoi, on en avait eu raison de le nommer. wink

arrow http://www.elbakin.net/edition/21518-Le … naire-2014


Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trnes, et sur l'un d'eux tu dois siger en tant que roi.

Hors ligne

 

#7 31/05/2014 13:17:47

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1341

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Un prix mrit smile Je l'avais lu il y a quelques mois et beaucoup aim ! Quelques comparaisons ple-mle pour vous donner une ide : on est quelque part entre le ralisme magique, le conte philosophique et la fantasy humoristique sujet prhistorique faon Pourquoi j'ai mang mon pre de Roy Lewis (mme si L'Homme qui savait... se passe au Moyen ge). Il y a aussi un ct Rabelais, au fond (la tendance boire et fracasser joyeusement des crnes). Et pourtant, tout se passe en Estonie, et on plonge aussi cette occasion dans un imaginaire la fois familier et diffrent.
Le seul dfaut que j'ai trouv ce roman est (mais impossible de dvelopper sans dvoiler des lments importants de l'intrigue) :

Spoiler:

Son pessimisme sur le fond de son sujet : les gens sont stupides, ils suivent la mode, oublient leurs traditions, etc., le savoir disparat et finalement personne n'arrive viter cette perte pourtant catastrophique. Aucune place pour la recherche, la diffusion du savoir, la possibilit de redcouvrir le pass ou de concilier tradition et modernit. On est en plein Moyen ge faon "ge sombre", sans savants, sans personne pour rattraper les autres. C'est un univers au fond sombre et misanthrope. Bref, rigolons et traitons-nous de cons les uns les autres. Mouais. L'humour misanthrope sans nuance, j'adore pas, surtout que finalement c'est extrmement conformiste. Je prfre nettement les romans qui proposent des solutions ou au moins gardent un espoir possible.

Accessoirement, c'est typiquement le genre de roman qui pourrait faire l'objet de contresens ou de rcuprations politiques allant dans le sens d'un nationalisme ou d'un conservatisme bat (mme si a ne tient pas la route quand on lit attentivement le livre).

En tout cas, rien que pour le style, c'est un livre lire ! J'espre que le prix aidera faire connatre l'auteur en France et aussi faire traduire plus de livres estoniens en franais, parce que pour le moment on ne peut pas dire qu'on ait un grand choix en la matire.

Dernire modification par Tybalt (31/05/2014 13:26:24)

Hors ligne

 

#8 02/06/2014 13:03:01

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34271
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Merci d'avoir pris la peine de poster ton avis ! smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#9 02/06/2014 21:30:53

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1341

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Ah ben avec plaisir ! C'est l'une de mes belles dcouvertes de fantasy de l'an dernier et, mme si le bouquin n'est pas parfait (lequel l'est ?), je le recommande chaudement smile

Hors ligne

 

#10 12/07/2014 11:58:19

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1341

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Un autre roman de Kivirkh, lui aussi situ dans une Estonie teinte de mythes et de lgendes, paratra chez le mme diteur (Le Tripode) en octobre smile

http://le-tripode.net/media/couvertures/xles-groseilles-de-novembre_2.pagespeed.ic.i4lOY1FY_K.jpg

Prsentation sur le site de l'diteur  a crit:

Les Groseilles de novembre

Lire Andrus Kivirhk, cest chaque fois se donner la certitude que lon va entrer de la faon la plus naturelle dans un monde proprement extraordinaire. LHomme qui savait la langue des serpents (Le Tripode, 2013, Prix de l'Imaginaire 2014 du roman tranger) nous avait habitus lide dune poque o il tait encore possible dpouser des ours, davoir pour meilleur ami une vipre royale ou encore de voler dans les airs laide dossements humains. Les Groseilles de novembre dmontre un peu plus les talents de conteur de lcrivain. Nous voici cette fois-ci immergs dans la vie quotidienne dun village au Moyen-ge o tout pourrait sembler normal et o, trs vite, plus rien ne lest. Les seigneurs sont dups par leurs serfs, des dmons maraudent, des vaches magiques paissent sur les rivages, les morts reviennent, le diable tient ses comptes, une sorcire prpare ses filtres dans la fort et, partout, chaque jour, les jeux de lamour et du dsir tirent les ficelles de la vie. la fois hilarant et cruel, farce moyengeuse et chronique fantastique, Les Groseilles de novembre est considr en Estonie comme le meilleur roman dAndrus Kivirhk.

Hors ligne

 

#11 15/07/2014 13:57:26

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34271
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Merci pour cette alerte ! smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#12 17/07/2014 18:10:17

IbZz
Novice
Date d'inscription: 23/10/2007
Messages: 6

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Excellente nouvelle! Je cherchais d'autres romans de cet auteur, tant j'ai aim celui-ci. Une vraie merveille, particulirement sur le fond, frais et innovant. J'y ai ressenti une ode la fort, un conte clbrant la nature et sa relation avec l'homme d'antan, avant la contamination par les missionnaires, un peu comme dans la fort des mythagos, de robert Holdstock, en moins srieux.

Cependant, ayant lu le fameux blockbuster de Tim Willock juste avant, essentiellement bas sur l'action et le grandiose, a m'a fait un bien fou de revenir quelque chose de moins cinmatographique, et de sentir davantage de construction et doriginalit dans le scnario. Le contexte historique de "La Religion" est fabuleusement restitu, mais on sent que c'est du cinma, et que tout est mticuleusement calcul, alors qu'ici, l'auteur parle de ce qui le touche au plus profond de lui-mme, son peuple et ses origines, et qu'il cherche faire partager son amour des valeurs estonniennes ancestrales.

Bien sr le livre n'est pas parfait, mais l'univers en question est si bien rendu, l'humour bien pes et l'histoire si surprenante que j'aimerais beaucoup lire d'autres ouvrages de cet auteur dont on dit tant de bien sur le net, mais dont un seul ouvrage est disponible en franais.

Je me rjouis de lire ces histoires de groseilles! Merci pour cette annonce, c'est une excellente nouvelle.

Hors ligne

 

#13 08/10/2014 23:01:12

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1341

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Les Groseilles de novembre approchent, a priori. Je suis assez impatient, je dois dire !
EDIT : Hiii, a parat mme le 9 octobre, donc vendredi !
Il y a une vido de 11 minutes sur la page du livre sur le site de l'diteur (lien deux lignes plus haut) avec une interview de l'auteur.

Dernire modification par Tybalt (08/10/2014 23:03:37)

Hors ligne

 

#14 09/10/2014 08:01:46

Flykillerman
Diablo Loco
Lieu: peu prs
Date d'inscription: 27/03/2008
Messages: 1566

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Tybalt a crit:

Les Groseilles de novembre approchent, a priori. Je suis assez impatient, je dois dire !
EDIT : Hiii, a parat mme le 9 octobre, donc vendredi !
Il y a une vido de 11 minutes sur la page du livre sur le site de l'diteur (lien deux lignes plus haut) avec une interview de l'auteur.

Le 09 octobre c'est aujourd'hui, jeudi. wink


Ras le bol des pleurnichards

Hors ligne

 

#15 10/10/2014 00:06:48

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1341

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Oh !
En effet.
Bon ben, c'est encore mieux.
Zut, j'aurais pu tenter de le trouver aujourd'hui, du coup. Bon. Demain, alors.

EDIT le 26 : trouv, lu et beaucoup apprci ! Je cre un sujet part pour en parler plus en dtail.

Dernire modification par Tybalt (27/10/2014 22:48:46)

Hors ligne

 

#16 30/04/2015 09:51:50

Iselle
Ta'veren
Date d'inscription: 24/04/2015
Messages: 227

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Lu, dcouvert grce Elbakin. Et je dois bien dire "merci", parce que jai ador ! big_smile Bon, il faut dire quun livre fantasy/historique qui se passe dans un pays du Nord dont on entend peu parler, il partait dj avec une longueur davance pour moi. Mais cest tout de mme plein de bons points : une belle criture fluide et plaisante lire, des personnages bien construits et attachants (Hiie, que jai aim son volution !), un peu dhumour, et surtout la dcouverte dhistoires dun pays dont je ne connais pas grand-chose.

Je rejoins un peu lavis de Tybalt :

Spoiler:

A propos de la faon dont les gens abandonnent parfois un peu trop facilement leur mode de vie. Je veux bien que pour ceux qui nont rien connu dautre, le mode de vie paysan leur convient, mais pour ceux qui connaissent la langue des serpents enfin quoi ils doivent bien se rendre compte de ce quils perdent !

Mais a na pas gch mon plaisir de lecture. Et videmment, Les groseilles de novembre est sur ma liste dachats. rolleyes

Hors ligne

 

#17 03/05/2015 10:50:04

Flykillerman
Diablo Loco
Lieu: peu prs
Date d'inscription: 27/03/2008
Messages: 1566

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

L'homme qui savait la langue des serpents en poche le 28 mai

http://ecx.images-amazon.com/images/I/81bZFAD1P6L.jpg


Ras le bol des pleurnichards

Hors ligne

 

#18 03/05/2015 11:03:01

justi
Istar
Date d'inscription: 14/04/2015
Messages: 181
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Excellent ! Dans ma liste acheter immdiatement.

Je n'ai lu que Les groseilles de novembre, que j'ai ador et que je classe assez haut dans mes dcouvertes rcentes. Beaucoup de choses m'y ont fait penser Lo Perutz, un crivain (un gnie ?) dont on parle aussi trop peu.

Hors ligne

 

#19 03/05/2015 11:21:11

Tybalt
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1341

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Excellente nouvelle, cette rdition poche ! C'est bon signe, a veut dire que le grand format a fait de bonnes ventes, et le poche va permettre un public diffrent de le lire. Je n'ai pas fini de l'offrir autour de moi, ce livre...

justi a crit:

Beaucoup de choses m'y ont fait penser Lo Perutz, un crivain (un gnie ?) dont on parle aussi trop peu.

Du coup, si tu te sens d'en dire deux mots ici pour le faire dcouvrir ceux qui ne le connaissent pas... smile

Dernire modification par Tybalt (03/05/2015 11:22:28)

Hors ligne

 

#20 03/05/2015 11:23:27

justi
Istar
Date d'inscription: 14/04/2015
Messages: 181
Site web

Re: Critique ! [L'homme qui savait la langue des serpents]

Tybalt a crit:

Du coup, si tu te sens d'en dire deux mots ici pour le faire dcouvrir ceux qui ne le connaissent pas... smile

Je ne sais pas trs bien s'il faut que je le fasse ici, dans le fil, au risque d'tre hors-sujet ou s'il serait utile de crer un topic ddi.

Du coup, je vais mettre ce que j'ai crit sur le sujet ici, en spoiler, pour ne pas encombrer. S'il faut le dplacer, no problem.


Spoiler:

Lo Perutz est un crivain autrichien n en 1882, mort en 1957.

Il est auteur de nombreux romans qui ne sont pas sans rapport avec la fantasy, le fantastique, le merveilleux...

Plusieurs de ses textes sont qualifis de chefs-duvre de la littrature fantastique, mais leur rception en France a la plupart du temps touch les amateurs de littrature blanche plutt que les fans de littratures de l'imaginaire, ce qui est assez dommage, et son lectorat reste relativement rduit, bien que la plupart de ses livres soient disponibles en poche.

Ses thmatiques sont en effet trs proches de celles que nous aimons.

Les romans de Perutz prsentent des aventures pleines de rebondissements, riches en lments surnaturels (le diable et les dmons y sont omniprsents), situes dans des priodes historiques bien dfinies, gnralement documentes, mais sans lourdeurs d'explications (principalement la Renaissance et la priode napolonienne). Poursuites piques, batailles sanguinolentes, personnages plus grands que nature y ctoient questionnements mtaphysiques, interrogations sur la nature du mal et de la cration, mais aussi histoires cocasses et fulgurances apocalyptiques.

Mes romans prfrs sont :

LE CAVALIER SUEDOIS : situ en Silsie au 18me sicle, pendant la guerre entre les troupes du roi sudois et celles du tsar, ce roman retrace l'histoire d'un voleur qui, pour chapper la boucherie et mener une vie plus heureuse auprs des siens, usurpe l'identit d'un cavalier sudois, "aussi fougueux que fat." Pourchass par les troupes russes et le Diable, sa fuite le mnera-t-elle sa famille ou aux bouches de l'Enfer ? "Potique, ce livre mouvant manie le fantastique avec une subtilit ingale, le laissant s'vanouir ici pour mieux le faire resurgir l. C'est un passionnant roman d'aventures, et tellement plus. Si le pessimisme de l'auteur s'y exprime, c'est sans grandiloquence, avec une sorte de pudeur. C'est enfin une superbe histoire d'amour. Amour d'un homme pour une femme, pour sa petite fille, et qui ira pour elles jusqu' se dpouiller de son nom. Un chef d'uvre."

LA NUIT SOUS LE PONT DE PIERRE : Recueil de nouvelles rassembles en roman par une trame lche. Perutz tait juif et exprime dans ce roman toutes les ressources du fantastique juif et de ses contes traditionnels. Il tait aussi praguois, ne nous tonnons donc pas de retrouver des golems dans ce bouquin. "Le rabbin Loew, celui qui on attribue la ralisation du Golem, y est voqu. On y croise aussi l'empereur Rodolphe et une foule de personnages, des puissants et des gens de rien, tous guetts par la mort. La nouvelle Un Pichet d'eau-de-vie montre un alcoolique, musicien pauvre, cuvant son eau-de-vie dans le cimetire, le jour o les fantmes des morts de l'anne passe viennent appeler les morts de l'anne venir. L'homme entend son nom. La lgende se mle l'histoire en un basculement permanent de la ralit. Lorsque l'empereur succombe la beaut de Rachel, l'pouse du rabbin Meisl, le rabbin Loew use d'un charme pour que les amoureux se rencontrent en rve. Cet amour traverse tout le roman, union impossible de deux cultures, de deux classes sociales, union radieuse que symbolisent la rose et le romarin enlacs sous le Pont de Pierre, ce symbole de Prague, amour tragique qui condamne Rachel."

LE MAITRE DU JUGEMENT DERNIER : "Le baron Gottfried von Yosch est appel remplacer, lors d'une soire chez l'acteur Eugen Bischoff, un musicien indisponible. trange soire D'une part, le baron, ancien amant de Dina, l'pouse du comdien, se rsigne mal la rupture qu'elle lui a impose. D'autre part, les amis d'Eugen Bischoff s'ingnient lui dissimuler que sa carrire est sur le dclin et que la banque o il avait plac toutes ses conomies vient de faire faillite. Aussi, lorsque l'acteur se suicide, aprs le concert, se trouve-t-il des gens pour penser que le baron, jaloux, l'y a pouss en lui rvlant les mauvaises nouvelles. Mais bientt, le roman bascule." Roman exemplaire en matire de fantastique. Tout commence comme une enqute policire (le baron a-t-il vraiment pouss l'acteur au suicide ?), avec recherches d'indices et de preuves. Puis, l'ambiance devient de plus en plus touffante jusqu' l'irruption dans le rel de la Mort et du monde des morts, toujours sous-jacent au ntre, pour atteindre un final apocalyptique.


Comme chez Kivirhk, le fantastique est chez Perutz ancr dans le quotidien. Plus apocalyptique et moins apais que l'estonien, Perutz possde cependant des qualits similaires : le fantastique y est accept, et non combattu, l'humour est prsent et parfois mme gouailleur (surtout dans "La nuit sur le pont de pierre"), malgr l'horreur et le ct franchement plus noir de l'autrichien, leurs proccupations sont proches : le juste et l'injuste, la vanit permanente de l'tre humain, le pige des apparences, le diable et les dmons qui marchent nos cts, le tragique de la condition humaine, "la souveraine valeur du terroir, les rvlations et les piges du monde spirituel",...


On peut y ajouter quelques corrlations niveau stylistique : le ct picaresque et romantique des romans, "o laction et lhumour sont empreints dune subtile mlancolie", la narration mi-chemin entre le ralisme et le conte, la permanente ambigut entre ralit et illusion, mensonge et vrit, sentiments rels et impostures improbables,...


Perutz est volontiers plus sombre que Kivirhk, l'humain y est plus souvent victime tragique que chez l'estonien, mais c'est une lecture tout aussi enthousiasmante et fascinante.






Toutes les citations entre guillemets sont de Gilbert Millet et Alain Delbe, sauf les deux dernires qui sont de Francis Berthelot

Dernire modification par justi (03/05/2015 15:07:31)

Hors ligne

 

Pied de page des forums