Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

#21 29/06/2012 23:12:54

Dark Schneider
Cultiste de l'huitre bleu
Lieu: 91
Date d'inscription: 22/07/2003
Messages: 1003

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Je ne suis pas tant d'accord que ça.

Je suis loin de maitriser le sujet vu que je  ne lis pas ces livres, mais j'ai l'impression que l'on parle ici avant tout d'héros "négatif", chose assez courante depuis au moins une dizaine d'années au cinéma (exemple pour la SF : Riddick) et dans d'autres médias.

Robin des Bois est certes le "prototype" du héros à capuche, mais il est fondamentalement bon. C'est un héros positif. Et, du moins dans les films, il ne cherche jamais à tuer, sauf en cas d'ultime nécessité. C'est un voleur certes, mais il agit pour la justice, pour rendre le monde plus juste et équilibré, c'est un héros dans tous les sens positif du terme. Rien à voir finalement avec les crapules cyniques de nos capuchards.

Ce phénomène d'héros négatif, cynique, sarcastique, n'est pas nouveau en soi.

Je suis bien d'accord avec ça :

Albéric a écrit:

C’est peut-être un phénomène naturel :
Après des décennies de space-opéra bien propres sur eux, la crise des seventies a accouché du cyberpunk cynique et noir.
Peut-être qu’avec des décennies de high fantasy bien propre sur elle, la crise des années 2000 a accouché d’un fantasy à crapule toute aussi cynique et toute aussi noir.

J'ai surtout l'impression que la "fantasy" prend le train en marche sans grande originalité. Comme toujours, il faudra faire le tri.

Finalement, la nuance de Leiber est importante : avant lui, a part Robin des bois, il n' y a pas beaucoup de point de référence, mais quand il dit que les siens sont des "loups sauvages", c'est qu'il n'ignorait pas que son exemple n'était pas totalement pertinent (je précise : je n'ai pas lu Leiber).

Personnellement, ça me fatigue un peu ces Héros négatif. C'est d'ailleurs pourquoi chez Gemmell je préfère nettement Druss à Waylander, ce dernier étant un peu à mi-chemin entre Robin des bois et le capuchard assassin cynique (il n'est quand même pas bien méchant le Waylander, et finalement l'auteur n'évoque que peu son passé).

Bref, je ne sais pas si ce que je dis est très intéressant...

Edit : je répondais à Bald

Dernière modification par Dark Schneider (29/06/2012 23:14:03)


Lecture en cours :

Hors ligne

 

#22 30/06/2012 00:13:13

Eolan
Le Rêveur
Date d'inscription: 14/04/2011
Messages: 834

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Dark Schneider a écrit:

je ne lis pas ces livres, mais j'ai l'impression que l'on parle ici avant tout d'héros "négatif"

Non, parmi les livres à capuche de ma bibliothèque, il y a très peu de héros négatif.
D'un rapide coup d'oeil, je dirais qu'il y a trois grandes catégories.
Le héros est un assassin neutre : c'est sa profession et il doit tuer pour vivre. Les raisons qui ont orienté ses choix sont souvent dévoilées dans le roman. (ex : Farlander). On s'attache aux héros et ils deviennent alors des héros positifs.
Il y a le voleur. Comme le dit Fabien, la société est tellement corrompu qu'il faut un héros qui puisse manipuler le système. Ce voleur a sa propre moralité et un code d'honneur. (ex : les mensonges de Locke Lamora). Encore une fois, c'est un héros positif à la Robin des Bois.
Et il y a le méchant, ce fameux héros négatif. Le livre est souvent violent, et l'intérêt, à mon humble avis, est de comprendre les raisons du personnage principale et de voir un changement s'opèrer à travers les pages du livre. C'est le personnage qui doit être intéressant. (exemple récent : Le Prince écorché). Mais effectivement, le défaut de cette catégorie "anti-héros" est la surenchère. Je pense que c'est l'exercice le plus difficile et quand il est réussi, le roman marque.

Il y a de la qualité parmi cette fantasy à capuche. C'est une mode, c'est sur (il suffit de voir le nombre de titre récent), comme il y a eu une fantasy guerrière (Conan), magique ou épique, tous les archétypes du jeux de rôle y passent (sauf peut-être le soigneur : à quand la fantasy Dr House : prochaine tendance ?).

Pour en revenir à notre capuche, il ne faut pas y voir forcément un manque d'originalité. Le premier tome de Fils-des-Brumes est de la fantasy à capuche, mais on ne s'en rend pas vraiment compte car le talent de Sanderson est là. Et son monde est original.

Donc, je pense qu'il y a de tout : du bon, du moins bon, du mauvais et de l'excellent. Il ne faut surtout pas généraliser ce sous-genre, il faut "juste" faire le tri.

Finalement la fantasy à capuche, c'est le combat du mal par le mal avec de nombreuses variations.


Si nous avons chacun un objet et que nous les échangeons, nous avons chacun un objet.
Si nous avons chacun une idée et que nous les échangeons, nous avons chacun deux idées.

Hors ligne

 

#23 30/06/2012 06:17:48

Thorn
Lige
Date d'inscription: 22/08/2011
Messages: 45

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Eolan a écrit:

(sauf peut-être le soigneur : à quand la fantasy Dr House : prochaine tendance ?)

big_smile
Dans The Way of King, le héros est apprenti chirurgien.

Hors ligne

 

#24 30/06/2012 13:24:14

Atanaheim
fantaisiste
Date d'inscription: 12/12/2011
Messages: 2853

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Eolan a écrit:

à quand la fantasy Dr House : prochaine tendance ?).

Même Goodkind s'y est essayé. Il y a un épisode (je ne me souviens plus lequel, le temple du vent peut-être?) dans lequel un des personnages principaux est guérisseur, issu d'un guilde de soigneur célèbre

Spoiler:

c'est le demi-frère de Richard je crois

Si c'est pas la classe ça ! big_smile

Hors ligne

 

#25 30/06/2012 14:20:21

Guigz
Disciple d'Aban
Lieu: Royaume de Papnica
Date d'inscription: 04/06/2009
Messages: 3403
Site web

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Atanaheim a écrit:

Eolan a écrit:

à quand la fantasy Dr House : prochaine tendance ?).

Même Goodkind s'y est essayé. Il y a un épisode (je ne me souviens plus lequel, le temple du vent peut-être?) dans lequel un des personnages principaux est guérisseur, issu d'un guilde de soigneur célèbre

Spoiler:

c'est le demi-frère de Richard je crois

Si c'est pas la classe ça ! big_smile

Il ne me semble pas que ça soit prépondérant dans le bouquin, je ne m'en rappelais même pas à vrai dire.

Enfin, je me souvenais que ce perso était bien

Spoiler:

un énième demi-frère de Richard

mais ça on s'en doute toujours un peu wink

Hors ligne

 

#26 30/06/2012 15:43:10

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35550
Site web

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Pour prendre un exemple : http://www.elbakin.net/fantasy/roman/cy … ombre-1024

Je n'y vois vraiment aucune dimension "politique". C'est du pur divertissement.


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#27 30/06/2012 16:19:20

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

@ Fabien Lyraud ;  @ Gillossen (et @ Eolan aussi)

Je ne crois pas à une corrélation entre fantasy à capuche et dimension politique, même si le sous-genre s’y prête assez bien...

Par contre la thématique de la lutte des classes s’incruste de plus en plus dans les œuvres de fiction : duel

Leverage : Mission Impossible version Robin des Bois

Supernatural :
les routards provinciaux qui sillonnent toutes les petites villes d'Amérique luttent contre des anges, des démons et des monstres de plus en plus souvent en costards cravates qu’on peine parfois à distinguer de nos élites actuelles

Spartacus :
les esclaves exploités sans vergogne par des notables bien propres sur eux mais qui sont en réalité de vrais pervers narcissiques

Rien que l’Acier de Richard Morgan :
Notables, banquiers, marchands et maffieux se frottent les mains de voir leur lobbying pour rétablir l’esclavage couronné de succès

Ayesha : le thème de l’esclavage est particulièrement bien mis en avant, mais j’en dis pas plus pour ne pas spoiler

Garett : le détective coincé entre les bandits d’en bas et les bandits d’en haut, beaucoup plus dangereux/antipathiques

Taltos : le maffieux qui doit participer contre son gré à une révolte des classes populaires

Toute l’œuvre de China Miéville est marquée par les prises de positions antilibérales de l’auteur…

La 1ère Loi de Joe Abercrombie :

Spoiler:

On remue ciel et terre pour sauver le monde libre d’une double invasion, l’une barbare, l’autre totalitaire, pour apprendre que tout cela n’avait pour but que de sauvegarder un système ploutocratique préservant les privilèges d’aristocrates et de banquiers qui n’ont que mépris pour 90% de la population…

Fils-des-Brumes :
Kelsier est un hors-la-loi qui veut renverser le système pour libérer les skaas condamnés à une vie de servage.

D’ailleurs comme Sanderson a un rythme d’écriture hallucinant, je l’inciterais très fortement à faire un préquel de Fils-des-Brumes avec une fantasy à canailles présentant les exploits de Kelsier avant qu’il ne devienne le Survivant !

Mais je m’éloigne un peu trop des nos amis capuchards jesors

PS: est-ce qu'il y a un sujet sur médecine et fantasy, parce que visiblement il y a des choses à dire... whistling

Dernière modification par Albéric (30/06/2012 16:34:41)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#28 30/06/2012 17:31:18

Eolan
Le Rêveur
Date d'inscription: 14/04/2011
Messages: 834

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

@ Albéric : Juste une remarque, parce que je ne comprends pas très bien  ton argumentaire :

Albéric a écrit:

Je ne crois pas à une corrélation entre fantasy à capuche et dimension politique
la lutte des classes s’incruste de plus en plus dans les œuvres de fiction

Par définition, la lutte des classes a une dimension politique.

En gros, j'ai l'impression qu'on dit tous la même chose tongue


Si nous avons chacun un objet et que nous les échangeons, nous avons chacun un objet.
Si nous avons chacun une idée et que nous les échangeons, nous avons chacun deux idées.

Hors ligne

 

#29 30/06/2012 17:36:59

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

@ Eolan
D'après certains la lutte des classes a surtout une dimension terroriste : laissons-les à leurs lubies conservatrices...
D'après Warren Buffet, la lutte des classes a une dimension historique puisque qu'elle s'est achevée par la victoire des riches !

Plus sérieusement je voulais dire comme Gillossen que tous les titres de fantasy à capuche sont loin d'avoir une dimension politique...
... mais que certains en ont une, parfois assez forte, et que celle-ci se retrouve dans d'autres genres / d'autres médias.

Dernière modification par Albéric (30/06/2012 17:38:11)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#30 30/06/2012 19:21:55

Guillaume Fournier
Sedai
Date d'inscription: 24/02/2012
Messages: 116

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Hum, tout ça manque un peu d'illustrations, non ? merry Petit tour d'horizon de divers archétypes encapuchonnés :

http://englisch-blog.de/wp-content/uploads/2010/06/Robin_Hood_Memorial.jpg
Le Prince des Voleurs (alias le Père Fondateur). Hors-la-loi du moyen-âge, fraternel et désintéressé, en révolte contre une injustice ponctuelle et qui cache sous sa capuche de faux manant l'ambition somme toute modeste de rétablir la loi et l'ordre sous les traits du roi légitime.

http://images.wikia.com/lotr/images/4/46/Aragorn-Strider.JPG
Le Chevalier Sans Terre, alias ToutCeQuiEstOrNeBrillePas. Crasseux, âgé et fatigué, ce maquisard élaboré dans les années 1940 met à mal la thèse selon laquelle le thème du chevalier blanc ne serait passé de mode que récemment. Comme Robin Hood, il réaffirme que la noblesse est d'abord intérieure et peut très bien avancer masquée.

http://www.legrog.org/visuels/couvertures/6928.jpg
Les Truands Picaresques. Cyniques et profondément individualistes, ces joyeux vauriens des années 1970 ne remettent pas en cause le système : loin de toute idée de rébellion, ils veulent simplement s'offrir du bon temps à la marge, y compris à la marge du système marginal (puisqu'ils rejettent même la guilde des voleurs). Leurs motivations les rapprochent de Conan (qu'on voit d'ailleurs souvent affublé d'une capuche sous la plume de Buscema), l'ambition en moins. Quoique officiellement animés par l'appât du gain, ils passent comme lui de la richesse à la pauvreté avec une splendide désinvolture.

http://luxettenebrae.l.u.pic.centerblog.net/kn20xne1.jpg
Le Seigneur Sombre. Héros maudit des années 2000, prêt à sacrifier ses idéaux les plus chers sur l'autel de son ambition à endosser le costume du sauveur, il vient aussi rappeler que la capuche, c'est trop dark et trop cool. Et ça permet de garder un air méchant même quand on a envie de pleurer.

Comme on peut le voir, la capuche ne date pas d'hier et semble avoir encore de beaux jours devant elle. Plus que l'accessoire en lui-même, j'ai l'impression que ce sont surtout les motivations et les idéaux de ceux qui la porte qui les ancrent dans leur période.

Hors ligne

 

#31 30/06/2012 19:30:43

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

@ Guillaume Fournier
Super ta gallerie de portraits ! smile (sauf que Fafhrd et le Souricier Gris ont commencé leur carrière bien avant les seventies)
J'y ajoute un célèbre capuchard qui s'est illustré en 2010 : dans quelle catégorie le rangez-vous ? wink

http://blogteam.sport24.com/bruno_roger-petit/anelka%20dark%20vador.jpg

Dernière modification par Albéric (30/06/2012 19:50:48)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#32 30/06/2012 19:41:45

Guillaume Fournier
Sedai
Date d'inscription: 24/02/2012
Messages: 116

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Albéric a écrit:

@ Guillaume Fournier
Super ta gallerie de portrait ! smile (sauf que Fafhrd et le Souricier Gris commencé leur carrière bien avant les seventies)
J'y ajoute un célèbre capuchard qui s'est illustré en 2010 : dans quelle catégorie le rangez-vous ? wink

Ah, c'est malin ! Je l'avais mis en dernière position dans la catégorie "Autre héros maudit des années 2000, même commentaire que pour le précédent", et puis je l'ai supprimé en me disant "arrête de déconner". Faut croire qu'il devait figurer ici... rolleyes

Hors ligne

 

#33 02/07/2012 12:46:20

Fabien Lyraud
Elbakinien d'Or
Date d'inscription: 13/10/2008
Messages: 1625

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

La fantasy à capuche emprunte aussi des codes au roman noir et au thriller. Ce dernier est le principal langage hollywoodien aujourd'hui. Et je crois que c'est cette volonté d'écrire des thrillers dans des mondes secondaires qui plaît. La prochaine mode pourrait être des récits tournants autour des patrouilles du guet dans des cités médiévales fantastiques pour les mêmes raisons.


Venez chez Pulp Factory, l'éditeur de la fantasy et de la SF pulp moderne francophone.
http://pulp-factory.ovh/
https://www.facebook.com/Pulp-Factory-1233133706774124/

Hors ligne

 

#34 02/07/2012 13:06:20

Cédric Ferrand
Istar
Lieu: Montréal
Date d'inscription: 02/08/2011
Messages: 173

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Fabien Lyraud a écrit:

La prochaine mode pourrait être des récits tournants autour des patrouilles du guet dans des cités médiévales fantastiques pour les mêmes raisons.

Quelle idée horrible.

Hors ligne

 

#35 02/07/2012 13:43:23

Merwin Tonnel
POYO!!!
Lieu: USDA
Date d'inscription: 26/11/2005
Messages: 7155

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Bon, comme la minuscule en début du titre du topic me stressait, j'ai modifié ça et j'en ai profité pour mettre un titre un peu plus parlant.

Sur ce, je retourne dans la Batcave de la Solitude.


"Faith is a personal accord between a lone soul and that in which it chooses to believe. In any other guise it is nothing more than a thin coat of sacred paint slapped over politics and the secular lust for power."

Steven Erikson - Forge of Darkness

Hors ligne

 

#36 02/07/2012 13:43:34

Atanaheim
fantaisiste
Date d'inscription: 12/12/2011
Messages: 2853

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Vimaire c'était un héros de thriller qui s'ignorait wink

@Merwin : mais quand tu sors de ta batcave, est-ce que tu fais ça : http://www.youtube.com/watch?feature=pl … fgtEjjQnHQ ?

Dernière modification par Atanaheim (02/07/2012 13:47:05)

Hors ligne

 

#37 02/07/2012 13:46:17

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

@ Fabien Lyraud & Cédric Ferrand
La Baiser du Rasoir de Daniel Polansky empruntait déjà aux séries policières américaines noires avec les membres du guet intègres, les membres du guet ripoux, les anciens et les nouveaux coéquipiers, la hiérarchie policère, les rivalités entre services...
... Sur fond de communautarisme, de trafics de drogues et de guerres des gangs ! Bref, bienvenus dans The Shield... whistling

Mais comme on a déjà des séries policières ad nauseam tous les jours de l'année, cela m'enquiquinerait qu'elles envahissent la SFFF !

PS: merci Merwin pour le renommage du topic qui permet de gagner en lisibilité

Dernière modification par Albéric (02/07/2012 20:06:51)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#38 02/07/2012 13:48:47

Atanaheim
fantaisiste
Date d'inscription: 12/12/2011
Messages: 2853

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Quelle série policière ad nauseam ? wink
Moi, je vois bien un "Les experts à Minas Tirith". Faut que j'en parle à Jerry tongue

Dernière modification par Atanaheim (02/07/2012 14:48:42)

Hors ligne

 

#39 02/07/2012 14:35:12

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35550
Site web

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Cédric Ferrand a écrit:

Fabien Lyraud a écrit:

La prochaine mode pourrait être des récits tournants autour des patrouilles du guet dans des cités médiévales fantastiques pour les mêmes raisons.

Quelle idée horrible.

mrgreen


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#40 02/07/2012 20:45:32

Cédric Ferrand
Istar
Lieu: Montréal
Date d'inscription: 02/08/2011
Messages: 173

Re: La Fantasy à capuche : une mode, un genre ?

Albéric a écrit:

Mais comme on a déjà des séries policières ad nauseam tous les jours de l'année, cela m'enquiquinerait qu'elles envahissent la SFFF !

C'est comme tout : c'est l'effet de mode qui est pénible.
Mais il y a de la place pour du bon polar medfan sans chercher à copier mécaniquement CSI ou Bones.
Je ne vois pas pourquoi la SFFF n'aurait pas le droit de toucher au polar, c'est une influence aussi légitime qu'une autre.

Enfin, je prêche pour ma paroisse.

Hors ligne

 

Pied de page des forums