Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

#1201 26/01/2020 21:43:59

Zakath Nath
Prisonnière de Zenda
Date d'inscription: 12/01/2006
Messages: 2402
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Trois saisons (et des poussières si on compte les spéciaux et les épisodes multi-Docteurs)  c'est ce qui a été le plus courant pour les Docteurs, à voir si elle va au-delà, ce serait une première depuis Tom Baker.

Sinon, l'épisode 5 commencait doucement avec une histoire moyennement intéressante à base de Judoon, mais la suite décolle

Spoiler:

avec le retour (bien caché, la BBC fait plus d'effort qu'à l'époque de la saison 10 où elle avait grillé dans le trailer le retour de Simm) de Jack Harkness... Hélas, pour pas grand chose pour l'instant, passé la joie de le revoir, c'était très frustrant... avec un avertissement malgré tout pour la suite.

et surtout

Spoiler:

ce qui a fort l'air d'être une bombe concernant le Docteur avec une incarnation passée, incarnée par Jo Martin (et sans vouloir être désobligeante, en dix minutes elle convoie bien plus la dangerosité potentielle du personnage que Jodie Whittaker en plus d'une saison. Je n'aurais pas crachée pour voir cette version là dans un vrai run). Cela dit, pour l'instant, ça n'a pas grand sens. L'idée qu'il y ait eu des incarnations du Docteur qui nous sont inconnues n'est pas nouvelle. De plus, dans Remembrance of the Daleks, Seven laissait entendre qu'il était bien plus ancien qu'on ne le pensait, au point d'avoir bossé avec Rassilon et Omega, sans le dire explicitement non plus. L'ennui, c'est que cet épisode ne peut pas faire référence à cela, puisque Thirteen n'a pas l'air de se souvenir d'incarnations pré-Hartnell. Le fait que le TARDIS ait l'aspect extérieur d'une cabine de police suggère de toute façon que "docteur Ruth" est une incarnation post-Hartnell. Peut-être située entre Two et Three puisqu'on n'a pas vu de vrai passage entre leurs interprètes, mais alors toute l'histoire relative à la fin du cycle de régénération dans The Time of the Doctor se retrouve faussée. Autre point laborieux, Thirteen déduit que "Ruth" vient de son passé parce qu'elle évoque Gallifrey au présent, or sa planète a été encore détruite (enfin, on a vu une ville détruite, pourquoi doit-on croire à la destruction définitive de tous ses habitants?). Mais puisque sa planète est revenue une fois, pourquoi pas deux ?(surtout que Chibnall ne peut pas prétendre priver les futurs scénaristes de tout usage de la planète s'ils en ont envie, comme le fait de tuer le Maître n'implique pas qu'on ne peut pas le faire revenir. Il en sait quelque chose).

Bref, pour l'instant la saison fonctionne quand il s'agit de balancer des révélations qui entraînent force questions même si le reste a encore du mal à suivre (les compagnons dans cet épisode j'avais plus l'impression de regarder un chœur grec qui commente ce qui se passe que des vrais personnages) et qu'on ne peut pas éternellement tabler sur des révélations chocs, il va falloir que ça débouche sur quelque chose.


http://zakath-nath.joueb.com/images/whosig.jpg

Hors ligne

 

#1202 27/01/2020 20:46:44

Tybalt
Elbakinien d'Or
Lieu: France
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1675
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

J'ai pas mal de retard dans Doctor Who (je n'ai toujours pas terminé la saison 10, par exemple), mais j'ai commencé à regarder la saison 11. J'ai un peu sélectionné les épisodes mais, pour le moment, j'ai regardé :

- La Femme qui venait d'ailleurs : difficile d'en juger après avoir regardé quasiment 10 saisons puisque c'est un épisode destiné à pouvoir introduire n'importe quel spectateur nouveau à la série. De ce point de vue, il m'a paru bien fait. Les ficelles sont classiques, un peu "monstre de la semaine". J'ai été marqué par l'attention portée aux compagnons, qui sont mis quasi sur le même plan d'importance que la Docteure. Celle-ci paraît très dans le bricolage et souvent dépassée par les événements, ce qui est normal en début d'incarnation, mais constitue un sacré changement après les derniers Docteurs.

- Rosa : un beau sujet pour cet épisode sur Rosa Parks, avec une belle performance de l'actrice du rôle éponyme et une utilisation avisée des compagnons. Seul problème : les règles à respecter pour ne pas s'impliquer dans l'Histoire vues dans les saisons précédentes passent un peu à la trappe, et surtout le méchant n'est pas du tout fouillé, il est méchant "parce que". Un je ne sais quoi d'un peu lourd dans le traitement du sujet.

- Les Démons du Pendjab : un bel épisode avec un sujet historique original par rapport à ce que j'avais déjà vu (la scission Inde/Pakistan) et un traitement du contexte historique qui m'a paru plus fouillé, plus subtil que dans Rosa. Le contexte de la culture indienne est bien utilisé. L'aspect SF arrive tard dans l'épisode et m'a limite dérangé, mais garde heureusement des proportions assez restreintes pour que l'ensemble reste cohérent. Les personnages et leurs destins sont poignants, les compagnons gagnent encore en profondeur et la Docteure a l'air moins dépassée tout le temps.

- Les Chasseurs de sorcières : sans doute mon épisode préféré pour le moment. Une très bonne utilisation du fait que le Docteur est à présent une femme, des personnages secondaires fouillés et pas manichéens, un dosage savant de contexte historique sombre et d'humour à la Monty Python tantôt burlesque et tantôt grinçant, des éléments extra-terrestres bien insérés dans l'époque, avec un petit côté shakespearien dans l'ambiance fantastique du dénouement... Je le range aux côtés de Peines d'amour gagnées (de la saison 3 avec Tennant) sur l'étagère des meilleurs épisodes historiques.

Hors ligne

 

#1203 01/02/2020 16:00:35

Kaisa Serafina
Elbakinien d'Argent
Lieu: Sur les sommets enneigés
Date d'inscription: 25/02/2014
Messages: 593

Re: Les nombreux Docteur Who

Bon, je n'ai pas du tout repris pour l'instant, mais j'ai vu en passant sur Facebook que

Spoiler:

Jack Harkness est de retour !!! 1512

ça va peut être me remotiver...


Ma bibliothèque : Booknode

Hors ligne

 

#1204 01/02/2020 17:03:11

Sardequin
Elbakinien d'Argent
Lieu: Aix en Provence.
Date d'inscription: 08/06/2003
Messages: 511
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Petite question, vous regardez cette saison de Doctor Who ou ?


http://j.isola.free.fr/forums/blog.png http://j.isola.free.fr/forums/PriceMinister.png http://j.isola.free.fr/forums/blogsf.png

Hors ligne

 

#1205 02/02/2020 11:07:43

Tybalt
Elbakinien d'Or
Lieu: France
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1675
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Il y a eu plusieurs avis sur la saison 12 à la page précédente. En ce qui me concerne, j'attends d'avoir vu plus d'épisodes de la saison 11, que je suis en train de rattraper, pour passer à la 12.

Hors ligne

 

#1206 16/02/2020 10:06:20

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 12664
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

La saison actuelle arrivera sur france.tv dès le 27 février. smile


Ô Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trônes, et sur l'un d'eux tu dois siéger en tant que roi.

Hors ligne

 

#1207 16/02/2020 11:06:03

Sardequin
Elbakinien d'Argent
Lieu: Aix en Provence.
Date d'inscription: 08/06/2003
Messages: 511
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Aslan a écrit:

La saison actuelle arrivera sur france.tv dès le 27 février. smile

OK ! Bon, je vais attendre donc !


http://j.isola.free.fr/forums/blog.png http://j.isola.free.fr/forums/PriceMinister.png http://j.isola.free.fr/forums/blogsf.png

Hors ligne

 

#1208 16/02/2020 15:26:57

Lauriaen
Tourneuse de pages
Lieu: ...
Date d'inscription: 10/09/2013
Messages: 673

Re: Les nombreux Docteur Who

Super nouvelle ! C'est chouette de l'avoir aussi tôt, je ne m'y attendais pas !
Je vais attendre aussi pour voir la suite, je n'ai vu que les deux premiers épisodes smile

Hors ligne

 

#1209 16/02/2020 18:10:49

Kaisa Serafina
Elbakinien d'Argent
Lieu: Sur les sommets enneigés
Date d'inscription: 25/02/2014
Messages: 593

Re: Les nombreux Docteur Who

Cool !


Ma bibliothèque : Booknode

Hors ligne

 

#1210 22/02/2020 10:50:09

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 12664
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Chris Chibnall sera encore là l'année prochaine à la tête de la série.


Ô Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trônes, et sur l'un d'eux tu dois siéger en tant que roi.

Hors ligne

 

#1211 28/02/2020 20:08:08

Sardequin
Elbakinien d'Argent
Lieu: Aix en Provence.
Date d'inscription: 08/06/2003
Messages: 511
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Bon, j’ai enchainé les épisodes proposés actuellement sur France TV ! Je dois dire que globalement, j’ai plus apprécié que la saison précédente. En revanche je me pose toujours des questions sur le rôle et l’impact des compagnons ! Certes ils sont sympas, mais bon, on ne peut pas dire qu’ils soient vraiment influents sur l’action.

Sinon, comme Zakath Nath, je me pose des questions sur l’origine de ce

Spoiler:

second docteur féminin ! Je n’arrive pas à saisir la chronologie et la logique

Sinon, revoir Jack Harkness, même si c’était court, c’était bon !


http://j.isola.free.fr/forums/blog.png http://j.isola.free.fr/forums/PriceMinister.png http://j.isola.free.fr/forums/blogsf.png

Hors ligne

 

#1212 02/03/2020 07:33:40

Zakath Nath
Prisonnière de Zenda
Date d'inscription: 12/01/2006
Messages: 2402
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Un épisode 6 pas terrible même si sur le même thème de l'écologie, c'était déjà mieux que le 3. L'épisode 7 avait une idée pas mal mais mal exploitée (comme d'habitude j'ai envie de dire), l'épisode 8 avec Mary Shelley était très chouette en revanche, à la fois comme épisode historique et comme introduction du final, mais alors ce dernier exhibe encore bien les défauts de Chibnall, je trouve. J'ai toujours la fâcheuse impression qu'il balance un premier jet, avec l'idée générale pas bien mise en forme.

Alors pour ce qui est de la grosse révélation elle-même, ça ne me déplait pas et ça ne me semble pas particulièrement hérétique, au contraire je trouve qu'on est toujours dans l'esprit de dévoiler quelques nouveautés sans que sur le fond ça change tant que ça

Spoiler:

le Docteur n'est pas originaire de Galliffrey et on découvre un point important de son passé mais le personnage conserve son mystère puisqu'on ne sait rien de son monde, si la petite fille est sa première existence, ou même son vrai nom. Et ça reste un alien qui voyage dans l'espace et le temps dans son TARDIS donc ce n'est pas si chamboulé que ça. Et on sait depuis The Deadly Assassin au moins que la société des Time Lords n'est pas si blanc-bleue que ça (et ça avait beuglé à l'époque mais maintenant tout ce que cet épisode apportait a été intégré et admis)

Ça ouvre quelques perspectives pour de nouvelles aventures liées à la mythologie du personnage, il y a des points encore obscurs mais ça ne casse pas tout, loin de là.

Par contre c'est quand même bien laborieusement amené

Spoiler:

tout ce qui concerne les Cybermen n'est pas vraiment impliquant vu qu'on ne nous a pas vraiment présenté les personnages du double épisode (un peu comme dans 42 ou Cold Water, ça court dans tous les sens, ça s'active mais on a pas vraiment le temps d'entrer dedans) et Thirteen est passive pendant quasiment tout l'épisode à se faire tout expliquer par le Maître. Le problème n'est pas ce qu'il lui révèle, donc, mais on dirait que Chibnall prend son histoire par le mauvais bout: le Docteur ne découvre pas la vérité par elle-même, il n'y a aucune confrontation avec les Time Lords qui l'ont exploitée puisque le Maître les a déjà butés, du coup émotionnellement c'est super léger, Thirteen apprend un truc choquant, s'en remet, et voilà.

Et puis pour quelqu'un qui appelle ses compagnons sa famille, depuis au moins le retour de la série en 2005 je n'ai pas vu un Docteur avoir si peu de vraies interactions avec ses compagnons, justement

Spoiler:

ils sentent bien qu'elle est préoccupée en début de saison mais le pourquoi ne sera pas abordé, ils auront passé toute la saison en ignorant ses questionnements sur ses origines. Et à côté dans l'épisode 7 les problèmes de Yaz sont traités de manière totalement périphériques à l'intrigue, alors que ça aurait pu être au centre et apprendre au Docteur a mieux la connaître, là ça avait l'air d'appartenir à une autre série, comme si les intrigues n'étaient pas là pour découvrir et développer les personnages et approfondir leurs relations, c'est traité sur des plans complètement séparés, forcément ça ne colle pas. Alors que c'était la force de la série, la relation entre le Docteur et ses Compagnons, chacun évoluant au contact de l'autre, et quand ils gardaient leurs états d'âme pour eux, c'était justement montré comme un problème à régler (Martha avec le Docteur qui ne se remet pas du départ de Rose et n'est donc pas capable d'apprécier les qualités de Martha à leurs justes valeurs, Twelve et Clara qui se mentent à la fin de la saison 8 en faisant croire à l'autre que tout va bien alors que c'est faux...

Bon, globalement il y a du mieux par rapport à la saison 11 avec quelques épisodes plus rythmés et qui ont au moins une volonté d'apporter quelque chose à la série (alors qu'en saison 11 il n'y avait tellement rien que c'était quasiment une saison pour rien, en terme de créatures, de personnages, de mythologie) mais ça patine quand même encore beaucoup trop et quand ça ne concerne pas le fil rouge ça donne trop souvent l'impression d'être bâclé.


http://zakath-nath.joueb.com/images/whosig.jpg

Hors ligne

 

#1213 21/03/2020 14:21:49

Tybalt
Elbakinien d'Or
Lieu: France
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1675
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

On continue à petit rythme la saison 11 avec De l'Autre côté.
Le Docteur ses compagnons se promènent en Norvège et découvrent une maison dont les occupants se sont claquemurés par peur d'une mystérieuse menace. Le Docteur ouvre et demande : "Le confinement se passe bien ?"
... d'accord, ce n'est pas tout à fait ça, mais c'était difficile de ne pas y penser en regardant l'épisode ! On enchaîne avec un monstre qui rôde et un miroir qui n'en est pas un.

Episode moyen en ce qui me concerne :

- il y a plusieurs bonnes idées, en particulier l'identité de l'opposant principal, mais cette idée me semble gâchée par un traitement trop restreint et trop rapide qui essaie d'engoncer l'idée dans le cadre d'un épisode assez routinier alors qu'elle se prêtait à un développement beaucoup plus ample :

Spoiler:

Le Solitract, sorte d'anti-univers doté d'une conscience, ça aurait au moins pu faire un enjeu de fin de saison et devenir un élément important de l'univers du Docteur. Mais non, c'est un peu "bonjour, au revoir".

- il y a des personnages secondaires intéressants, mais traités de façon assez banale et sans relief :

Spoiler:

Hanne est aveugle et déterminée, c'est bien, la manière dont elle n'est pas réduite à sa cécité est louable, mais à part jouer l'ado rebelle générique, elle ne fait pas grand-chose. Elle est en colère contre son père quand elle apprend qu'il lui a menti, puis elle le retrouve et... ne l'engueule pas et ne fait plus rien. Elle n'est pas non plus traumatisée de rencontrer une fausse maman. Pouf, on l'oublie. Dommage !
Le père est vaguement lâche et menteur, vaguement amoureux, il a vaguement des remords à la fin. Vaguement.
La créature de l'Anti-Zone a un costume et des dialogues croustillants rappelant les belles heures des premières saisons de la nouvelle série, mais elle est juste méchante et menteuse... parce que. On ne sait pas pourquoi elle est là, ni comment exactement l'Anti-Zone peut créer des créatures comme ça. (Je suppose que c'est justement pour éviter que les gens arrivent à la franchir, mais ça pourrait être plus clair.) Cette créature aurait là aussi mérité un peu plus de relief. Et/ou un meilleur lien avec le reste de l'univers de la série.

- Le Docteur et les compagnons sont correctement développés, mais les fils narratifs de sentiment et d'amitié me paraissent un peu génériques, sans que j'arrive à mettre le doigt sur ce qui ne va pas exactement.

Aslan a écrit:

La saison actuelle arrivera sur france.tv dès le 27 février. smile

Et donc, la saison 12 est regardable librement sur le site de France Télévision en version originale sous-titrée smile Du coup, je pense qu'on va vite regarder la fin de la 11 et passer à la 12, qui a l'air d'avoir eu de meilleures critiques.

Dernière modification par Tybalt (21/03/2020 14:24:58)

Hors ligne

 

#1214 22/03/2020 07:49:05

Sardequin
Elbakinien d'Argent
Lieu: Aix en Provence.
Date d'inscription: 08/06/2003
Messages: 511
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Bon, je viens de terminer la saison 12.

Premier constat, ce n’est pas forcément mieux écrit que la saison 11. Et en dehors de Yaz qui semble avoir plus de consistance les « compagnons » font vraiment de la figuration.

Ce qui sauve la saison, c’est le Maitre, même si on peut se demander d’ou il sort, avec l’acteur qui l’incarne diaboliquement bien.

Et puis il y a la « révélation » sur l’

Spoiler:

origine réelle

du Docteur. En tout cas, Jody Whittaker montre un visage du Docteur autrement que par le biais du « comique » et c’est plutôt bien.

Verdict (il n’engage que moi) : bien mieux que la saison 11 (pas difficile), mais peut vraiment mieux faire !


http://j.isola.free.fr/forums/blog.png http://j.isola.free.fr/forums/PriceMinister.png http://j.isola.free.fr/forums/blogsf.png

Hors ligne

 

#1215 22/03/2020 21:19:24

Lauriaen
Tourneuse de pages
Lieu: ...
Date d'inscription: 10/09/2013
Messages: 673

Re: Les nombreux Docteur Who

Une saison finalement assez satisfaisante dans l'ensemble pour moi ! Du très très bon, du moyen, et un peu de mauvais, mais le ressenti est globalement positif, meilleur dans mon "classement" mental que certaines saisons comme la 7 ou la 11.

Dans le détail, des épisodes un peu bancals : je pense surtout à "Orphan 55", qui m'a tellement gonflé qu'au bout de 10 min j'ai fait un visionnage en diagonale accélérée.
Dans une moindre mesure, "Praxeus" et "Can you hear me"... les idées de départ étaient bonnes, mais mal exploitées sur la durée. Bon, Praxeus je le trouve aussi flippant et déprimant whistling

J'ai bien aimé les deux épisodes "historiques", même si le monstre de l'épisode de Tesla étaient un peu too much.

L'épisode avec les judoons était... assez chouette et innattendu. Jo Martins joue très très bien son rôle, et le bonheur certes bref de revoir ce bon vieux Jack ! J'espère qu'on aura l'occasion de le revoir.

Et j'ai vraiment accroché au final ! Même si j'suis pas fan des épisodes avec les Cybermen (je suis encore un peu traumatisée du final de la saison 10....), ça ouvre pleiiin de belles pistes pour la suite et un peu de renouvellement supplémentaire.
J'avais vu plein de commentaires de gens hurlant au scandale interplanétaire et intersidéral par rapport à cet épisode... moi, perso, j'ai trouvé la construction de l'épisode assez maline et je suis curieuse de voir ce que tout ça va donner.

Sinon, petit bémol pour le traitement des compagnons durant cette saison... totalement transparents, ou presque, à part un peu Yaz, et encore... dommage.

Et gros gros plus pour le nouveau Master, j'adore son interprétation, et cette belle relation d'amour / haine avec le Docteur, avec cette recherche perpétuelle de domination et de contrôle qui dicte toute sa conduite.

Non, vraiment, ce n'est pas parfait, mais tellement plus satisfaisant que la saison précédente (et celle d'avant un peu aussi), et ça ouvre plein de chouettes pistes pour le futur !

Hors ligne

 

#1216 24/03/2020 16:01:41

Tybalt
Elbakinien d'Or
Lieu: France
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1675
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

L'épisode spécial de la saison 11, "Résolution", m'a paru très correct :
- L'introduction en forme de légende arrive à poser une ambiance.
- Les personnages d'archéologues sont posés vite et bien (c'est une des qualités de cette saison d'arriver à faire exister très vite des personnages secondaires, en quelques mots : il resterait à mieux exploiter ça ensuite et à mieux équilibrer le tout avec les personnages récurrents).
- La Docteur apparaît sous un aspect plus combatif que je n'avais pas vu jusque là (je n'ai pas regardé toute la saison) et elle mène davantage l'épisode, ce qui m'avait manqué. Accessoirement, Jodie Whitaker est en pleine forme.
- L'épisode arrive à trouver un angle un peu différent pour faire apparaître un type d'ennemi pourtant très récurrent dans la série, puisque

Spoiler:

on voit un Dalek hors de son armure et redoutablement dangereux quand même.

L'épisode a un côté "grand spectacle" amusant, qui sait donner au "méchant" en question la place qu'il mérite. D'un autre côté, certaines ficelles font un peu hollywoodiennes-faciles. Et le scénario a quelques trous, en particulier

Spoiler:

comment diable les Saxons ont-ils réussi à vaincre l'éclaireur dalek à Hope Valley au IXe siècle avec des épées ? neutral

(Accessoirement, le fait que le corps ait été divisé en trois n'a finalement aucune importance dans la suite... mais c'était une idée de précaution sympathique !)

De là, on a entamé la saison 12 avec La Chute des espions (en VO Spyfall lol). Un double épisode lui aussi bien rythmé et avec pas mal de spectacle, qui voit le retour d'un autre grand méchant de la série dont j'ai bien apprécié le traitement, à la hauteur de ce dont il est capable. Les ET de l'épisode sont eux aussi raisonnablement originaux. Et surtout, j'ai adoré les scènes plus "historiques" avec

Spoiler:

Ada Lovelace, Charles Babbage et Noor Inayat Khan, que j'ai découverte à cette occasion.

Les acteurs et actrices des rôles principaux m'ont paru fonctionner mieux ensemble, plus à l'aise. Je regrette cependant quelques passages plus superficiels, comme

Spoiler:

le traitement des gadgets d'espions, un peu trop dans la caricature à mon goût.

Mais globalement, ça commence plutôt bien !

Dernière modification par Tybalt (24/03/2020 16:06:09)

Hors ligne

 

#1217 11/04/2020 09:38:34

Tybalt
Elbakinien d'Or
Lieu: France
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1675
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

A la faveur du confinement, nous continuons à rattraper Doctor Who.

Avant ça, nous avons fait une petite parenthèse le temps de revoir la fin de la saison 3 avec la confrontation entre le Maître et le 10e Docteur (Tennant), le personnage très particulier de Jack Harkness et une Martha Jones résolue, avec des acteurs et actrices toujours aussi excellents. C'est amusant de voir la différence de réalisation entre la période Russell T. Davies et les périodes suivantes : une réalisation plus nerveuse, avec un côté satire sociale assez prononcé par endroits et aucun problème avec le carton-pâte. Certains éléments de cette fin de saison, qui semblaient caricaturaux et improbables en 2007, résonnent différemment avec l'actualité (le candidat surgi de nulle part porté par une campagne médiatique écrasante, le président américain particulièrement détestable, les réseaux téléphoniques omniprésents, la remilitarisation galopante...).

Retour à la saison 12, ensuite, qui est globalement mieux rythmée, plus en lien avec les saisons précédentes, et qui renoue mieux avec la mythologie du Docteur. Je remarque aussi que les scénarios aiment brosser des aventures situées dans des lieux très variés, y compris au sein d'un même épisode où on peut avoir des voyages sur plusieurs continents : c'est nouveau, il me semble, et c'est une bonne idée puisque ça fait rêver autant que possible, même avec les moyens restreints dont dispose la série.
Les arcs narratifs consacrés aux compagnons ont le gros avantage de s'écarter de ce qui a déjà été fait en proposant vraiment une aventure de groupe, même si le Docteur a davantage la main sur les événements (ce qui n'est pas pour me déplaire par rapport à la saison 11 où elle était trop mise sur le même plan que les autres personnages). Ses relations avec les compagnons sont aussi un peu mieux exploitées au sens où on comprend en quoi elle a besoin d'eux.

Les défauts d'écriture restent présents, avec des dialogues pas toujours inspirés et des personnages secondaires au traitement très inégal, subtil par endroits, complètement oubliés à d'autres. Nouveauté : la série "s'engage" parfois plus explicitement sur des questions d'actualité, ce qui peut donner le meilleur comme le pire selon la qualité d'écriture de l'épisode.
Je note aussi que le TARDIS n'a jamais accueilli autant de visiteurs ponctuels. C'est un choix, et ça a l'avantage de permettre d'impliquer plus les personnages ponctuels dans des voyages spatio-temporels. Mais ça se fait parfois au détriment de la vraisemblance dans les réactions des personnages secondaires ("whoa, incroyable ! " et 15 minutes après, en fin d'épisode : "Bon, c'était cool, repassez nous voir"). Ça finit par amoindrir la magie propre au TARDIS et ça nuit à la discrétion que le Docteur aimait garder jusque là dans ses interventions.

Petits avis sur les épisodes, maintenant :

- Orphan 55 : un épisode qui aurait pu être correct, mais qui me laisse un mauvais souvenir en raison d'une conclusion lourdingue. Toute la partie sur l'hôtel de luxe est une bonne idée, le virage post-apo est intéressant, les personnages secondaires sont bien développés et utilisés... mais la conclusion est vraiment, vraiment lourdingue, alors même que le message est assez consensuel.

Spoiler:

"Luttez contre le réchauffement climatique, sinon vous allez devenir monstrueux comme les méchants de cet épisode !" Et on termine avec un plan sur un méchant monstre de l'épisode. Si c'est de l'humour, ça ne se voit pas assez. Si ça n'en est pas, c'est infantilisant. Passe encore pour une série jeunesse, mais pour une série familiale...

Au chapitre des défauts d'écriture :

Spoiler:

La mère et la fille se font abandonner sur la planète sans autre forme de procès, alors que le Docteur essaie normalement de sauver les gens.

- La Nuit de terreur de Nikola Tesla : un bon épisode dans le genre steampunk pulp, avec de l'action, du spectacle et des personnages historiques dans des rôles importants. L'occasion pour la série de renouer avec sa dimension de vulgarisation scientifique, voire un aspect pédagogique, puisque

Spoiler:

c'est l'occasion de remettre en valeur Nikola Tesla en génie incompris face à un Edison dépeint en homme d'affaires sans scrupules. Et après tout, on connaît beaucoup plus Edison que Tesla, alors que ce dernier a lui aussi son comptant d'inventions à son actif !

Les "méchants" de l'épisode sont bien campés à défaut d'être très subtils. Le face à face entre le Docteur et la "méchante" principale est surprenant de tension et de colère de la part du Docteur, dont on voit une nouvelle facette.

- Le Contrat des Judoons : un épisode important qui commence en cachant bien son jeu avec une intervention de la milice privée judoon en plein Gloucester et un jeune couple en détresse dont l'un des membres dissimule un lourd secret. Outre un caméo d'un ancien personnage récurrent de la série, l'épisode contient un gros, gros rebondissement avec une révélation qui, personnellement, m'a complètement pris au dépourvu et m'a beaucoup plu !

Spoiler:

Je ne parle pas tant de l'apparition de Jack Harkness dans une scène où il m'a semblé trop caricaturé, que de la révélation d'une future incarnation du Docteur, avec un TARDIS à l'intérieur différent et tout... et la Docteur actuelle complètement dépassée ! C'est malin, parce que le Docteur croise régulièrement ses anciennes incarnations, mais il serait illogique qu'il ne soit jamais amené à croiser des versions futures de lui-même et c'est normal de mettre ça en scène. L'actrice jouant la Docteur du futur est simplement géniale et j'espère bien qu'on la reverra dans la suite. Son changement de jeu au moment où elle retrouve sa mémoire de Docteur était bluffant. Son personnage m'a un peu rappelé River Song, dont elle va devoir se distinguer.

C'est un épisode-pivot qu'on ne peut pas se permettre de manquer dans la série, mais qui pèche seulement par un certain manque de cohérence, puisque l'intrigue n'est pas refermée sur elle-même et consiste surtout à poser des jalons pour la suite.

- Praxeus : et si on regardait un épisode parlant d'une pandémie à côté de laquelle le coronavirus a des airs de gentil rhume ? C'est parti avec une intrigue étalée sur trois continents qui a toujours un train d'avance sur nous et qui joue au passage avec un souvenir hitchcockien (sans s'y réduire, heureusement). Du rythme, du spectacle et une intrigue pas manichéenne sont les grandes qualités de l'épisode. Moins bien : des personnages secondaires sympathiques mais inégalement développés (autant Jake et Adam ainsi que Suki sont bien intéressants, autant Gabriela la vlogueuse reste traitée trop superficiellement au point que ses réactions en deviennent peu crédibles, sans parler du malheureux Amar dont tous les autres personnages se désintéressent).

- Vous m'entendez ? "Ah, chouette, un épisode qui se passe à Alep, en Syrie, et qui n'a rien à voir avec la guerre civile syrienne ! Génial, un épisode historique pour en apprendre plus sur cette époque à laquelle je ne connais pas grand-chose. Ouh, un établissement hospitalier précurseur, bonne idée d'en parler. Hihi, des gros monstres. Comment ça, des apparitions dans le TARDIS ? On dirait l'épisode sur le Seigneur des Rêves. Ah ben d'ailleurs ça parle de cauchemars. Oooh, du space opera à tendance super-héroïque. Beaux décors. Une seconde, on n'était pas à Alep en Syrie en 1380 ?" Bref, un épisode correct, mais qui m'a paru trop écartelé entre deux époques et lieux qui n'ont vraiment, vraiment rien à voir. Cela dit, ce n'est pas pire que Dinosaurs in a Spaceship. L'épisode vaut surtout pour ses idées, disons, plastiques, ses trouvailles visuelles improbables qu'on dirait parfois elles-mêmes sorties d'un cauchemar. J'ai été moins convaincu par les "méchants", inhabituels pour la série mais qui ressemblent à des personnages de "super-vilains" un peu faciles sous certains aspects. Mais je suis sévère.

- Apparitions à la villa Diodati : mon épisode préféré en tout subjectivité : May Shelley, Byron et leurs amis "confinés" dans leur villa par une étrange nuit de tempête, une nuit tout à fait réelle qui s'est produite en 1816, au cours de laquelle, à l'occasion d'un concours d'écriture, Mary Shelley ébauche son futur roman Frankenstein ou le Prométhée moderne. Bien entendu, les événements qui inspirent Mary Shelley ne peuvent qu'avoir été des plus inquiétants. D'excellents acteurs, une alternance bien dosée entre frisson et humour, des personnages traités de manière équilibrée, une menace redoutable qui met les choses en place pour la fin de la saison et un gros dilemme pour le Docteur : c'est un épisode à ne pas manquer pour comprendre cette saison 12.

On en est là pour le moment, vivement la suite smile

Dernière modification par Tybalt (11/04/2020 09:42:58)

Hors ligne

 

#1218 11/04/2020 10:12:28

Zakath Nath
Prisonnière de Zenda
Date d'inscription: 12/01/2006
Messages: 2402
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Je remarque aussi que les scénarios aiment brosser des aventures situées dans des lieux très variés, y compris au sein d'un même épisode où on peut avoir des voyages sur plusieurs continents : c'est nouveau, il me semble, et c'est une bonne idée puisque ça fait rêver autant que possible, même avec les moyens restreints dont dispose la série.

Il me semble qu'il arrivait à des épisodes de la période Moffat d'être aussi éclatés, géographiquement et temporellement (le recrutement de l'armée du Docteur en saison 6, ou l'épisode-triple en saison 10 où on voyageait pas mal, surtout dans les deux premiers volets).

Depuis la saison précédente, une partie du tournage se fait en Afrique du Sud il me semble, ce qui peut aussi expliquer des paysages plus variés à portée de caméra là où dans les saisons précédentes, c'était plus rare (le tournage du début de la saison 6 aux États-Unis, c'était à l'époque assez exceptionnel, pendant la période Capaldi les îles Canaries ont également servi à plusieurs reprises mais pour des décors très spécifiques). Mais on a fait du chemin depuis l'époque du tournage clandestin à Paris avec Tom Baker lol


http://zakath-nath.joueb.com/images/whosig.jpg

Hors ligne

 

#1219 20/04/2020 12:43:56

Tybalt
Elbakinien d'Or
Lieu: France
Date d'inscription: 23/03/2008
Messages: 1675
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Zakath Nath a écrit:

Je remarque aussi que les scénarios aiment brosser des aventures situées dans des lieux très variés, y compris au sein d'un même épisode où on peut avoir des voyages sur plusieurs continents : c'est nouveau, il me semble, et c'est une bonne idée puisque ça fait rêver autant que possible, même avec les moyens restreints dont dispose la série.

Il me semble qu'il arrivait à des épisodes de la période Moffat d'être aussi éclatés, géographiquement et temporellement (le recrutement de l'armée du Docteur en saison 6, ou l'épisode-triple en saison 10 où on voyageait pas mal, surtout dans les deux premiers volets).

Ce sont des saisons que je ne connais pas bien (je n'ai vu la 6 qu'une fois en pointillés, même si je me souviens grosso modo de l'épisode dont tu parles, et je n'ai pas encore vu la 10 en entier). Il m'a semblé que dans la 11 et la 12 cet éclatement géographique revenait plus souvent. Ce qui n'est pas pour me déplaire, tant que le résultat n'est pas décousu.

Zakath Nath a écrit:

Depuis la saison précédente, une partie du tournage se fait en Afrique du Sud il me semble, ce qui peut aussi expliquer des paysages plus variés à portée de caméra là où dans les saisons précédentes, c'était plus rare (le tournage du début de la saison 6 aux États-Unis, c'était à l'époque assez exceptionnel, pendant la période Capaldi les îles Canaries ont également servi à plusieurs reprises mais pour des décors très spécifiques). Mais on a fait du chemin depuis l'époque du tournage clandestin à Paris avec Tom Baker lol

Merci pour ces explications, je n'étais pas au courant de tout ça, c'est chouette smile

J'ai donc regardé les deux épisodes formant la fin de la saison 12, qui m'ont beaucoup plu. Très orientés "space opera", ils renouent solidement avec les origines du Docteur et la remettent aux prises avec d'anciens ennemis en grande forme :

Spoiler:

Le Maître, dont l'acteur est toujours aussi convaincant, et des Cybermen plus invasifs que jamais.

La "grande révélation" sur les origines du Docteur m'a paru intéressante. Mais je connais très mal l'ancienne série et je n'ai sans doute pas saisi toutes les références à d'anciens épisodes que contient le

Spoiler:

nouveau récit des origines des Seigneurs du Temps et du Docteur

Il m'a semblé que cette révélation ouvrait des perspectives intéressantes et redonnait un peu de liberté de mouvement à la série en

Spoiler:

s'affranchissant définitivement de la limite des douze régénérations du Docteur, qui avait déjà sauté dans un épisode précédent mais avec un argument scénaristique un peu tiré par les cheveux dans mon souvenir. Là, au moins, on a la confirmation que le Docteur n'est vraiment pas un Seigneur du Temps comme les autres.

En revanche, cela pose bien sûr des questions sur la suite, et notamment sur ce qui va être dit

Spoiler:

à propos des origines du Timeless Child, dont on ne sait pas du tout d'où il sort ni pourquoi.

Hors ligne

 

#1220 19/09/2020 10:44:47

Aventurine
Rêveuse d'histoires
Lieu: Dans mon imaginaire
Date d'inscription: 25/06/2014
Messages: 1782
Site web

Re: Les nombreux Docteur Who

Pour être honnête, je ne pensais pas reprendre Doctor Who avec mes dernières déceptions. Et puis ces derniers mois, un manque s'est crée petit à petit au point de me dire : "Ce sera peut-être pas parfait, mais tu peux toujours regarder !" Si bien que j'ai déjà visionné trois épisodes de cette dernière saison et comment dire... c'est pas si mal, au fond ? Je ne peux pas dire que ça rejoint les énormes coups de cœur que j'ai pu avoir pour certaines saisons ou pour certains épisodes, mais c'est plus dynamique que dans mon souvenir. J'ai trouvé les épisodes plus intéressants, même si d'un côté, je trouve qu'on a encore du mal avec les personnages. Ils sont trop nombreux ! Entre les compagnons, les personnages de l'épisode, le docteur... On se demande juste comment on peut les mettre en avant rien qu'un peu pour créer de l'attachement. Concernant le Docteur, je reste malgré tout un peu sur ma fin pour le moment, parce que je trouve qu'il y a un manque de présence et de scènes vraiment mémorables. Mais malgré ces défauts qui ne trouvent pas une franche évolution dans ce début de saison, je suis plus ouverte à l'idée de la regarder telle qu'elle est !

À voir pour la suite ! smile


Booknode

« Having one soulmate in this life is enough » The Untamed

Hors ligne

 

Pied de page des forums