Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

#1 05/03/2007 18:11:12

Kaines
De passage
Lieu: Région parisienne
Date d'inscription: 25/11/2005
Messages: 1873
Site web

Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]


« Les soldats vivent et se demandent pourquoi. »
GLEN COOK In La Compagnie Noire, Soldats de pierre.

Hors ligne

 

#2 05/03/2007 18:56:28

Mézanore
Lige
Lieu: lyon
Date d'inscription: 08/10/2005
Messages: 73
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Résumé alléchant accompagné d'un avis enthousiaste : je suis partante!
Merci pour la critique, qui m'a fait découvrir cet auteur semble-t-il, talentueux.  smile


" A morrrt, à morrrt les marrrmots !
Faisons bouillirrr la peau et les os !
En petits morrrceaux les loupiots !"
Sacrées sorcières. Roald Dahl.

Hors ligne

 

#3 06/03/2007 15:10:35

Thys
Maman Poule
Lieu: Clermont-Fd
Date d'inscription: 25/04/2002
Messages: 4549
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Et encore une critique qui fait mouche, merci ! smile
Ayant adoré Lignes de Vies, je crois que je ne vais pas me priver de celui-ci, d'autant que la critique décrit tout ce que j'ai aimé dans le roman sus-mentionné.

Thys


"La mort de tout homme m'amoindrit parce que je fais partie de l'humanité ; c'est pourquoi, ne demande jamais pour qui sonne le glas, il sonne pour toi."

Hors ligne

 

#4 07/03/2007 09:08:58

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36652
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Tiré du Monde :

Graham Joyce et Susanna Clarke : usages de la magie
LE MONDE DES LIVRES | 01.03.07 | 12h21  •  Mis à jour le 01.03.07 | 12h21 








epuis quelques années, la Grande-Bretagne est décidément la terre d'élection des littératures de l'imaginaire : deux superbes romans viennent le rappeler avec le plus vif éclat. Le premier est de Graham Joyce, auteur né en 1954 près de Coventry, dont nous avons déjà eu l'occasion de souligner l'importance. A chaque nouveau roman, Joyce démontre combien il sait investir le territoire du fantastique pour en tirer de nouvelles harmoniques, voire y introduire des thématiques inédites. Dans Les Limites de l'enchantement, c'est de sorcellerie qu'il est question, ou plus exactement d'adeptes du culte païen de la maîtresse. Mais ces sorcières-là vivent à la fin des années 1960, à l'ère de la minijupe, dans une région rurale de la province natale de l'auteur.



Maman Cullen et Fern, sa fille adoptive, vivent comme hors du monde dans un petit village, menant "un genre d'existence qui avait à peine changé depuis cinquante ans". Mais autour de leur chaumière, le monde, lui, bouge : même un village aussi reculé qu'Hallaton commence à en être affecté.

Dans ce monde à l'orée d'une profonde mutation, Maman Cullen remplit plusieurs rôles. Elle confectionne les gâteaux traditionnels, pratique les accouchements, connaît les vertus des plantes médicinales, les herbes abortives... Elle ne procure ces dernières aux femmes désireuses d'avorter qu'à condition que lui soit révélé le nom du père. La liste des géniteurs, qu'elle tient secrète, est pour elle une protection, mais c'est aussi une connaissance dangereuse.

Au début du roman, une jeune fille meurt après avoir consulté Maman Cullen. L'opinion publique, qui lui était favorable, se retourne : la "sorcière" est même hospitalisée, à la suite d'une agression. Pour la première fois, Fern se retrouve seule face à l'adversité, à la rumeur. Elle ne trouve d'appui qu'auprès d'une communauté hippie aussi marginale qu'elle, et de quelques membres de cette religion dans laquelle Maman Cullen l'a élevée. Le roman raconte comment la jeune femme va affronter la situation. Mais aussi la façon dont elle subira l'épreuve initiatique de la Question, morceau de bravoure de cette très goûteuse fiction.

Le finale est un modèle de concision et de ce que les Anglo-Saxons appellent l'understatement. Il n'en est que plus jouissif et il permet à Fern, qui avait prévenu le lecteur ("Fiez-vous au conte plutôt qu'à la conteuse"), de conclure sur ces paroles de Maman Cullen : "Elle disait qu'il faut regarder au-delà de ce qui vous blesse. Ecouter les bruits au-delà des bruits. Et qu'au bout du compte, la douleur finit toujours par s'en aller, et seule reste alors la beauté." A l'enchantement joycien, il n'y a pas de limite...


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#5 07/03/2007 14:48:39

ioreck
Le Fourbe
Lieu: Sud de la France.
Date d'inscription: 24/02/2006
Messages: 2380
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Merci pour la critique smile. Je me laisserais bien tenter un jour aussi, parce que l'histoire me plaît et la critique est bonne en plus. Et je sens que Maman Cullen va me plaire tongue . Puis je ne connais pas cet auteur, c'est l'occasion.

Merci pour l'article aussi smile .

Hors ligne

 

#6 17/03/2007 11:40:38

zedd
Marshal
Lieu: Rennes
Date d'inscription: 12/02/2004
Messages: 1692
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Excellent une nouvelle fois!
Lignes de vie était génial, En attendant l'orage était très bon, celui-ci se situe entre les deux.
Mais quelle plume! Avec ce troisième roman, je savais à quoi m'attendre... Mais non, encore une fois, la plume de Joyce m'a enchanté, et nous fait une vivre une bonne tranche de vie telle qu'il sait si bien les raconter.
Quant, à l'histoire, difficile de la raconter sans gâcher la magie du livre. De toute façon, un roman de Joyce, ça ne se raconte pas, ça se vit!
Et si, tout en lisant ce magnifique livre, vous vous retrouvez avec Fern à vous débattre avec/contre la vie, ne vous étonnez pas et laissez vous emporter...

Zedd

Hors ligne

 

#7 18/03/2007 12:23:39

Aléa
Fille de la Terre
Lieu: Québec
Date d'inscription: 18/09/2003
Messages: 1770
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Merci bien pour cette critique! smile J'avais adoré "Lignes de vies", donc celui-ci, qui m'a l'air du même acabit m'interesse beaucoup aussi! Bientôt dans mon panier, en compétition avec "En attendant l'orage" quand même...


Hey dol, merry dol, ring a dong dillo!

Hors ligne

 

#8 15/07/2008 16:22:10

Thys
Maman Poule
Lieu: Clermont-Fd
Date d'inscription: 25/04/2002
Messages: 4549
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Excellent, j'ai encore une fois été charmée par les personnages si vivants de Joyce, par leur univers toujours un peu décallé, en marge, poétique, nostalgique, j'adore ! smile

Thys


"La mort de tout homme m'amoindrit parce que je fais partie de l'humanité ; c'est pourquoi, ne demande jamais pour qui sonne le glas, il sonne pour toi."

Hors ligne

 

#9 16/07/2008 13:03:47

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36652
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Dis donc, tu fais une véritable cure de Joyce, on dirait. wink


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#10 29/09/2015 21:56:11

Astarthee
Elbakinienne du dimanche
Lieu: Suisse
Date d'inscription: 06/05/2014
Messages: 1254

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]


Si les contes de fées sont plus vrais que vrais, ce n'est pas parce qu'ils disent que les dragons existent mais parce qu'ils disent que les dragons peuvent être vaincus.
GK Chesterton

Hors ligne

 

#11 30/09/2015 17:12:19

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 36652
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Si ça peut augmenter le nombre de lecteurs, comme d'habitude...


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#12 30/09/2015 17:32:40

Saffron
Écureuil sous caféine
Date d'inscription: 29/03/2012
Messages: 1768
Site web

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

Hmmmm. Comme j'ai été un chouia déçue par La Fée des Dents, j'ai été un peu refroidie dans mon marathon Joyce, mais du poche, c'est intéressant...


I do not wish to evade the world
Yet I will forever build my own
-- "My Walden", Nightwish

Hors ligne

 

#13 10/01/2016 20:27:08

Astarthee
Elbakinienne du dimanche
Lieu: Suisse
Date d'inscription: 06/05/2014
Messages: 1254

Re: Critique ! [ Les Limites de l'Enchantement]

J'ai profité de la sortie en poche pour me le prendre, et je me suis régalée.
C'est le deuxième Graham Joyce que je lis et cela confirme mon amour pour sa plume

Au final, j'ai fermé le livre en ayant l'impression qu'il ne s'est pas passé grand chose, mais j'ai été touchée par chaque personnage et les avoir suivi pendant une tranche de leur vie a été très agréable.


Si les contes de fées sont plus vrais que vrais, ce n'est pas parce qu'ils disent que les dragons existent mais parce qu'ils disent que les dragons peuvent être vaincus.
GK Chesterton

Hors ligne

 

Pied de page des forums