#141 08/01/2015 17:36:42

Aion
Chat bibliovore
Date d'inscription: 12/07/2007
Messages: 456

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Oui, je comprends ton "bmol", et je trouve que tu as entirement raison : il y a encore des (trs) bons dans cette histoire malgr sa rudesse, qui ne sont d'ailleurs pas sans rappeler les hros des bons vieux rcits initiatiques des annes 80-90.

Comme je suis davantage fan de fantasy "old school", ou au moins de rcits dans lesquels les "bons sentiments", mme malmens, peuvent exister (j'adore le mythe arthurien dans ce qu'il a de tragique, par exemple), cela me convient parfaitement, mais je comprends que cela puisse gner un amateur de rcits plus noirs, ou que ce genre de style un peu btard ne plaise pas tout le monde.

Raison pour laquelle il faut rester prudent avec les comparaisons avec d'autres oeuvres, d'ailleurs.

Pour la fin, tu me confortes dans mon ide! big_smile

Dernire modification par Aion (08/01/2015 17:46:01)

Hors ligne

 

#142 08/01/2015 20:00:45

indy620
Barbare
Lieu: Beuvry 62
Date d'inscription: 03/11/2013
Messages: 1152

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Apres le cot "bon" de certains persos , n'est pas un dfaut rdhibitoire . Et je conseillerai ce cycle tout les amateurs de Fantasy sans concession !


En cours : Loredan KJ PArker

Hors ligne

 

#143 12/01/2015 14:24:15

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34977
Site web

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

En tout cas, vos changes font plaisir !


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#144 09/02/2015 11:25:22

Aion
Chat bibliovore
Date d'inscription: 12/07/2007
Messages: 456

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Cycle termin hier soir! smile

Me premire (bonne) impression se confirme : le cycle est parfaitement matris de bout en bout, Ruckley ne se "perdant pas en chemin", aussi bien au niveau de son style que de son intrigue. On se rend en effet compte que chaque lment trouve sa place dans ce rcit, ce qui n'tait pas forcment gagn d'avance au vu de l'intensit de ce rcit, et de l'clatement des points de vue.

Par ailleurs, je confirme ce que je disais prcdemment : Ruckley possde un style bien lui, et son intrigue est au final assez originale, mme si la thmatique aborde peut paratre assez voisine de celle d'autres oeuvres existantes.

C'est d'autant plus admirable lorsqu'on constate que les trois livres formant ce cycle ont chacun un style propre, trs diffrent les uns des autres, mais qu'ils forment un tout cohrent.

Enfin, je ne peux que saluer l'exploit de Brian Ruckley d'avoir maintenu le cap de ce rcit, et d'tre all au bout des choses sans dvier : cela a d tre trs difficile tant ce rcit est psychologiquement insoutenable par moments.

J'avoue qu' titre personnel, j'ai effectivement ressenti ce que certains ont dcrit dans leurs commentaires la lecture du troisime tome : j'avais hte que cela se termine, pour passer autre chose.

Sauf que ce n'tait pas d un manque d'intrt de ma part, ou un dfaut dans le style de Ruckley. Bien au contraire, il est parvenu rendre une ambiance tellement noire, tellement pesante, tellement sans espoir que j'avais hte que a s'arrte, partageant ainsi totalement l'tat d'esprit des personnages du roman. On peut donc dire que Ruckley a parfaitement russi son coup.

La seule fois o j'ai ressenti ce genre de sentiment, c'tait lorsque j'ai vu le film "la ligne rouge", qui retranscrivait justement la tension psychologique et la perte de repres sur le long terme subies lors d'une guerre.

Dcrire cette pression constante dans toute sa duret et sa longueur me semble tre un exercice extrmement difficile, et Ruckley y est parvenu. Chapeau bas pour a.

Enfin, ce cycle peut se targuer de possder l'un des pilogues les plus originaux, et la fois les plus justes que j'aie lus : en effet, toute sa porte se trouve dans ce qui n'est pas crit, dans ce que l'on sait et a ressenti, mais que l'pilogue ne fait que suggrer avec normment de finesse. Magistral.

En bref, si je devais rsumer mon avis, je dirais que "un monde sans Dieux" est un vritable travail d'orfvre d'un point de vue technique et artistique : chaque mot y trouve sa place, et tout y est matris la perfection. Par contre, c'est un rcit extrmement dur, voire prouvant de par le thme choisi et la manire de le dvelopper : c'est la limite du soutenable par moments. Je ne pense donc pas que ce soit une lecture qui convienne tout le monde.

Mais si vous voulez du sans concession et que la dcouverte du sens profond du mot "nihilisme" ne vous fait (srieusement) pas peur, allez-y! smile

EDIT : j'ai repens ton commentaire, Indy, propos de ton sentiment selon lequel n'avait pas t au bout des choses parce que certains personnages restaient trop "bons". D'aprs mon ressenti, cette "bont" relative est justement indispensable pour apprcier tout le reste, d'une part parce que le contraste entre cette "bont" (relative) et ce qui se passe autour rend l'ensemble encore plus insoutenable, et d'autre part parce que ces personnages constituent un point d'entre et d'identification du lecteur dans le rcit.

Et l o je trouve que Ruckley a parfaitement dos son truc, c'est dans le fait que :

Spoiler:

cette bont se transforme et disparat au fur et mesure que les idaux perdent leur sens dans ce monde, et qu'il ne reste plus des rares survivants que ce qu'ils sont vraiment au fond d'eux.

A la fin, ce ne sont pas les idaux d'Orisian qui triomphent d'Aeglyss, mais sa personnalit, et sa vie. Parce que ce personnage, idaliste au dpart, a t lentement dpouill de toutes ses illusions, de tous ses rves, jusqu' ce qu'il ne reste plus que lui en tant qu'tre humain.

D'ailleurs, le choix final qu'il fait, et qui lui permet de l'emporter, c'est sur base de ses seuls souvenirs qu'il les fait,sans qu'une quelconque notion de morale intervienne.

Et lorsqu'on y rflchit bien, mme le "happy end" n'en est pas vraiment un, parce que les notions de bien et de mal sont devenues totalement absurdes la fin du rcit.

Lorsque la socit et les idaux eux-mmes ont disparu, il ne reste que les hommes et le monde, dpouills des significations factices que l'on a voulu leur donner, dans toute la terrible vrit de leur tre. Il n'y a pas de destin, et la vie n'a pas de sens. La vie est la vie, sans morale, sans autre sens que celui que l'on veut bien lui donner, et sans que ce sens lui-mme ait une quelconque importance.

C'est a, selon moi, la vritable thmatique de l'oeuvre de Ruckley.

Et c'est pour a que chaque lment est sa place dans son rcit : l'abandon du monde par les dieux est une mtaphore sur l'absence de sens de la vie, les comparaisons constantes entre les vnements du livre et la nature qui "suit son cours" en parallle rappellent l'absence de morale inne du monde, Les personnages "bons" sont utiliss pour dcrire la perte progressive d'idaux qui mne cette "vrit", et la Route noire n'est l que pour mettre en vidence l'absence de destin...

Enfin, c'est comme a que j'ai ressenti les choses! smile

EDIT 2 : pour rpondre dfinitivement la comparaison avec le trne de fer, aussi...

Tu veux dire que c'est mieux que GOT ?

Comme je l'ai dit, c'est diffrent. Et surtout, je pense que pour rellement apprcier ce cycle, il ne faut pas avoir la comparaison de GOT en tte, sinon on passe ct du roman.

En ce qui me concerne, j'ai trouv que la similitude avec le trne de fer n'apparaissait rellement qu' postriori, une fois le cycle fini.

Elle est selon moi trouver dans les thmatiques de ces deux cycles, qui peuvent prsenter certaines similitudes. Cela dit, l o chez Ruckley cette thmatique apparat comme centrale et vidente, ce n'est pas le cas chez Martin, qui s'parpille nettement plus.

Par ailleurs, le cycle de Martin n'est pas encore termin, il est donc difficile de dire si "Un monde sans Dieux" et "le trne de fer" partagent rellement une thmatique centrale similaire ou non : on ne le saura que lorsque le trne de fer sera achev, et que son concept central apparatra clairement.

Par ailleurs, il y a une diffrence fondamentale entre les deux cycles : le trne de fer est bas sur la surprise et le suspense, alors que c'est l'exact oppos dans "un monde sans dieux".

Bref, je le rpte : sortez-vous de la tte le trne de fer au moment d'aborder "un monde sans dieux", sinon vous risqueriez de passer ct de l'essence du cycle de Ruckley.

Au fond, je me demande si Atanaheim et Led, qui semblent avoir apprci ce cycle galement, partagent mon analyse...

Dernire modification par Aion (09/02/2015 14:52:09)

Hors ligne

 

#145 09/02/2015 19:57:44

indy620
Barbare
Lieu: Beuvry 62
Date d'inscription: 03/11/2013
Messages: 1152

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Je ne suis pas surpris de ton avis Aion ! Je t'avais dis que la fin te plairait l'auteur a vraiment assur ce niveau l ! On est loin du Happy end ou on pleure les morts quelques lignes et tout va bien !
Au niveau de la bont c'est plus Orisian et les Lannis qui m'ont sembl trop bons, pour le cot insoutenable a ne m'a pas tilt , mais bon je suis un lecteur assidu friant de Dark Fantasy.
J'ai lu ton analyse de la fin , je n'ai pas t aussi loin que toi dans ma reflexion  mais oui ton cheminement se tient !
Le moins que l'on puisse dire c'est que tu vas au fond des choses , tu ne fais pas 'que" lire ! big_smile


En cours : Loredan KJ PArker

Hors ligne

 

#146 09/02/2015 20:28:36

Aion
Chat bibliovore
Date d'inscription: 12/07/2007
Messages: 456

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Pour le ct insoutenable, en effet, c'est parce que j'ai souvent tendance me "projeter" dans les rcits lorsque je les lis. Et dans ce cas-ci, le rcit est particulirement dur! happy

En ce qui concerne la bont de certains personnages, je crois comprendre ton sentiment : mme si elle est ncessaire dans la construction du propos de Ruckley, elle peut paratre un brin artificielle.

Le moins que l'on puisse dire c'est que tu vas au fond des choses , tu ne fais pas 'que" lire ! big_smile

Merci pour le compliment! big_smile

Cela dit, je ne le fais pas chaque fois : j'ai par exemple beaucoup aim la Mora ou fils-des-brumes malgr leurs dfauts vidents, parce que j'ai davantage "ressenti" et "lu" ces trilogies.

Avec Ruckley, j'tais davantage dans l'optique que j'avais adopte avec "mme pas mort" : une apprciation base plutt sur la raison que sur l'motion. c'est d'ailleurs pour a que je parle davantage de matrise et de construction mtaphorique (que j'ai eu la chance de dtecter assez tt, notamment grce aux commentaires sur ce sujet) que des sentiments que j'ai ressentis.

Le plaisir est diffrent, mais bien prsent! smile

Dernire modification par Aion (09/02/2015 20:31:10)

Hors ligne

 

#147 28/03/2015 17:22:44

Nephtys
Elbakinien d'Argent
Date d'inscription: 18/08/2014
Messages: 570

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Aprs avoir t bien allche par vos diffrents avis, j'ai commenc le premier tome: un Hiver de Sang

Comme dit dans la critique, je ressens ce "classicisme" donnant aux premires pages du rcit un ct assez pesant.

Spoiler:

Les prparatifs d'un banquet, on a dj connu plus palpitant big_smile

Il me faut encore un certain temps pour m'habituer aux noms des races comme des protagonistes. Je m'y perds un peu avec les Lignes aprs peu prs 150 pages mais je commence trouver mon rythme de croisire ! Maintenant, les choses srieuses commencent tongue

Hors ligne

 

#148 30/03/2015 16:26:53

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34977
Site web

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

En effet, pour les choses srieuses. wink
Bonne lecture !


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#149 03/04/2015 12:54:03

Nephtys
Elbakinien d'Argent
Date d'inscription: 18/08/2014
Messages: 570

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Premier tome de termin, a y est smile

Etrangement, c'est une lecture tout aussi classique qu'atypique. Le rcit souffre d'un ct de problmes de rythme assez normes pour moi, mais de l'autre propose une galerie de personnages trs intressants. Je salue par ailleurs les rles fminins, classiques, divers et combien intressants (j'espre en savoir plus sur Tara par ailleurs).

Brien Ruckley connat son univers et le matrise, je l'ai cependant senti vacillant dans ce qu'il voulait nous raconter. Est-ce que ce tome avait besoin de s'tendre sur six cent pages ainsi? Non, pas mon sens. Surtout que, en quelques paragraphes, l'auteur nous dlivre de vritables ppites.... Ses descriptions du Haut bastion, j'y adhre totalement par exemple.

Concernant les scnes de batailles:

Spoiler:

Kolglas tait sympathique lire mais sans plus: on savait qu'il y aurait des survivants. Cependant Anduran, alors l...a m'a happ, entran en quelques lignes, quelques mots. C'tait beau, cruel, visuel avec juste ce qu'il fallait d'espoir et de dsespoir de correctement distills pour qu'on se dise "non, pas tout de suite" ou bien "mais peut tre que...". J'y ai trouv la flamboyance, le sens de l'pique qu'il manquait la suite

J'ai surtout dplor le fait que l'auteur se rptait beaucoup. Ses descriptions sont belles, on ressent vritablement les voyages, les paysages, mais il y a comme un manque qui se fait sentir. L o le livre est beau, c'est qu' chaque fois que l'on se dit que l'on va abandonner, l'auteur parvient nous retenir sur des dtails plus ou moins infimes:

Spoiler:

-la mort d'Inurian bien sr, mais surtout le serment (ra'tyn?) qu'il demande Ess'yr et la teneur de celui-ci. Les pratiques kyrrilins concernant les morts...

-les scnes avec Theor

-le court moment entre Mordyn et Tara, un couple que j'aimerai suivre beaucoup plus

- et enfin la fin, avec Aeglyss plein de promesses pour les tomes venir.

En parcourant le sujet j'ai vu que beaucoup avaient eu des ressentis similaires, et que la suite les avait dans l'ensemble assez satisfaits tongue Je me plongerai donc dans les tomes suivants sans dplaisir.

Ah, par contre.... d'habitude j'ai pas vraiment de mal m'y retrouver dans les noms et prnoms. Cependant l, et malgr le lexique, c'tait totalement le bazaar un long moment entre les diffrentes Lignes, les villes voir mme les races. Bon videmment a n'a pas empch la lecture ou l'apprciation gnrale de ce premier tome mais...est-ce que vous avez eu le mme problme ou bien mon cerveau me faisait une grve clair? xD

Hors ligne

 

#150 03/04/2015 16:11:10

indy620
Barbare
Lieu: Beuvry 62
Date d'inscription: 03/11/2013
Messages: 1152

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Non non, je me souviens avoir eu du mal aussi avec les noms !


En cours : Loredan KJ PArker

Hors ligne

 

#151 03/04/2015 17:19:48

Nephtys
Elbakinien d'Argent
Date d'inscription: 18/08/2014
Messages: 570

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Ah, merci tongue

Mais bon, quoi qu'il en soit on ressent le travail honnte derrire, l'envie de faire parvenir de vraies motions et de secouer plus ou moins violemment le lecteur. Le premier tome a des dfauts, mais a aussi un me. Dans une fantasy parfois de plus en plus formate, a dstabilise.

Hors ligne

 

#152 01/03/2016 18:43:50

Aslan
Souverain de Narnia
Lieu: Narnia
Date d'inscription: 19/01/2005
Messages: 12063
Site web

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

Sa nouvelle srie continue en tout cas...

http://www.orbitbooks.net/2016/03/01/introducing/


Homme, dit Aslan, voici Cair Paravel aux quatre trnes, et sur l'un d'eux tu dois siger en tant que roi.

Hors ligne

 

#153 01/03/2016 20:14:39

Saffron
cureuil sous cafine
Date d'inscription: 29/03/2012
Messages: 1663
Site web

Re: Critique ! [Un Monde sans Dieux]

a vaut bien la peine de suivre le blog d'un auteur si c'est pour apprendre ses publications par des moyens dtourns... hmm Heureusement qu'il y a des gens en overwatch sur ce forum, merci Aslan !


I do not wish to evade the world
Yet I will forever build my own
-- "My Walden", Nightwish

Hors ligne

 

Pied de page des forums