Messages privés : les messages privés existants seront tous supprimés lors d'une prochaine mise à jour du forum.
Attention : Aucune sauvegarde ne sera réalisée. Si vous souhaitez conserver vos messages privés merci de les sauvegarder vous-même.

#321 10/11/2011 14:11:57

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35226
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#322 10/11/2011 20:55:51

John Doe
Loup Solitaire
Lieu: Present Day...Present Time
Date d'inscription: 12/05/2008
Messages: 7203
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Merci pour l'info !smile


« Better a life like a falling star, brief and bright across the dark, than the long, long waiting of the immortals, loveless and cheerlessly wise »  - The Broken Sword - Poul Anderson               
« Que sommes nous, tous autant que nous sommes, sinon des spectres disparaissant dans la nuit ?» - Le Crépuscule du Dieu Gris - R.E. Howard

Hors ligne

 

#323 17/11/2011 22:57:54

claire5988
Apprenti
Lieu: au fond de mon bouquin!!
Date d'inscription: 22/07/2011
Messages: 27

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Merci beaucoup pour cette petite trouvaille!! Je vais me jeter dessus!!!!

Hors ligne

 

#324 26/11/2011 11:16:29

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Bon je viens de finir le Guerrier Prophète, et si j'en encore du mal a trouver cela sexy parfois, c'est du lourd, du très très lourd ! coeur
Une œuvre qui va marquer la fantasy de son empreinte et qui j'espère inspirera de nombreux auteurs à l'avenir.

Pour moi un 9/10 plus que mérité. J'aurais mis un 10/10 non moins mérité sans hésiter si j'en avais fait un coup de cœur absolu...
... Mais il y a 2 ou 3 trucs qui me gênent vraiment aux entournures pour lui mettre la note parfaite.
Du coup je suis presque interloqué que ceux qui en ont fait un coup de cœur n'aient pas cédé à la tentation du 10/10 !

C'est très sombre, très riche, très dense, très complexe, donc j'enchaîne directement avec le Chant des Sorciers tant que ma mémoire est fraîche, et un avis nettement plus détaillé viendra en temps et en heures prochainement.

Une question pour les lecteurs VO :

Spoiler:

le côte science-fantasy crucial mais discret est-il plus présent dans la 2ème trilogie ?

Dernière modification par Albéric (26/11/2011 18:34:59)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#325 26/11/2011 14:47:58

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35226
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

De mon point de vue, pas franchement (mais je n'en ai lu qu'un). smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#326 26/11/2011 17:33:36

Plume
Ombre parmi les ombres
Date d'inscription: 09/09/2009
Messages: 932
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Ravie, Albéric que le livre t'ai plu coeur


Le sommeil de la raison engendre des monstres - Goya

Hors ligne

 

#327 26/11/2011 18:33:22

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

@ Plume
D'autant plus que c'est le message #303 qui m'a convaincu d'intégrer les tomes 2 & 3 dans ma PAL ! whistling
Par Séjénus, Gloire au Guerrier-Prophète ! smile (le livre et le personnage) wink

J'ai été très attentif en cours de lecture mais s'il y a un truc que j'ai pas vraiment pigé c'est :

Spoiler:

cette histoire de poupée wadi qui libère Drusas Achamian des cachots des Flèches Écarlates

Si quelqu'un veut bien éclairer ma lanterne, je suis preneur ! rolleyes

Dernière modification par Albéric (05/12/2011 20:08:23)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#328 26/11/2011 19:15:57

Plume
Ombre parmi les ombres
Date d'inscription: 09/09/2009
Messages: 932
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Albéric a écrit:

D'autant plus que c'est le message #303 qui m'a convaincu d'intégrer les tomes 2 & 3 dans ma PAL ! whistling

J'en suis d'autant plus heureuse tongue

Dernière modification par Plume (26/11/2011 19:16:29)


Le sommeil de la raison engendre des monstres - Goya

Hors ligne

 

#329 01/12/2011 15:15:44

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35226
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

2) The Unholy Consult continues to grow, but more slowly than I had hoped.  At the moment, things feel forced and wooden, at which point I begin obessessively rewriting. I want this book to crack like a whip, almost too much I sometimes worry. But every book I’ve written (with the exception of Disciple of the Dog) has been a melodrama like this, alternating between inspriration and desperation.

Sur le blog de l'auteur...


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#330 05/12/2011 20:59:30

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Malgré la montée en puissance des enjeux, la confrontation de Kellhus et de Moënghus (qui laisse beaucoup de questions en suspens), le destin tragique rencontré par un grand nombre de personnages, j’ai été beaucoup moins emballé par le 3ème tome.
Un petit 8,5/10 pour ce 3ème tome et un 9/10 d’ensemble pour cette 1ère trilogie de très haute qualité mais qui ne plaira pas à tous.

On a beaucoup comparé les 2 Canadiens Erickson et Scott Bakker, mais en fait je vois ce dernier comme un chaînon manquant entre Erickson (l’univers sombre, touffu et foisonnant, parfois inutilement car par exemple on cite maintes et maintes fois des personnages qui n’apparaissent au cœur du récit qu’1 ou 2 fois comme Skauras le Chacal du Sud) et un autre Canadien à savoir G. G. Kay (pour le traitement psychologique de ses personnages).

Les qualités : smile

* Un GROS travail sur l’univers dans sa longueur, sa largeur et sa profondeur. On est initialement étourdi par la profusion de pays, de peuples, de cultures, d’écoles de magies avec chacun leur histoire millénaire et leurs intérêts divergents. Bon parfois quand Scott Bakker parle de magie, on a l’impression de suivre un cours universitaire de philo ou de maths… mais c’est par trop grave ! Par contre dès qu’on touche de près ou loin à la Consulte on navigue dans la science-fiction pour le meilleur et pour le pire (l’avenir tranchera).

* L’auteur est passionné par son sujet :
la Guerre Sainte est un décalque de la 1ère croisade !
Inrithi = Chrétiens (INRI = Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum = Jésus le Nazaréen, roi des Juifs), Fanims = Musulmans, Scyvendis = Mongols, Nansur = Byzantins, Mengedda = Nicée ; Carathay = désert intérieur de l’Anatolie, Carascande = Antioche, Xérash = côté levantine, Shimeh = Jérusalem… Même dans le déroulement des événements avec Croisade Vulgaire et Croisade des Grands Noms le parallèle est totalement évident. Instinctivement, j’ai écouté la BO de Kingdom of Heaven en lisant le livre avant même de faire le lien.
D’ailleurs je l’ai associé par la suite à celle de The Eagle et le Cartographer de Posthumus pour essayer de ne pas trop penser au film.

* Scénaristiquement, même sans la menace de la Seconde Apocalypse et de la Consulte, c’est très riche avec de nombreuses ambitions personnelles associées aux tiraillements intérieurs de personnages hauts en couleurs, les projets politiques des grandes nations, les guerres de religions, les conflits entre écoles de sorcellerie… qui ne sont tous que des pions dans la paume de la main des Dunyains qui se la jouent bene gesserit (les lecteurs de Dune me comprendront avec les plans à l’intérieur des plans).

* Le personnage énigmatique de Kellhus
qui à l’image du personnage de Dexter passe son temps à observer et à analyser le comportement des gens, commentant chacun des faits et gestes trahissent leurs sentiments et calculant froidement chacune de ses actions et de ses réactions pour mieux les manipuler… est fascinant bien qu’on ne puisse guère éprouver d’empathie pour lui.


Les défauts : neutral

* C’est assez sexiste (or je sais qu’il y a beaucoup d’elbakiniens/elbakiniennes sensibles au traitement des personnages féminins).
Certes le monde secondaire créé par de Scott Bakker est rude, violent et cru, mais il y avait la place pour un personnage féminin qui ne soit ni incesteux, ni infanticide, ni prostituée de bas ou de haut étage…
Cette place dévolue à la condition féminine n’est pas vraiment gênante en soi, mais au vu du talent de l’auteur pour dépeindre tout une galerie de personnages masculins très divers cette vision paraît un peu monolithique…
C’est d’autant plus dommage que dans son modèle historique (le temps des croisades), il y a toute une série de fortes personnalités féminines qui ne relèvent pas du tout de cet esclavage sexuel.

* C’est verbeux. L’auteur s’épanouit dans les réflexions psychologiques ou philosophiques qu’il maîtrise parfaitement (un doctorat universitaire sur le sujet cela aide un peu) et qu’il a placées au cœur de l’intrigue.
C’est assez symptomatique qu’à chaque tome il faut attendre plus de 200 pages pour vraiment entrer dedans, d’autant plus qu’à chaque chapitre citations et paragraphes d’en-tête obligent à se concentrer avant de replonger.
Le ressentiment de Cnaïur, les doutes d’Achamian, les remords d’Esmet, les manipulations de Kellhus s’étendent sur des pages et des pages… Cela approfondit magnifiquement les personnages mais c’est frustrant de se taper des chapitres entiers de pensées intimistes ou de réflexions philosophiques avant de voir les choses avancer…

* C’est froid. L’auteur n’est pas toujours à l’aise dans les scènes d’action. Sa plume est très riche sinon capiteuse et il ne lui faut pas beaucoup de mot pour dépeindre richement une scène, mais c’est plus fort que lui, l’ellipse est souvent de rigueur. Ainsi tous les affrontements magiques, pourtant assez évocateurs et censément impressionnants n’arrivent pas vraiment à emballer le lecteur car ils se déroulent toujours de la même façon.
De manière générale, dans la plupart des moments épiques on a l’impression de lire une chronique. On nous narre froidement les événements de l’extérieur donc on peine à trembler pour la Guerre Sainte et ses protagonistes.
- un leader va défendre coûte que coûte la bannière de la Guerre Sainte contre la charge de la cavalerie d’élite ennemie…
et bien non on a droit à une ellipse et quelques mots nous évoquant « une défense miraculeuse » et « une montagnes de corps » !
- un groupe d’assassins inhumains traquent le héros durant de nombreux chapitres, la confrontation s’annonce sanglante…
et bien non on a droit à quelques lignes suggérant rien de plus que des bruits de coups dans le noir !
- les croisés sont perdus à moins d’une dernière chevauchée signifiant la victoire ou la mort…
et bien non on a droit à un résumé à la 3ème personne de la charge et de la victoire desdits chevaliers sans aucune immersion dans lesdits événements…

Spoiler:

L’affrontement désespéré des 400 hommes Cnaïur contre toute l’armée impériale dans les ruelles d’une petite ville côtière aurait du être un moment d’anthologie… si c’était Howard qui l’avait écrit alors que là, c’est très froidement décrit malgré la violente folie qui s’empare des protagonistes.
C’est triste ! sad

Les exemples sont légions… L’auteur est capable de fulgurances mais qui peinent à émerger lors des moments clés.
Ainsi des personnages emblématiques nous quittent en 1 page, 1 paragraphe ou 1 ligne… ph34r
Sans parler de Xérius Conphas, très présent dans le 1er tome qui disparaît totalement ensuite
Sans parler de Saubon très présent dans le 2ème tome qui disparaît totalement dans le 3ème tome…
L’auteur est-il un Dunyain pour décrire aussi froidement le destin de ses héros ?
Ou ne sont-ils là que pour servir ses desseins ? (ceux de Kellhus ou ceux de l’auteur ?)


C'est excellemment bien écrit, réfléchi et construit ! Un auteur pas facile d'accès mais qui assurément gagne à être connu et lu ! smile

EDIT 19/12/11 : et bravo au traducteur, cela devait pas être de la tarte de bien rendre le style de l'auteur en français ! smile smile smile

Dernière modification par Albéric (31/03/2012 19:23:43)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#331 06/12/2011 11:06:21

holybout
Apprenti
Date d'inscription: 17/12/2009
Messages: 35
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Dans les points négatifs, j'ajouterais que justement la richesse du récit, des factions et du monde en général est un peu gâché par une impression brouillonne. Oui, y'a pleins de factions, mais dans le fond, je me suis régulièrement trouvé perdu au sein du shmilblick, même à la fin de la première trilogie.

Hors ligne

 

#332 06/12/2011 17:00:08

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35226
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Albéric a écrit:

* C’est assez sexiste (or je sais qu’il y a beaucoup d’elbakiniens/elbakiniennes sensibles au traitement des personnages féminins).
Certes le monde secondaire créé par de Scott Bakker est rude, violent et cru, mais il y avait la place pour un personnage féminin qui ne soit ni incesteux, ni infanticide, ni prostituée de bas ou de haut étage…
Cette place dévolue à la condition féminine n’est pas vraiment gênante en soi, mais au vu du talent de l’auteur pour dépeindre tout une galerie de personnages masculins très divers cette vision paraît un peu monolithique…
C’est d’autant plus dommage que dans son modèle historique (le temps des croisades), il y a toute une série de fortes personnalités féminines qui ne relèvent pas du tout de cet esclavage sexuel.

Extrait de l'une des interviews sur le site :

Vos personnages féminins sont vraiment forts, quelque chose de pas si habituel dans le merveilleux monde « testostéroné » de la fantasy. Etait-ce quelque chose de voulu dès le départ, ou est-ce que cela a pris corps lors de l’élaboration de votre univers ?

    Eh bien, je suis content que quelqu’un dans le coin soit de cet avis ! Comme vous le savez probablement, j’en ai vraiment vu de toutes les couleurs à ce sujet. C’était délibéré depuis le début. Etant donné que je ne suis pas sensible à l’idéalisation sentimentale, j’ai voulu créer un monde pré-moderne avec toute la laideur et la brutalité réelle. Et, en tant que tel, les gens ne voient pas au-delà des limitations de leur contexte, qu’ils peuvent à peine thématiser, encore moins critiquer. Alors plutôt que d’attribuer des organes génitaux féminins à un personnage masculin, j’ai voulu faire le portrait de personnages femmes que vous pouvez raisonnablement attendre dans une armée pré-moderne - des suiveuses - et chroniquer leur apparente montée vers le pouvoir via Kellhus, qui est évidemment un code secret pour la modernité.

Et j'ai toujours vu l'auteur s'en défendre en tout cas. smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#333 06/12/2011 20:04:28

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

@ Gillossen
Je sais pas si je me suis bien exprimé, c'est pas l'auteur qui est sexiste mais l'univers qu'il a créé.
Alors oui, dans une campagne militaire les personnages féminins sont forcément des suiveuses... C'est donc cohérent.
Mais du coup était-on obligé de faire de l'impératrice-mère du Nansurium, seul personnage féminin qui ne pratique pas le plus vieux métier du monde, un garce narcissique et incestueuse qui ne vient pas dépareiller le tableau ?
Toutefois cela n'enlève rien à la forte personnalité desdits personnages féminins.

@ holybout

Dans les points négatifs, j'ajouterais que justement la richesse du récit, des factions et du monde en général est un peu gâché par une impression brouillonne. Oui, y'a pleins de factions, mais dans le fond, je me suis régulièrement trouvé perdu au sein du shmilblick, même à la fin de la première trilogie.

Je l'avais dénoté d'entrée mais je ne l'avais pas suffisamment souligné.
Touffu et dense oui, brouillon pas vraiment... Au final on arrive à reconstruire l'échiquier des forces en puissances, même si tous les cauchemars d'Achamian qui narrent la 1ère Apocalypse viennent encore complexifier l'univers et la façon dont il est décrit.
Pas contre tous ces personnages qui sont interviennent directement ou indirectement plusieurs fois alors qu'on ne zoom jamais sur eux, leurs apparence ou leur personnalité, n'aident pas à bien visualiser qui est qui et qui fait quoi et pourquoi...

Dernière modification par Albéric (07/12/2011 14:03:04)


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#334 07/12/2011 13:50:14

Gillossen
Spécialiste en résurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 35226
Site web

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Oui, personnellement, les romans ne m'ont pas paru brouillons. Mais il est vrai qu'on ne peut pas lire 50 pages, poser le roman dans un coin et espérer le reprendre comme tant d'autres. smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#335 07/12/2011 14:06:04

Albéric
nécromancien de sujets
Date d'inscription: 17/05/2007
Messages: 2629

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

C'est très dense, donc oui vaut mieux ne pas hacher la lecture en cours de tome et vaut mieux ne pas trop laisser de temps s'écouler entre les tomes sous peine de ne plus rien comprendre du tout.
Car même avec une lecture continue et attentive, faut s'accrocher quand même pour tout bien calculer.

Non, ce n'est pas du tout brouillon. C'est trop construit, pensé et réfléchi pour l'être.
Mais c'est une œuvre définitivement assez exigeante pour le lecteur.


Magie Brute de Larry Correia : "Non mais sérieux, c'est du lourd ce bouquin : une absolue tuerie !" (Navym copyright )

Hors ligne

 

#336 08/12/2011 16:34:57

Viram L'Elan
Novice
Date d'inscription: 08/12/2011
Messages: 4

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Bonjour à tous !

Je viens tout juste de terminer Le Prince du Néant et je dois vous avouer que Bakker a gagné depuis quelques semaines un fan de plus ! Pour ma part, j'ai trouvé la lecture bien que ardue de prime abord, très agréable par la suite, une fois que l'on a intégré les éléments essentiels.

Les passages guerriers sont très bien écrits à mon avis, je trouve ça pertinent de passer à une vue d'ensemble plutôt que de suivre un ou plusieurs personnages continuellement et de compter le nombre de coup d'épée et d'ennemis occis. Certains personnages meurent en deux lignes mais après tout, la vie est ainsi, on peut être en grand héros et périr jusque car notre destrier a eu peur au mauvais moment !

La philosophie est très intéressante et est une part importante du roman, il ne pouvait vraisemblablement pas l’éclipser ou la minimiser à mon avis. Il faut la prendre comme un personnage à part entière du roman.

Vis à vis des femmes, je suis d'accord, il aurait très bien pu faire en sorte d'en avoir au moins une exempt de vice, mais au final malgré leurs vices elles se révèlent être tout aussi fortes voire plus que d'autres personnages masculins. (Esmenet, Istriya, Serwë comptent bien plus pour l'histoire que Gothyelk non ?).

Les défauts ? Déjà tout ce qui me semble être des qualités peut s'avérer être des défauts pour d'autres, en quête d'un livre facilement abordable, rapide et efficace (non pas modéré voire lent, et en contrepartie très très efficace). La profusion de personnages secondaires est plutôt difficile à intégrer (surtout quand ils ont des noms très proches comme Werjau et Werijen) mais d'un autre côté n'avoir que des anonymes à côté des personnages les plus important aurait rendu l'armée moins concrète.

Il m'a aussi semblé que le troisième livre était effectivement un peu moins captivant surtout dans le premier tiers, surtout après la folie du Guerrier Prophète.

Spoiler:

Je vous avoue que j'ai cru un bon moment que la Seconde Apocalypse allait avoir lieu dans Le Chant des Sorciers ou du moins les évènements qui auraient permis de l'éviter, et ce n'est qu'après que j'ai vu sur ce site qu'il y avait une autre trilogie en préparation... Forcément, ça m'a un peu déçu du troisième Tome avant que je puisse l'apprécier comme préparation à l'Apocalypse wink

@ Albéric

Inrithi = Chrétiens (INRI = Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum = Jésus le Nazaréen, roi des Juifs), Fanims = Musulmans, Scyvendis = Mongols, Nansur = Byzantins, Mengedda = Nicée ; Carathay = désert intérieur de l’Anatolie, Carascande = Antioche, Xérash = côté levantine, Shimeh = Jérusalem… Même dans le déroulement des événements avec Croisade Vulgaire et Croisade des Grands Noms le parallèle est totalement évident.

Je me suis douté dès le début qu'il y avait un parallèle historique mais je n'aurais pas su dire quoi, merci pour ces informations !

Pour conclure : cette trilogie m'a semblé presque parfaite, je lui donnerais un 9,5/10 ! Mon expérience dans la Fantasy étant moindre, peut-être suis-je biaisé, mais il me semble que c'est une œuvre incontournable, que tout le monde ne peut aimer car assez difficile malgré tout... J'en imagine déjà beaucoup se perdre dans la foison de détails, comme je me suis moi-même plusieurs fois perdu, mais j'encourage tout le monde à s'accrocher car ça en vaut vraiment la peine !
A quand la suite ?!

Dernière modification par Viram L'Elan (08/12/2011 16:36:59)

Hors ligne

 

#337 09/01/2012 21:41:31

Navym
Choix du grade
Date d'inscription: 16/12/2009
Messages: 408

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Et un up pour signaler que l'auteur nous donne encore un os à ronger.
Et il s'explique là-dessus ici.

EDIT : Nul besoin de dire que ça spoile grave en un sens. D''ailleurs il spoil pas mal, depuis sa dernière interview, le sieur Bakker.

Dernière modification par Navym (09/01/2012 21:55:24)

Hors ligne

 

#338 14/01/2012 21:02:47

Lews Therin
Mage
Date d'inscription: 22/01/2010
Messages: 78

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Fini cette trilogie du Prince du Néant.
De bons moments de lecture dans l'ensemble (notamment le tome2 qui est vraiment de bonne facture) mais avec quand même des imperfections.

J'ai notamment trouvé le dernier tome un peu lourdingue dans le style et hyper confus. La dernière bataille c'est un peu n'importe quoi : on ne sait plus quel camps taille l'autre, c'est très confus.
Je suis un peu aussi déçu que la consulte ne joue pas un rôle plus grand dans ce 3ème tome. Je m'attendais à autre chose mais j'imagine que ça sera pour une seconde trilogie ?
J'ai également pas trouvé très claire la conclusion concernant l'arc narratif de

Spoiler:

Moenghus. Si à un moment du texte, l'auteur ne mentionnait pas l'anticipation de Kellus d'une victoire de la consulte et du non dieu en cas de survie de Moenghus, je n'aurais pas su dire si ce dernier était du "bon" ou du "mauvais" côté

.

Les personnages sont par contre sublimement mis en scène. Achamian est clairement mon chouchou notamment à la lecture des toutes dernières lignes du 3ème tome.

Hors ligne

 

#339 16/01/2012 12:12:21

Atanaheim
fantaisiste
Date d'inscription: 12/12/2011
Messages: 2851

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

L'aspect confus de cette bataille est indéniable. Cela dit je pense qu'il est volontaire. A mon avis les généraux devaient pas mal galérer à déterminer précisément ce qui se passait en bas depuis le sommet de leur colline.
Poussière, tumulte, confusion, etc. Comment jugez de l'état d'esprit d'une cohorte quand on y est pas alors que le moral est un facteur de victoire crucial, etc.
N'est pas Parménion qui veut big_smile

Pour te répondre sur ce que tu as mis en balise spoil, voici ce que je dirais, de mémoire, sachant que j'ai lu le livre il y a pas mal de temps :

Spoiler:

Les Dûnyains ne sont d'aucun côté. Même si on peut penser qu'ils seraient automatiquement du côté des humains étant données leurs origines, il faut se rappeler qu'ils se sont retirés du monde des hommes. S'il sont d'un côté, c'est le leur. C'est pour ça qu'il est difficile de savoir si Moenghus était aurait favorisé les hommes ou la consulte. S'il a choisi un camp, ce qu'on ignore finalement, ce n'est pas par conviction mais par nécessité. Il a choisi le camp qui lui permettrait le mieux d'assouvir son plan, le même que celui que tout Dûnyain sortant de son monastère concocte automatiquement : dominer tous les autres êtres. On pourrait croire que Moenghus aurait combattu la consulte parce qu'il avait pris le contrôle d'un partie des Cishaurims, faction que la consulte semble craindre quelque peu. Mais n'oublions pas que c'est un groupe plus ou moins dissident qu'il contrôle et non la totalité des prêtres fanims. Quel que soit le camp qu'il ait choisi, Kellus devait le tuer. Pour que son plan de domination puisse toujours exister, Moenghus aurait dû s'imposer face à son fils. Ce dernier étant le guerrier prophète, il a déjà la main mise sur une grande partie des humains, la seule faction que Moenghus pouvait alors encore soutenir (je ne pense pas que les Dûnyains aient envie de partager le pouvoir, l'influence qu'ils ont sur les autres) était la consulte...

Ce qu'on ne sait pas encore tout a fait (mais cela viendra sûrement plus tard), c'est si Moenghus avait déjà prévu tout ça et si sa propre mort faisait partie de son plan.
A priori, je pense que oui. Ce serait décevant sinon.

Voilà fin de la rubrique My two cents wink

Hors ligne

 

#340 16/01/2012 18:42:01

Navym
Choix du grade
Date d'inscription: 16/12/2009
Messages: 408

Re: Critique ! [Le Prince du néant - R. Scott Bakker]

Atanaheim a écrit:

Spoiler:

Ce qu'on ne sait pas encore tout a fait (mais cela viendra sûrement plus tard), c'est si Moenghus avait déjà prévu tout ça et si sa propre mort faisait partie de son plan.
A priori, je pense que oui. Ce serait décevant sinon.

Voilà fin de la rubrique My two cents wink

Moi je pense que non. Tout semble se passer comme prévu, certes. Jusqu'à ce que

Spoiler:

Kellhus lui parle de ses visions et lui raconte qu'il entends la voix du Non-Dieu. De là Moënghus (du moins Kellhus le comprends ainsi au début, jusqu'à ce que son père le lui confirme de vive voix) part du principe que son fils a échoué dans ses épreuves et que sa tentative de saisir la Pensée Magnifiée l'a rendu fou.
Il est difficile de cerner l'aboutissement des plans de Moënghus, mais je doute qu'il ait envisagé de mourir. Son fils vient à lui pour le tuer, ok, mais justement je pense que Moënghus voulait que tout, depuis le tome 1 jusqu'à Shimeh, soit une sorte de test qui permettrait à son fils de le comprendre et donc d'être, avec Methanet, deux puissants outils.
Peut être, à la limite, que Moënghus envisageait de simuler sa mort afin que tous soient réunis derrière l'Empereur Incarné et le Saint Shriah. Ainsi papa Moënghus aurait eu tout loisir de manipuler dans l'ombre les divers forces humaines dans la lutte contre la Consulte et consœur tongue

Hors ligne

 

Pied de page des forums