#1 02/04/2003 15:01:13

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Vengeance chez Bragelonne. Et d'aprs le rsum, a a l'air d'annoncer une belle boucherie ! smile

Mise jour : La critique de Vengeance et la critique de Winterheim par Gillossen


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#2 02/04/2003 15:01:14

Gorbadoc
Novice
Date d'inscription: 21/10/2007
Messages: 0

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Est-ce que a aurait un rapport avec "A vos souhaits" ou est-ce que a n'a rien voir?
Je veux dire, quel est le type d'univers que Colin a dvelopp cette fois-ci?

Hors ligne

 

#3 02/04/2003 15:01:15

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Pas du tout, il a opt pour une Fantasy la Gemmel avec grosses batailles, hros trs 1er degr, etc...


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#4 02/04/2003 15:01:16

Macros le Noir
Invit

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Dommage! C'est pas trop le genre que j'apprcie. Ca me motive pas de lire "franais" !

 

#5 02/04/2003 15:01:19

Gorbadoc
Novice
Date d'inscription: 21/10/2007
Messages: 0

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Et moi qui croyais que la vengeance tait un plat qui se mangeait froid...

Hors ligne

 

#6 02/04/2003 15:01:20

Hwi Noree
Etoile Filante
Lieu: Palais de Leto II...
Date d'inscription: 24/04/2002
Messages: 1529
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

??? Si c'est la Gemmel, Howard, etc, a ne va pas trop m'intresser, je crois.

Hors ligne

 

#7 02/04/2003 15:01:21

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Et pour les amateurs de BD, c'est Caza qui fait la couverture ! smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#8 02/04/2003 15:01:22

Hwi Noree
Etoile Filante
Lieu: Palais de Leto II...
Date d'inscription: 24/04/2002
Messages: 1529
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Pffiiiou, une vraie pointure, l ! smile

Hors ligne

 

#9 02/04/2003 15:01:23

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Qui a dit un extrait ? En voici un ! smile


Vengeance, (extrait)
Fabrice Colin

Son dessein maintenant prs d'clore, roule et bouillonne dans son sein tumultueux,
et comme une machine infernale, il recule sur lui-mme.

John Milton, Le Paradis perdu



Ceci est l'histoire du hros le plus fou et le plus valeureux que notre monde ait jamais connu.
Il y a des sicles de cela, nous avons tu notre dieu ; nous pensions pouvoir vivre sans lui.
Nous nous trompions. Le mal qui nous habitait nous a presque entirement dvors.
Nous avons fui nos terres dans l'espoir de lui chapper. Nous sommes venus ici.
Nous avons asservi les peuples barbares, pensant que c'tait notre droit.
Mais le mal qui dormait en nous ne nous laisserait jamais en paix.
Et nous allions disparatre, vaincus par notre propre folie.

***

Un homme alors s'est dress, un indigne, un fils de nomade.
Il tait pur. Il tait innocent. C'est pourquoi nous l'avons tu.
L'homme est revenu d'entre les morts, rclamant vengeance.

***

Tous les barbares l'appelaient Lasham : " le lion. "
Il fut notre rdemption ; il fut notre sauveur.
Nul ne sait o il se trouve dsormais.
Voici l'histoire de son passage.


Texte anonyme, grav sur un mur des ruines du monastre de Mre Douleur Dt Lakhan.


Il court vers le village de ses parents.
Il court aussi vite que le vent et sa joie est parfaite. Ishwen : le ciel est ton pays, la terre est ta maison et c'est la sve de l'existence qui s'coule dans tes veines. Sous la ligne des falaises rouge orange, le soleil a sombr, et le ciel sans nuages se teinte en dgrad de lueurs dchirantes. Le nom du monde est " Arhn " : la pierre et le sang. Tout autour de l'enfant, la nature chante la vie. Il tient un oisillon entre ses mains et il court vers le village.
Penches sur la rivire, les femmes se redressent pour le regarder passer et lui adressent de petits signes amicaux. Elles sourient et il leur sourit en retour. Ce printemps-l ne semble jamais devoir finir. Sillage de poussire, mirage safran. L'enfant traverse le village en bondissant, zigzaguant entre les tentes rassembles sous le couvert des grands arbres, pour ne s'arrter que devant la dernire, au bord de la rivire : la tente de ses parents.
Lentement, il soulve un pan de toile rche et pntre dans la pnombre. Sa mre se tient l, allonge sur sa couche, le front luisant de sueur. Son regard resplendit de bonheur. La vie palpite sous son ventre gonfl. Elle fait un geste en direction de son fils et l'enfant s'approche.
- Regarde, maman.
Il dpose le petit oisillon prs d'elle.
La mre sourit et se redresse sur un coude.
- O l'as-tu trouv ?
- Au pied d'un arbre.
- Oh. Il est probablement tomb de son nid.
- Je peux le garder ?
Une main dans ses cheveux : toute la tendresse du monde.
- Si tu veux. Mais il faudra t'en occuper tous les jours, le nourrir, le soigner. Il n'a plus ses parents, tu sais ? Il n'a plus que toi.
L'enfant sourit son tour, reprend l'oisillon et lui caresse doucement la tte.
- Maman ?
- Oui ?
- Tu seras toujours l, toi ?
- Toujours, mon chri. Toujours.
Elle lui effleure la joue d'un revers de main et retombe lentement sur sa couche, un bras pos sur le visage. Plus que trois lunes, songe-t-elle dans un brouillard de lassitude et de bonheur. Plus que trois lunes, et l'enfant sortira. L'ternel miracle de la naissance.
- O est ton pre ?
L'enfant va rpondre quelque chose, mais referme la bouche. Un sifflement strident s'lve l'extrieur. Lui et sa mre se regardent. Une pause, puis un nouveau sifflement. Trois coups brefs, un coup long. Alerte. Les yeux de la jeune femme se rtrcissent. Instinctivement, l'enfant se rapproche d'elle. Il tient toujours son oiseau. Au-dehors, on entend un violent remue-mnage, des bruits de pas, des invectives.
- Qu'est-ce qui se passe, maman ?
La tente s'ouvre brusquement et un homme apparat, une ombre massive.
- Papa !
Un sourire fugitif claire le visage du guerrier. Puis ses traits s'assombrissent.
- Mon amour, que se passe-t-il ?
- Les Sentha, rpond l'homme entre ses dents. Les Sentha arrivent.
- Quoi ?
Soudain, elle a du mal respirer.
- Tu as bien entendu.
Les Sentha. Les Sentha. Oh non, non. Ce n'est pas vrai, les choses ne s'arrtent pas ainsi. De toutes les preuves du monde, An'arhn, nous t'en prions : pas celle-ci.
- Henukem- Henukem s'est peut-tre romp.
- Henukem est mort, lche l'homme en tombant genoux auprs de sa femme. Ils sont passs. Je ne sais pas comment, mais ils sont passs. L'missaire asenath nous avait jur que le Dfil des Ombres tait gard. Mais c'tait un mensonge.
Il serre trs fort sa femme dans ses bras et prend son fils unique avec eux. L'enfant regarde au-dehors. Les Sentha. Comme tout le monde, il a entendu parler de ces terribles cratures. Des monstres sanguinaires, qui arrivent du levant et dtruisent tout sur leur passage. Mais les Sentha sont des lgendes, n'est-ce pas ? Et puis son pre les dfendra. Son pre Trs lentement, l'enfant s'carte de ses parents. Des larmes s'coulent sur ses joues, et il ne sait pas trs bien pourquoi. Dans la pnombre, son pre berce sa mre tout contre lui.
- Maudits soient les Asenaths, gmit-il en se mordant les lvres. Oh, ma toute belle. Tu ne peux pas savoir quel point je suis dsol.
l'extrieur, la panique gagne la village. On entend des gens courir, crier, des voix amies s'trangler dans leurs gorges, la confusion, la confusion.
- Mon amour, pleure la jeune femme. Dis-moi que c'est un cauchemar. Dis-moi que les choses ne vont pas finir ainsi.
L'homme la serre contre lui, si fort qu'il pourrait lui briser les os. Puis il la repousse doucement et saisit sa rapire. Ses mchoires se contractent. Il se retourne vers elle, dtermin.
- Je vous protgerai, dit-il. Personne ne vous touchera. Je ne les laisserai pas vous faire de mal.
Au-dehors rgne maintenant un dsordre indescriptible. L'enfant ne voit pas, mais ce qu'il entend lui suffit. Le reste, il peut l'imaginer. Les hommes du village prenant leurs armes. Les femmes se prcipitant sous les tentes, leurs enfants serrs contre elles. Des lvres murmurant des suppliques des esprits invisibles, des anctres. treintes. Ne t'inquite pas. Reste l'intrieur. Des promesses balbuties, impossibles tenir.
L'enfant regarde son pre dans les yeux. cet instant prcis, il sait que tout est perdu. Les Sentha sont connus pour attaquer en nombre. Ils brlent tout. Tuent les hommes d'horrible faon. Quant aux femmes
Au fond de la tente, la mre se redresse.
- Mon amour ?
L'homme se retourne vers elle. Dans sa tte, il combat dj. Il sent le fer ennemi s'enfoncer dans sa chair. Se demande s'il souffrira longtemps, et ce qui se passera ensuite.
- Tu ne me laisseras pas entre leurs mains, n'est-ce pas ? C'est notre serment.
- Je sais.
- Qu'aucun autre homme ne me touche. Jamais.
- Je sais.
La jeune femme dchire sa tunique, dvoilant un sein d'un blanc laiteux.
- Alors fais-le.
- Quoi ?
- Tue-moi, maintenant. Pour l'amour de nous.
Des larmes de dsespoir inondent leurs deux visages. Ils s'embrassent pleine bouche, avec la violence du premier amour. Leurs larmes se mlent, deux rivires pour un seul ocan.
- Je t'aime tellement, murmure le pre.
Lentement, il se redresse. Dehors, des bruits terribles se font entendre. Les Sentha arrivent. La cavalcade de leurs affreuses montures, toutes hrisses de fer, monstres chapps d'un pass oubli. Et les hurlements qu'ils poussent : suraigus, ils s'infiltrent dans la moelle des os, vous dvorent de l'intrieur, comme des insectes.
- Mon amour !
Sourd aux suppliques de son pouse, comme hypnotis, l'homme sort au-dehors, sa rapire la main. Son petit garon le suit. De toutes parts, les Sentha arrivent. Tout est si rapide ! Une attaque fulgurante, comme un essaim de frelons. Et lui, le pre cela lui semble si lent, si irrel. Il s'avance de quelques pas. Les premiers assauts arrivent.
Mont sur un horrible monstre noirtre, mi-lzard mi-insecte gant, une crature la peau blanche et aux longs cheveux couleur nuit s'arrte distance respectable. Elle est extraordinairement longiligne et elle sourit, un sourire dpourvu de toute joie.
- Il y a une femme l'intrieur.
Ce n'est pas une question.
L'homme serre la garde de son pe, mais ne bouge pas.
Le Sentha tient les rnes de sa monture pour l'empcher de se cabrer.
- Il y en a une, rpte-t-il en se passant la langue sur les lvres. Et c'est la tienne. Veux-tu que je te dise ce que je vais lui faire ?
Avec un hurlement de rage, le pre se prcipite vers son ennemi, sa rapire la main.
Le reste se passe si vite que l'enfant a peine le temps de comprendre. De derrire son dos, le Sentha sort une arbalte et la pointe vers l'assaillant. Un trait puissant en jaillit. Touch en pleine poitrine, l'homme hoqute et tombe terre. Ce n'est pas une flche qui s'est fiche dans sa poitrine : plutt une sorte de dard, torsad. Douleur intense. L'Ishwen saigne abondamment. Ttanis, son tout jeune fils s'avance doucement vers lui. Il tient toujours l'oiseau.
Le Sentha fait approcher sa monture puis s'arrte tout prs de sa victime. L'animal tourne son horrible gueule vers l'enfant. Sa peau est noire, trop lisse, presque mtallique. Et sa gueule est emplie de crocs baveux, dmesurs. De tels monstres n'apparaissent mme pas dans les cauchemars. Ils sont les cauchemars.
- Je vais possder ta femme, annonce le Sentha d'une voix douce. Je vais lui dvorer les entrailles, tandis que je la possderai, et elle ne saura plus si elle hurle de plaisir ou de douleur. Je dcouperai sa peau
Rest terre, le pre de l'enfant relve vers son vainqueur un visage ensanglant, plein de poussire. Il s'est urin dessus et il tremble de tous ses membres. Il ferme les yeux.
- Ne lui faites pas de mal, supplie-t-il. Elle attend un enfant.
- Mm, sourit de nouveau le Sentha en se lchant les lvres (une langue noire et bifide comme celle d'un serpent). Voil qui ajoutera du piment la chose.
- Je vous en supplie, implore le pre. Elle attend un enf
- J'ai entendu, crache le Sentha.
Dans la tte de l'Ishwen, terrifi, les images dfilent toute allure. Il revoit l'missaire asenath, ses douces promesses, ses gestes calmes. L'envahisseur ne s'aventurera jamais jusqu' vos terres. Vous avez notre parole. Notre parole.
- Relve-toi, ordonne le Sentha.
- Nooon ! hurle le petit garon en se prcipitant vers son pre et en le serrant dans ses bras. Ne lui faites pas de mal. Ne lui faites pas de mal !
Dans sa prcipitation, il lche son oisillon, qui tombe terre et ne bouge plus.
- Va-t'en, murmure l'homme l'oreille de son fils en se raccrochant lui, postillonnant du sang. Va-t'en, enfuis-toi, cours, je
Le jeune garon se relve. Les yeux fixs sur le Sentha, il sent une chose trange lui serrer le cur, et il comprend que son cur explosera s'il n'obit pas. Il n'y a nulle piti attendre de cette crature. Elle tue pour le plaisir, et rien d'autre ne compte. Lentement, il s'carte de son pre. La tte lui tourne. Il trbuche, fait quelques pas en arrire et regarde la crature. Puis il sent une petite chose craquer sous son pied et se mord les lvres jusqu'au sang. C'est le petit oiseau.
- Bien, fait le Sentha.
Sa monture ouvre la gueule et crache quelque chose en direction de son pre.
Le jet l'atteint en plein visage. Un liquide enflamm. Trs vite, le feu se propage l'ensemble de son corps, et l'Ishwen n'est plus qu'une torche vivante. Il se redresse, le trait toujours fich dans sa poitrine, et s'agite en hurlant mais il ne meurt pas : pas tout de suite. Une odeur pouvantable s'lve dans les airs. Partout autour, des nuages noirs montent au ciel et se mlent aux cris de douleur. Des hommes hurlent, puis arrtent de hurler. Des femmes courent et s'affalent dans la poussire, et il vaudrait mieux pour elles qu'elles soient mortes.
Le petit garon sent la terre s'ouvrir sous ses pieds. Il espre qu'elle va l'engloutir, mais rien de tel n'arrive. Lentement, il relve les yeux. L-haut, sur la falaise, des hommes cheval observent le massacre. L'enfant reconnat les armes des Asenaths. Puis il se retourne et voit sa mre sortir de la tente, et se prcipiter vers la torche vivante qu'est devenu son mari. Une flche arrive de nulle part se fiche dans sa cuisse, et elle tombe terre, incapable d'aller plus loin. L'homme qu'elle a aim est en train de brler devant elle et elle ne peut le rejoindre.
Implorante, elle tend une main tremblante vers son fils.
- Tue-moi, gmit-elle. Tue-moi.
Derrire eux, le pre de l'enfant continue de brler. C'est un spectacle pouvantable. Il se dbat encore, et rclame la mort, mais la mort ne vient toujours pas.
-Tue-moi ! hurle la mre. Tue-moi, tue-moi, tue-moi.
Ses dernires paroles se noient dans un sanglot de dsespoir.
L'enfant regarde autour de lui sans comprendre. Tout se brouille. Est-ce ainsi que le monde finit ? Cette odeur, les pleurs, la souffrance, l'impuissance, est-ce ainsi que la vie s'achve ?
Comme en rponse, le Sentha clate d'un rire si aigu que le petit garon sent que ses tympans vont clater. Il descend de sa monture, saisit la femme par les paules et l'embrasse pleine bouche. Elle hurle. Elle le mord jusqu'au sang, mais il l'embrasse encore et fait courir sa langue sur ses joues trempes de larmes. Puis il l'emmne l'intrieur de la tente, et les cris de la femme s'teignent.

Rest seul, le petit garon tombe lentement genoux.



Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#10 02/04/2003 15:01:25

Dagor Aglareb
Apprenti
Lieu: France
Date d'inscription: 24/04/2002
Messages: 38

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Bon ! J'ai vu dans une certaine liste de parutions Fantasy a venir qui n'est plus l qu'il tait prvu chez J'ai Lu un Fabrice intitul (titre provisoire) Dreamericana !
Et je ne connait pas ce Colin l !
Donc est ce vraiment u indit ou alors est ce que simplement, je ne le connait pas. Parceque j'ai bien cherch sur le net et je n'ai pas trouv de rfrence l dessus. Donc il pourrait y avoir un colin indit directement en poche chez J'ai Lu a venir dans le cas o mes sources sont bonnes.
Alors ?

Dagor Aglareb :hat:


Winter's coming...

Hors ligne

 

#11 02/04/2003 15:01:26

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Si tu veux, je peux tenter de le contacter. En gnral, Mr Colin est quelqu'un de fort affable.
" une certaine liste de parutions Fantasy a venir qui n'est plus l "
Quel intrt ? Manifester du mcontentement Franchement, mais franchement, parfois... J'en ai ma claque...


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#12 02/04/2003 15:01:27

Sylvadoc
Full CSS Alchemist
Lieu: Amestris
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 2584
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

d'accord avec gillo, surtout qu'on t'as rpondu en forum elbakin.net ce sujet.

Hors ligne

 

#13 02/04/2003 15:01:28

Zang
Apprenti
Lieu: Peyrat-le-chteau
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 22
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Pour ma part j'ai commenc lire "Vengeance" et je m'en spare plus. C'est vraiment excellent !!!

Surtout la scne d'introduction, j'ai failli en pleurer tellement c'est triste sad

L j'arrive la fin de l'acte 1 et a promet une excellente histoire...


http://rpgsoul.free.fr/images/bannieres/bann1.gif
The RPG-Soul, l'me de tous les RPGs !

Hors ligne

 

#14 02/04/2003 15:01:32

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Eh bien alors ?
Raconte-nous plutt pourquoi tu aimes Fabrice Colin, voil ce qui sera profitable un tel sujet !


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#15 02/04/2003 15:01:33

DaRiUs DreaM
Invit

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Moi j'aime Fabrice Colin pour Vengeance bien evidament , j'ai rarement lut un Livre aussi dprimant , enfin je m'explique , dj Tirius estTrahi par son matre ; mais il ne voie pas , a chaque que l'on croit que les choses s'amliorent , ca devient encore pire .
J'aime aussi la vision , L'avant et l'Aprs Tiruis. j'aimerai encore dire des chose mais ce serai dtruire la Lecture de ceux qui sont en train de le lire .

 

#16 02/04/2003 15:02:47

Alpareh
Apprenti
Lieu: Sundgau
Date d'inscription: 26/04/2002
Messages: 29
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

http://www.noosfere.com/images/couv/j/jl6180-2002.jpg

en fait une rdition en poche du tome 1 de Winterheim, ca a l'air pas mal du tout. Quelqu'un connait ? j'hesite le mettre dans ma liste de lecture....



Quatrime de couverture

Midgard, berceau des Tnbres et du Rve. Pour viter de dtruire ce monde sur lequel ils rgnaient autrefois, les Faeders et les Dragons se sont retirs dans les profondeurs de leur forteresse d'Asgard. Seules la Dame des Songes et ses trois soeurs, la Peur, la Nuit et la Mort, veillent encore sur les hommes. Cependant, les dieux avides de pouvoir ne peuvent respecter bien longtemps les termes du pacte. Leur retour est proche...

Dernier descendant d'une ligne de monarques dments, le roi Helmer est ananti : son pouse vient de mourir en de tragiques circonstances, sans laisser d'hritier. Dans les hauteurs solitaires de son palais d'Elsnr, le souverain rumine sa vengeance. Puisqu'il ne peut atteindre la Mort elle-mme, il capturera sa soeur : la Nuit. Quelques annes plus tard, au coeur du royaume de Walroek plong dans un hiver perptuel, le jeune forestier Janes Oelsen ressent un inexplicable appel. Le voil parti pour le chteau maudit de Nartchreck o, en croire les lgendes, repose un fabuleux trsor. Or, c'est le secret mme de ses origines qu'il s'apprte exhumer...

Hors ligne

 

#17 02/04/2003 15:02:48

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

J'ai la critique faire pour SF Mag. Je grouperais avec celle du II, et en route pour elbakin.net. smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

#18 02/04/2003 15:02:49

Alpareh
Apprenti
Lieu: Sundgau
Date d'inscription: 26/04/2002
Messages: 29
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

merci Gillo, je savais que je pouvais compter sur toi ! Une belle petite critique sur Elbakin, hop, c'est Fabrice Colin qui va tre content... ou non...

sinon le deux sort en poche le 15/02/2003, et le trois, car c'est une trilogie je crois, est bien mystrieux, car annonc chez Memnos il y a deux ans, il ne semble jamais tre jamais sorti, et paratrait directement aprs le deux en poche. Enfin, c'est pas si clair...

En tout cas, part Richard Sorensen qui a revisit les lgendes nordiques je ne connaissais personne d'autre en Fantasy qui en fasse autant. Ici, qui sait, et si ca pouvait tre bien smile smile

alpareh, qui se laisse emplir du rconfort de l'anticipation wink

Hors ligne

 

#19 02/04/2003 15:02:50

Ran Borune
Novice
Lieu: Bastion
Date d'inscription: 25/07/2002
Messages: 1
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Je vais attendre vos critiques avant de l'acheter, car j'avais pas trop aim Vengeance, bien bourrin mais sans intrigue relle...


Ran Borune

Hors ligne

 

#20 02/04/2003 15:02:51

Gillossen
Spcialiste en rsurrection
Lieu: Entre deux chapitres
Date d'inscription: 20/04/2002
Messages: 34464
Site web

Re: Colin pique : Winterheim, Vengeance...

Je crois que Colin a vu Vengeance comme une oeuvre de commande, une sorte de dfi : comment faire plus bourrin et plus classique que les plus bourrins et plus classiques ? wink Mais a m'tonnerait que a soit son roman prfr...
Et si Winterheim tome 3 sort, c'est Zbulon qui va tre content, vu que je crois qu'il avait beaucoup aim les deux premiers.
S'il veut bien en parler... smile


Can I Interest You In A Comfy London Apartment At 221B Baker St.?

Hors ligne

 

Pied de page des forums