Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > The Kingston Cycle > Witchmark


Witchmark

Tome 1 du cycle : The Kingston Cycle
ISBN : 978-125016268-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Polk, C.L.

La magie a marqué Miles Singer. 
Il se voit condamné à être l’esclave des intérêts de sa famille ou bien à finir ses jours dans un asile pour sorciers. Il a choisi de s’engager dans l’armée pour échapper à son destin et est revenu chez lui en homme changé. Mais il ne pouvait pas laisser son passé derrière. La guerre entre Aeland et Laneer a fait de ses soldats des étrangers pour leurs amis et leur famille, mais même après avoir fait croire à sa propre mort pour devenir médecin dans un hôpital de vétérans à court d’argent, Miles ne peut cacher ce qu’il est réellement.
Quand un patient mortellement empoisonné révèle le don de guérison de Miles et sa marque, il doit risquer son anonymat et sa liberté pour enquêter sur le meurtre de son patient. Pour découvrir la vérité, il devra compter sur la famille qu’il méprise, et sur la gentillesse de l’homme le plus beau qu’il ait jamais vu.

Critique

Par Gillossen, le 18/07/2018

Récente nouveauté de chez Tor Books, Witchmark nous entraîne bien loin de toute fantasy épique. 
Et en un mot comme en cent, c’est un sympathique premier tome, mais qui ne va guère plus loin pour le moment. Même si l’on rentre très vite dans ces années 20-là (dans le cadre d’une époque édouardienne qui aurait perduré dans le temps), même si les personnages sont très attachants (enfin, surtout notre héros, Miles), même si l’auteur bâtit un monde original et qui là encore nous éloigne au départ des sentiers battus (grâce aux pistes cyclables ? Bon, mettons que je n’ai rien dit…). 
Pourquoi donc ? La faute à une intrigue parfois trop lâche, qui se contente de laisser aux lecteurs le soin de combler les blancs et les vides. Dans une certaine mesure, c’est intéressant, mais quand cela devient systématique et sans aucune justification… c’est déjà plus embêtant. La dimension “complot” du récit dans sa seconde moitié, tout en apportant bien sûr du suspense à l’ensemble, l’entraîne malheureusement vers des contrées nettement plus convenues. 
Les questions de discrimination et d’acceptation de soi ou des autres demeurent finalement l’élément central à retenir pour le moment. Ces sujets sont traités de façon adulte et à travers notamment de jolis portraits. Il faut dire que l’écriture elle-même n’est pas dépourvue de finesse, bien au contraire. 
Certaines thématiques donnent d’ailleurs des éléments bien sombres à se mettre sous la dent, même si contrebalancés par une histoire d’amour (eh oui…) qui avance tout de même un peu trop vite à notre goût et finit même par prendre une importance inadéquate à l’échelle du roman tout entier. Certes, Tristan et Miles ont de quoi former un beau couple, mais on ne peut pas dire que ce soit très passionnant. On préfèrera la relations entre Miles et sa soeur, prétendumment résolue à changer le système. Mais l’est-elle vraiment ? 
En somme, une fois au bout de cette courte lecture - 300 pages environ - on reste, non pas sur notre faim, mais dans l’attente de plus en vue du tome 2. Peut-être un peu moins de construction d’univers, pour laisser davantage de place à une intrigue mieux charpentée. 
Rien de bien méchant, mais voilà qui nous a privé pour l’occasion d’un potentiel coup de coeur. 

7.0/10

Discuter de Witchmark sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :