Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > The Night Ocean


The Night Ocean

ISBN : 978-110198108-5
Catégorie : Aucune
Auteur : La Farge, Paul

Marina Willett a un problème. Son mari, Charlie, est devenu obsédé par H.P. Lovecraft, en particulier par un épisode dans la vie légendaire de l’écrivain d’horreur : à l’été 1934, le «vieux monsieur» vécut pendant deux mois avec un adolescent adolescent gay nommé Robert Barlow, dans la maison familiale de Barlow, en Floride. Étaient-ils amis ou plus encore ? 
Alors que Charlie pense qu’il a résolu le casse-tête, un nouveau scandale éclate et il disparaît. 
La police dit que c’est un suicide. Marina ne les croit pas.

Critique

Par Gillossen, le 13/04/2017

En règle générale sur Elbakin.net, nous essayons d’éviter de vous raconter la moitié du roman que l’on chronique dans le cadre de la critique proposée. Dans le cas de The Night Ocean, il serait encore plus regrettable de lever un coin du voile de l’intrigue ! 
On se contentera de dire que Marina, psychiatre de son état et pas tout à fait convaincue du suicide de son mari (après tout, on a seulement retrouvé ses vêtements dans un lac, pas son cadavre…), va reprendre la quête de celui-ci. Une quête qui va la conduire sur les traces de Lovecraft et de l’un de ses correspondants… ou bien avait-il été son amant ? S’est-il lui-même suicidé à Mexico en 1951 ? Ah ! Voilà que nous en avons déjà presque trop dit. 
The Night Ocean est un roman singulier à plus d’un titre. On l’imagine très bien être publié en France chez un éditeur généraliste et il est amusant de noter que certains lecteurs anglais et américains semblent étonnés de découvrir à la lecture que l’on peut tout à fait le classer en SFFF. C’est ensuite un incroyable jeu de pistes et de miroirs, qui multiplient les faux-semblants au gré de ses narrateurs changeants. 
Ses personnages justement constituent vraiment l’une des forces du récit. Tous, même ceux n’apparaissant finalement qu’en creux, se révèlent particulièrement bien construits, profonds, bref, réels. Leurs voix portent et il faut rendre hommage au sens de la formule de Paul La Farge, à la plume soignée, même si parfois… indolente ? En effet, même si la structure même du livre nous pousse toujours à vouloir avancer, on ne peut pas vraiment le considérer comme un roman à suspense ou un thriller. 
Bien sûr, l’autre caractéristique majeure de The Night Ocean n’est autre que la place occupée par Lovecraft. Mais Lovecraft, l’homme et non son oeuvre en tant que telle, même si les clins d’oeil ne manquent pas à ce sujet, y compris envers le fandom qui peut en prendre pour son grade à l’occasion. Là encore, il s’agit souvent de savoir démêler le vrai du faux, l’auteur prenant un malin plaisir à brouiller les pistes, évidemment. Pas sûr notamment que tout le volet concernant la sexualité de Lovecraft soit vraiment “canon”, si l’on peut dire… et pourtant, c’est on peut le dire au coeur de l’intrigue, avec la présence du prétendu carnet intime de l’auteur, baptisé… Erotonomicon. En tout cas, voilà qui nous évite un roman pastiche ou une simple repris de l’univers de l’auteur, à coups de monstres tentaculaires et de visions de terreur. 
Au bout du compte, The Night Ocean est un roman aussi érudit qu’abouti. Mais après tout, il s’agit du quatrième ouvrage de l’auteur, que l’on retrouve également régulièrement dans les colonnes du prestigieux New Yorker. Mais loin d’un simple exercice de style ou d’une succession d’envolées plus ou moins perchées, La Farge signe là un récit habile, qui baigne dans l’aura du maître de Providence, entre lueurs balbutiantes et ressac entêtant. 

8.5/10

Discuter de The Night Ocean sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :