Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > The Masquerade > The Monster Baru Cormorant


The Monster Baru Cormorant

Tome 2 du cycle : The Masquerade
ISBN : 978-076538074-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Dickinson, Seth

Baru Cormorant est maintenant le cryptarque Agonist, un seigneur secret de l’empire qu’elle s’est vouée à détruire.
Chassée par un amiral rebelle, hantée par la blessure qui lui a fendu l’esprit en deux, Baru mène ses plus chers ennemis vers une expédition en quête du secret de l’immortalité. C’est sa chance de déclencher une guerre qui consumera la Mascarade.
Mais le cœur de Baru est brisé et elle craint de ne plus pouvoir faire la différence entre la justice et la vengeance… ni ses propres désirs de la volonté de l’homme qui l’a remodelée.

Critique

Par Gillossen, le 08/12/2018

Que faire lorsque l’on a toujours eu besoin de personnes à sacrifier pour franchir un obstacle et que l’on se retrouve seule ? Doit-on commencer à sacrifier une partie de soi-même ? Ou chercher à s’entourer de nouvelles têtes, pour, peut-être, espérer un résultat différent ? 
Autant se montrer clair d’entrée de jeu : dire que cette suite au très solide The Traitor Baru Cormorant parvient à prendre à contre-pied nos attentes est un euphémisme. 
Malheureusement, ce n’est pas forcément sous un angle positif… en bonne partie car l’auteur ne répond jamais vraiment à ces questions initiales. Si le worldbuilding de Seth Dickinson nous absorbe une fois encore après quelques dizaines de page bancales, cette suite ne décolle jamais pour de bon. L’intrigue proposée dans cette suite se délite bien trop vite et manque du souffle et de l’ampleur de la découverte du précédent. L’image du personnage de Baru lui-même, charismatique et plein de ressources dans le tome 1, en ressort même dégradée, tant elle paraît se faire facilement mener en bateau (désolé pour la formulation, mais…) par les uns et les autres ici.
Est-ce la faute à cette impression de précipitation qui imprègne tout le roman ? On a souvent la sensation que l’auteur a voulu en faire trop, trop vite. Conséquence, il passe trop de choses en revue sans les exploiter et le tout se déroule sous nos yeux selon un rythme beaucoup trop haché, avec au bout du compte la prise de conscience inéluctable qu’il ne s’agit là vraiment que d’un tome de transition, mais le tout étiré sur plus de 400 pages. 
D’autant plus que Dickinson se complaît dans certains passages - notamment concernant la Masquerade déjà largement mise en avant dans le premier et donnant son nom au cycle - redondants, au détriment d’autres points du récit qui ne demandaient qu’à prendre de l’ampleur, eux. Beaucoup plus traditionnel que le premier, ce tome 2 se conclut d’ailleurs par un bon vieux cliffhanger, mais pas franchement du genre haletant. 
Attention bien sûr à ne pas se laisser emporter par la déception, car The Monster Baru Cormorant n’en reste pas moins un ouvrage loin de faire partie du pire de ce que l’on a pu lire cette année en fantasy.
Mais il n’en constitue pas moins une véritable déconvenue. 

6.0/10

Discuter de The Monster Baru Cormorant sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :