Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Tower and Knife Trilogy > The Emperor's Knife


The Emperor's Knife

Tome 1 du cycle : Tower and Knife Trilogy
ISBN : 978-159780384-7
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Mazarkis Williams (Proposer une Biographie)

A venir.

Critique

Par Gillossen, le 14/04/2012

Paru en fin d’année 2011 aux Etats-Unis, The Emperor’s Knife fait partie de ces premiers romans qui ont su se faire remarquer de la critique sans forcément déclencher pour autant un véritable tsunami les emportant jusqu’à nous. 
Il faut dire que le livre de Mazarkis Williams ne manque pas de qualités évidentes, malgré sa couverture représentant un énième jeune homme à capuche, sans parler de son résumé relativement passe-partout, avec son empire en péril et divers “élus” à même d’influer sur son destin.  
Car ce roman peut compter tout d’abord sur un univers particulièrement étoffé, et surtout, qui nous change du tout-venant d’un dérivé d’Europe médiévale, mais puise bien davantage son inspiration dans l’Orient, sans pour autant basculer dans l’exotisme de pacotille. L’auteur a su créer un monde tangible, palpable, sans s’embarrasser d’innombrables descriptions, un monde que l’on pourrait imaginer comme parallèle aux Cités de Lumière de Daniel Abraham.
Un parallèle qui pour le coup est également valable du côté des personnages. En effet, Williams mise avant tout sur eux, avec des protagonistes principaux forts et qui, avant tout, évoluent avec l’intrigue. Chacun possède également une voix bien à lui, loin donc de se voir réduit à l’état de simple point de vue interchangeable, de silhouette chargée de jouer un rôle et une partition définie par l’auteur, marionnettiste utilisant des ficelles par trop grosses. 
Rien de tout cela ici, même si les personnages eux-mêmes restent, pour un temps, relativement proches d’archétypes qui ne sont donc pas d’une folle originalité.
Autre atout dans la manche de l’auteur, ce premier tome n’est pas très long, moins de 400 pages, et se permet de faire déjà avancer le récit selon un rythme soutenu. On pourrait même le trouver parfois un peu trop rapide dans son exécution, notamment vers la fin, presque abrupte, mais, après tout, il faut bien avoir quelques défauts à pointer du doigt. Le roman se laisse également parfois volontiers aller à quelques scènes un peu obscures, qui semblent davantage à même de nous laisser perplexes, au lieu de nous fasciner. On ne lui reprochera cependant pas de nous jeter au cœur de l’intrigue, quitte à ce que le lecteur doive tâtonner un temps. Ce serait même plutôt une véritable bouffée d’air frais ! 
En fin de compte, Mazarkis Williams signe là un premier roman des plus satisfaisants, pour ne pas dire enthousiasmant. De par son univers mais aussi sa qualité d’écriture, il se rapproche donc de la prose d’un Daniel Abraham, tout en choisissant de se porter davantage sur l’action et les rebondissements, sans tomber toutefois dans l’excès inverse.  
The Emperor’s Knife reste en effet touffu et d’un abord certes engageant mais plus exigeant que la moyenne, en tout cas pour l’apprécier à sa juste valeur. Et on ne va pas s’en plaindre.

7.5/10

Discuter de The Emperor's Knife sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :