Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > The Cup of the World


The Cup of the World

Catégorie : Jeunesse
Auteur : John Dickinson (Proposer une Biographie)

Au huitième jour de la nouvelle année, attends moi en ce lieu à la huitième heure après midi. Si je suis là dans l’heure, je te donnerais toute l’aide que je peux t’apporter. Si je ne viens pas, je ne pourrais rien pour toi.
Phaedra, fille du Gardien de Trant, accorde sa confiance a un homme qu’elle n’a vu que dans ses rêves. Il voit loin, parle bien, et peut emprunter des chemins qu’aucun homme ne devrait pouvoir emprunter. Avec lui, elle peut s’échapper et prétendre à un nouveau départ alors que le Royaume sombre dans le Chaos. Mais pourquoi a-t-il décidé de l’aider ? Et quel sera le prix à payer pour ses pouvoirs ?

Critique

Par Aléthia, le 08/07/2008

The Cup of the World aurait pu être un excellent livre de fantasy car le monde créé par John Dickinson était prometteur. L’auteur a su mettre en place un système politique complexe, où les intrigues entre grandes familles régissent le monde. Le roi n’a que peu de pouvoir face aux barons et son ascendance royale est discutable et discutée. Quand au dernier descendant avéré du premier roi, c’est un paria qui vit en marge du royaume. Le nom de sa famille suscite méfiance et peur parmi les habitants de ce monde, et on le suspecte d’utiliser la sorcellerie.
Mais dans The Cup of the World l’utilisation de la magie n’est pas le fruit du hasard ou de l’hérédité. Pour avoir des pouvoirs, il faut passer par un intermédiaire qui commerce avec les Esprits et payer le prix. Souvent ce prix n’est révélé à l’acheteur que bien plus tard car il est plus facile d’accepter un sacrifice dont on ne connaît pas la teneur. Cette vision mercantile de la magie apporte un plus indéniable, car quiconque accepte d’en payer le prix peut obtenir un grand pouvoir.
Avec cette vision originale de la magie et son intrigue complexe et travaillée, The Cup of the World s’annoncait comme un futur classique de la littérature fantasy. Mais au final, cet ouvrage n’est malheureusement pas à la hauteur des espoirs qu’il avait suscités. En tout premier lieu, les personnages manquent de profondeur et de vie tout simplement. On n’arrive pas à s’attacher aux quelques personnages clefs, qui comme Evalia ou Ulfin, auraient mérité un meilleur traitement. Leur mode de pensée n’est que survolé et le lecteur est parfois surpris par les réactions des personnages tant leurs motivations restent obscures et contradictoires. Même Phaedra, l’héroïne, peine à attirer la sympathie du lecteur. Elle est égoïste, naïve, irritante, versatile et tellement têtue qu’elle en devient agaçante. C’est une enfant gâtée, persuadée que son bonheur personnel est plus important que le sort du monde. Elle ne réalise que trop tardivement que ses actions ont eu des conséquences funestes allant bien au-delà de ce qu’elle avait pu imaginé. De plus, l’auteur peine à retranscrire de manière convaincante la psychologie de son personnage féminin.
Mais si les personnages se révèlent aussi confus c’est également à cause de la construction des évènements et de leur chronologie. Parfois, on ne sait qui parle. Plusieurs fois au court du récit, un simple saut à la ligne nous entraîne de nombreux mois en avant. Phaedra passe ainsi du statut de jeune fille écervelée à celui de femme mariée, puis de mère modèle en un battement de cil, sans que le récit ne nous permette de suivre son cheminement vers l’âge adulte. De plus, le vocabulaire varie constamment entre une prose qui se veut poétique et des répétitions qui abaisse le niveau d’écriture. La lecture est ainsi rythmée par ces changements de style sur lesquels le regard accroche et qui perturbent la fluidité du récit.
Ce premier roman de John Dickinson laisse le lecteur sur sa faim. Trop de questions restent sans réponse et l’intrigue, bien que parfois confuse avec ses revirements soudain, reste néanmoins prévisible. The Cup of the World déçoit. S’il reste un ouvrage plaisant, il ne marquera pas les mémoires des lecteurs férus de fantasy.

5.5/10

Discuter de The Cup of the World sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :