Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Tancrède


Tancrède

ISBN : 978-291579373-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Ugo Bellagamba

Ouvrage nominé au prix Elbakin.net 2010

Année 1096.
Lorsque son oncle, Bohémond de Tarente, décide d’abandonner Syracuse et de répondre à l’appel à la Croisade lancé par le pape Urbain II, le prince normand Tancrède de Hauteville y voit la récompense de ses prières vibrantes. Quitter un Occident qui, inexorablement, s’enténèbre, et marcher sur Jérusalem pour délivrer le Tombeau du Christ et baigner dans la lumière de Dieu… Quel destin plus glorieux pourrait-il y avoir pour un jeune chevalier qui a grandi dans l’ombre d’un grand-père conquérant et d’une mère qui lui a enseigné la foi et la dignité ?
Pourtant, par-delà Pont-de-Fer, Antioche, et les premiers carnages, la Terre Sainte se révèle bien différente de tout ce que Tancrède avait imaginé. La médiocrité y côtoie le sublime, la vanité le recueillement, et l’Infidèle s’y révèle plus honorable que le Croisé.
Dans cet univers à la géopolitique complexe, le cheminement d’un chevalier ne peut être simple. Tour à tour apostat et assassin, paria et maître, de l’Anatolie à la Mer Caspienne, Tancrède devient l’acteur historique qui, d’abord en son for intérieur puis par ses actes, est appelé à changer le destin de deux mondes, en accomplissant la plus difficile des conquêtes : celle de son identité.

Critique

Par John Doe, le 16/05/2010

Premier roman de son auteur, Tancrède, une uchronie est une œuvre comportant de multiples niveaux de lecture.
C’est à la fois un récit solidement documenté, une fresque pleine de sang et de fureur, une analyse historique d’une époque et, peut-être surtout, une aventure individuelle. Pour tout ce qui concerne l’arrière-plan du roman, Ugo Bellagamba s’est sans nul doute appuyé sur son expérience d’historien pour restituer dans toute leur complexité les enjeux politiques, religieux, culturels et sociaux de ce XIème siècle finissant. Sa plume est toujours précise mais jamais aride, et si Tancrède est plus qu’une « simple » dissertation historique, c’est à l’auteur qu’il le doit. Il a réussi à recréer un passé, une histoire parallèle à la nôtre en faisant du lecteur un témoin privilégié des événements dépeints.
Le roman est narré à la première personne, celle de Tancrède, un jeune chevalier normand valeureux et pieux, qui part avec la Première Croisade pour libérer Jérusalem des Infidèles. Tancrède pense alors sincèrement pouvoir apporter la Lumière aux brebis égarées, tandis que la plupart de ses compagnons, même s’ils se gardent bien de l’afficher, ont derrière eux des motivations bien plus matérialistes que l’élévation spirituelle des mécréants.
La rédemption, en l’occurrence, passe souvent par le fil de l’épée, le poids de la masse d’armes remplaçant avantageusement le bâton de pèlerin. Cela nous vaut des descriptions de combats sanglantes à souhait, sans tomber pour autant dans la facilité ou l’étalage racoleur de la violence la plus exacerbée. Il s’agit simplement de faire prendre conscience à Tancrède, et sans doute au lecteur avec lui, de l’hypocrisie humaine. La description du siège d’Antioche et de ses conséquences constitue d’ailleurs sans doute l’un des grands moments du livre, un point de non retour après lequel plus rien ne sera comme avant.
C’est que Tancrède est loin d’être le personnage monolithique qu’il paraît être pendant le premier quart du livre. En prenant peu à peu conscience de la complexité de l’univers dans lequel il évolue, l’histoire qu’il nous narre au fil des pages de son journal devient au fond celle d’une perte d’innocence. Et Bellagamba ne cède pas au schématisme ou à des ficelles scénaristiques, prouesse d’autant plus remarquable que la brièveté du roman (230 pages) aurait pu s’y prêter.
Les autres personnages sont par comparaison beaucoup moins détaillés, ce qui est somme toute assez logique, dans la mesure où, le récit étant raconté à la première personne, Tancrède ne peut avoir qu’une conscience partielle, fragmentaire et lacunaire et des événements et de ses contemporains. L’introduction d’éléments fantastiques dans la deuxième partie du roman est fort bien amenée (même si on aurait pu souhaiter quelques éléments supplémentaires), d’autant plus que ceux-ci reposent sur un fonds scientifique, la science en question étant en l’occurrence l’Histoire elle-même.
Car Tancrède n’est pas un roman historique. Comme son sous-titre l’indique, c’est une uchronie, l’auteur ayant cherché, selon ses propres termes, à nous proposer « une divergence qui détourne (notre) regard de la réalité, le temps d’un rêve, afin que, de retour, à la faveur d’un plus grand angle, (nous puissions) accommoder et mieux la percevoir dans sa transversalité. »
Un parfait résumé des enjeux de Tancrède qui est, vous l’aurez donc compris, une bien belle réussite méritant le détour.

8.5/10

Discuter de Tancrède sur le forum.