Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > The Rook Files > Stiletto


Stiletto

Tome 2 du cycle : The Rook Files
ISBN : 978-178185394-8
Catégorie : Aucune
Auteur : O'Malley, Daniel

LA CHECQUY : une organisation secrète pluricentenaire dont le but est de protéger la nation des menaces surnaturelles.
LES GRAFTERS : une menace surnaturelle pluricentenaire.
Après des siècles de rivalité et d’effusions de sang, deux organisations secrètes et très singulières, la Checquy et les Grafters, sont sur le point de s’allier. Une seule personne a les pouvoirs et la finesse bureaucratique nécessaires pour mener cette tâche à bien : Myfanwy Thomas.
Mais lorsqu’une vague d’attaques sanglantes s’abat sur Londres, la paranoïa refait surface, les vieilles haines se ravivent et les négociations se heurtent à un mur. Myfanwy doit impérativement démasquer les coupables avant qu’une guerre dévastatrice n’éclate à nouveau entre la Checquy et ses ennemis d’hier.

Critique

Par Saffron, le 14/06/2016

Daniel O’Malley avait fait beaucoup de bruit en 2012 avec sa Checquy loufoque et caustique, et c’est peu dire que l’on attendait la suite de The Rook avec impatience. Quatre ans après avoir abandonné Myfanwy à son amnésie, on la retrouve ici en médiatrice de paix, aux commandes des négociations visant à intégrer les « méchants » du premier tome à la Checquy. Et il y a du boulot, car le projet est loin de faire l’unanimité…
Stiletto (titre énigmatique s’il en est, et qui ne trouvera son explication qu’à la toute fin du roman) est un véritable exercice de style sur le thème de « rupture et continuité » : tous les éléments qui faisaient le sel de The Rook font leur grand retour, mais la majeure partie de l’histoire est vue à travers les yeux de nouveaux personnages. Myfanwy et le reste de la Cour sont donc en retrait et l’auteur nous présente deux petites nouvelles ayant droit à leur propre point de vue : Odette, apprentie-Grafter de son état, et Felicity, Pion de la Checquy, qui se retrouvent bien malgré elles au cœur de vastes machinations politiques et diplomatiques. Mais que les fans de la Rook amnésique se rassurent, le lecteur n’y perd pas au change – bien au contraire !
Comme son prédécesseur, le roman déborde de créativité, l’auteur ne s’imposant aucune limite quant aux pouvoirs des membres de la Checquy ou aux « améliorations » des Grafters. Et comme dans The Rook, qui nous présentait la Checquy à travers les notes de la première Myfanwy, les explications sont là aussi fournies de façon intelligente et détournée, notamment par le biais des dossiers top secrets des deux parties. La fameuse invasion ratée de l’Ile de Wight par les Grafters, cause de l’inimité absolue entre ces deux organisations qui ne sont pas censées exister, occupe à elle seule plusieurs dizaines de pages et montre avec quelle minutie O’Malley a ciselé ses personnages et son historique.
Sur la forme, Stiletto est à peu près aussi jubilatoire qu’un bon film de super-héros mâtiné de politique. Sur le fond, c’est aussi un appel à la tolérance et à la fraternité : il fallait oser inverser les points de vue et donner la parole à ceux que The Rook décrivait comme une bande de scientifiques déséquilibrés élevés à Frankenstein. Sans naïveté et sans angélisme, l’auteur rappelle qu’on est toujours le monstre de quelqu’un d’autre.
Myfanwy d’un côté, Odette et Felicity de l’autre… Les personnages attachants se multiplient et tous mériteraient de se trouver sous le feu des projecteurs à l’occasion du tome 3. La fin de Stiletto ouvre en tous cas un boulevard de possibilités pour la suite : O’Malley n’a pas fini de s’amuser avec son univers déjanté !

8.0/10

Discuter de Stiletto sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :