Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Stark et les rois des étoiles


Stark et les rois des étoiles

ISBN : 978-284344123-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Brackett, Leigh

Le présent omnibus, mêlant inédit et rééditions, dont la trilogie de Skaith, dans des traductions révisées, convoque deux proches de cette grande dame des littératures de genre : son ami Ray Bradbury, avec qui elle signe un long récit de jeunesse, et Edmond Hamilton, son conjoint, pour une rencontre entre Stark et l’univers des Rois des étoiles.

Critique

Par K., le 04/11/2014

Leigh Brackett était une scénariste de talent et l’un des fers-de-lance de ce qu’elle qualifiait de « science fantasy ».
Les éditions du Bélial’ réunissent ici plusieurs de ses œuvres, dans la continuité du travail éditorial réalisé avec Le Grand Livre de Mars, lequel comprenait les aventures martiennes du héros emblématique de l’auteur : Eric John Stark. L’ouvrage, de très belle facture,  s’intitule Stark et les rois des étoiles et se compose de trois nouvelles (Lorelei de la brume rouge, coécrite ou plutôt terminée par Ray Bradbury, Magicienne de Vénus, et Stark et les rois des étoiles, coécrite avec son mari, Edmond Hamilton) ainsi que de trois romans composant le cycle de Skaith (L’étoile rousse, Les chien de Skaith, Les pillards de Skaith). On y trouve également un avant-propos de Pierre-Paul Durastanti présentant l’ouvrage, un article d’Edmond Hamilton offrant un portrait de l’auteur, un glossaire des lieux et personnages du cycle de Skaith ainsi qu’une bibliographie de Leigh Brackett.
Les trois romans composent le cycle de Skaith, plongé sur une terre déclinante se refroidissant sous les pâles rayons d’un astre mourant et dont les habitants, ne maîtrisant pas le vol spatial et retournés aux technologies médiévales, se voient confrontés à l’inconnu via des vaisseaux venus d’autres mondes. Skaith, planète rousse habitée par des humains, des non-humains et des créatures des plus variées, terre de magie, de superstitions, de prophéties et de pouvoirs psychiques en tout genre, planète semblant condamnée par un destin inéluctable, est probablement un des attraits majeurs de ces livres. Les thèmes du déclin, du changement et la complexité des choix qui en résultent dominent dans cet univers non-manichéen où les motivations de chacun sont crédibles et compréhensibles, ce qui n’est pas sans provoquer parfois mélancolie et amertume.
Le deuxième atout de cet ouvrage n’est autre qu’Eric John Stark, alias N’Chaka, mi civilisé-mi sauvage, mi-homme mi-bête, débarqué sur Skaith à la recherche d’un de ses pères adoptifs. C’est une réussite étonnante car ce personnage est doté d’une personnalité plus complexe qu’il n’y paraît. Il n’est guère surprenant qu’il ait inspiré des auteurs comme Mickaël Moorcock, et sa personnalité tend à écraser quelque peu celles de ses compagnons.
Ses aventures se lisent avec plaisir, d’autant plus que le style de l’auteur, sans être comparable à certains ténors du genre, est efficace, incitant à tourner les pages les unes après les autres. En ce qui concerne les nouvelles, Magicienne de Vénus confronte Stark à une famille décadente et dégénérée particulièrement réussie tandis que Stark et les rois des étoiles, coécrite avec Edmond Hamilton, possède un caractère de Space-Opera plus marqué et relègue notre héros au second plan. La troisième, Lorelei de la Brume Rouge, la plus réussie des trois à mon goût, terminée par Ray Bradbury, met en scène un dénommé Hugh Starke dans une ambiance rappelant parfois Howard ou Moorcock.
L’ensemble, sans former un chef-d’œuvre, n’en constitue pas moins une lecture agréable, distrayante et un bel objet à placer sur vos étagères.

7.5/10

Discuter de Stark et les rois des étoiles sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :