Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Instrumentalités de la nuit > Soumettez-vous à la nuit - Partie 2


Soumettez-vous à la nuit - Partie 2

Titre VO: Surrender to the Will of the Night

Tome 3 du cycle : Les Instrumentalités de la nuit
Partie 2 de " Surrender to the Will of the Night"
ISBN : 978-284172566-3
Catégorie : Aucune
Coloriste : Glen Cook

Entre les tractations qui préludent à la mort prochaine du patriarche de Brothe et les avances de Katrin, l’héritière de l’empire du Graal, le malheureux Piper Hecht, ex-shalug de Gordimer le Lion en Lucidie, aujourd’hui capitaine des armées de Brothe, interroge son destin. C’est que le monde est en ébullition. Katrin prêche la croisade en Orient et Anne de Ménand veut purger le Connec de l’hérésie maysaléenne. Mais, pendant ce temps, les Instrumentalités s’agitent. Le dieu Kharoulke, Celui-qui-marche-avec-le-vent, lance ses légions de Choisis affamés. Ce pourrait être la fin du monde. Mais les mortels n’entendent que leurs appétits du moment.

Critique

Par Belgarion, le 20/02/2012

Croisades, intrigues politiques, héros hauts en couleur, entités ténébreuses, magie déchaînée et massacres à grande échelle. Ces différents thèmes résument parfaitement ce troisième tome des Instrumentalités de la nuit de Glen Cook. Néanmoins quelques précisions supplémentaires sont nécessaires, bien que les deux couvertures de ce tome 3 soient très représentatives du ton de l’histoire.
Tout d’abord, comme j’ai eu l’occasion de le mentionner dans les deux précédentes critiques, le monde créé par Glen Cook, qui reprend la base d’une Europe au 13ème siècle est d’une complexité et d’une richesse admirables. Le choc des cultures entre harpadiens et pramans, le conflit larvé entre l’Eglise de Brothe et l’Empire du Graal, l’avènement des instrumentalités de la nuit issues des temps du paganisme et l’exode massif vers le sud devant l’arrivée des glaces et de Celui-Qui-Marche-Avec-Le-Vent constituent autant d’éléments marquants qui, mis bout à bout forment une fresque digne des plus grandes sagas par son ambition.
Les évènements s’enchainent sans temps morts avec des intrigues superposées qui se croisent et parfois se confondent pour le plus grand plaisir du lecteur qui s’aperçoit que Glen Cook maîtrise parfaitement son sujet. L’accent du tome 3 est plus mis sur la tension entre Brothe et l’Empire du Graal ainsi que sur le danger que fait courir Celui-Qui-Marche-Avec-Le-Vent. Mais les autres intrigues ne sont pas abandonnées et le lancement d’une croisade sur deux mondes devrait permettre dans le tome 4 de remettre sur le devant de la scène de nombreuses histoires et plusieurs personnages secondaires.
Un autre point fort de ce tome 3 est l’ironie noire et mordante de l’auteur qu’il distille beaucoup plus largement au fil du récit, à l’instar de La Compagnie noire. Que ce soient les remarques et facéties du Neuvième Inconnu, les réflexions pleines d’autocritique de Piper Hecht ou l’état d’esprit bourru des Aelen Kofer, proches des nains, tout est sujet à mettre en exergue les travers de la société et des différents protagonistes. L’ironie d’un des maîtres de la dark fantasy se retrouve non seulement dans les caractères mais aussi dans les situations avec notamment la bataille de Khaurène qui constitue un monument d’humour noir et d’absurdité.
Du côté des points négatifs, il faut creuser loin pour trouver quelques scories qui entachent légèrement cet excellent roman. Deux tiennent au lecteur. Ainsi, du fait de la complexité de l’intrigue et de la multiplicité des personnages le lecteur a beaucoup de mal à s’y retrouver et ne peut bénéficier d’un résumé des tomes précédents, d’une carte et d’un glossaire qui manquent cruellement à cette saga épique. La lecteur aura aussi quelques difficultés à saisi l’humour de tel ou tel personnage car l’auteur plonge tellement profondément dans la psychologie de Piper Hecht, Héris ou Februaren qu’il est parfois ardu de suivre leur pensée jusqu’au bout. Comme souvent dans les récits qui alternent les points de vue, la lecture des aventures de certains personnages comme Frère Chandelle procure un intérêt beaucoup plus limité du fait de leur personnalité et de leur impact très mineur sur l’Histoire avec un grand « H ». On peut enfin regretter le découpage en deux parties de Soumettez-vous à la nuit qui double le prix d’achat.
Les Instrumentalités de la nuit
nécessite un investissement sérieux du lecteur pour ne pas être submergé d’informations, à la manière des écrits de Steven Erikson et G.R.R. Martin qui se ressemblent sur plusieurs points. Néanmoins, le résultat est à la hauteur de l’attention fournie avec un plaisir de lecture énorme, une histoire conséquente et un final étonnant qui laisse présager du meilleur. Espérons qu’il ne faudra pas attendre de nouveau presque trois ans pour lire la suite.

 

8.5/10



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :