Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Roi d'Ys > Roma mater


Roma mater

Titre VO: Roma Mater

Tome 1 du cycle : Le Roi d'Ys
ISBN : 978-270213645-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Poul Anderson
Auteur : Karen Kruse Anderson

En ces temps de troubles, l’Empire romain tout entier est en ébullition, menacé par l’avancée inexorable des Barbares venus du Nord. L’agitation a atteint la ville-État d’Ys, fille de Carthage bâtie sur la côte bretonne, cité grandiose enveloppée dans une brume de légende, gouvernée par la magie des Neuf Prêtresses et la puissance du Roi, leur mari.
Envoyé à Ys par son empereur pour y ramener coûte que coûte ordre et prospérité, le préfet Gratillonius ne peut imaginer le rôle que la magie et les intrigues des Neuf lui réservent lorsqu’il défait en combat singulier le monarque de la cité : devenir l’ultime souverain d’Ys, conserver l’unité de son royaume dans l’ère de ténèbres qui s’annonce, et donner vie à une légende qui perdurera à jamais…

Critique

Par Gillossen, le 06/02/2007

Voici le premier roman de Calmann-Lévy censé attirer à la fantasy de nouveaux fans avant tout férus de fictions historiques. Mais avec Poul Anderson - et son épouse ! - c’est un poids lourd de la SF et de la Fantasy qui débute là.
Et si la magie ne déborde pas à chaque page, il n’en demeure pas moins que cet ouvrage est bien un roman de fantasy. Un roman particulièrement bien documenté sur la période à laquelle il se déroule, mêlant faits historiques avérés et partis pris des auteurs. Il suffit de jeter un oeil admiratif aux abondantes pages de notes en fin de volume pour être convaincu du sérieux de l’entreprise. L’outil n’existait pas en 1986, mais voilà des recherches qui n’ont pas été menées à coups de Google !
Plus sérieusement, Roma Mater nous propose une plongée dans les mystères de la légendaire cité d’Ys, nous entraînant dans les pas de Gratillonius, personnage profond à défaut d’être véritablement charismatique - dans ce premier tome - mais qui permet d’autant mieux de le suivre dans les rues de cette cité, dans ses temples, ou bien, chez ses prêtresses…
De facture “à l’ancienne”, la narration se révèle tout à fait fluide, linéaire, et n’occulte pas certaines problématiques, tout en conservant un rythme assez lent, parfois un peu trop pondéré peut-être. Il apparaît rapidement que nous nous trouvons bien face à un premier tome au développement classique pour un cycle en comptant quatre, avec sa mise en place des divers personnages et factions de rigueur.
Mais le couple Anderson dispose de suffisamment de ressources et de talent pour nous impliquer à chaque page plus avant, et nous transmettre l’envie, solide, de découvrir la suite du destin de la cité d’Ys et ses habitants jouets des dieux et de leurs croyances…

7.5/10

Discuter de Roma mater sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :