Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Reine faucon > Reine des batailles


Reine des batailles

Titre VO: Ironhand's Daughter

Tome 1 du cycle : La Reine faucon
ISBN : 978-235294543-7
Catégorie : Aucune
Auteur : David Gemmell

Durant la bataille de la lande de Colden, les Highlanders ont été écrasés par les armées des Outlanders.
Toutefois, les prophéties parlent d’un nouveau chef : un descendant de Poing de Fer, le plus puissant des rois des Highlands. Un chef qui brisera le joug des Outlanders…
Or, le sang de Poing de Fer coule uniquement dans les veines de Sigarni, une jeune Highlander farouche et obstinée qui ne se soucie que d’elle-même, jusqu’à ce qu’une épreuve fatidique la pousse sur le chemin de la rébellion…

Critique

Par Asavar, le 23/01/2012

Pour nombre d’entre nous, l’arrivée d’un nouveau Gemmell est une occasion à ne pas rater. Son style brut et sa plume légère font de lui une valeur sure d’une certaine fantasy. Et même si, au fil des années, certains romans sont venus à se ressembler, on reste toujours sous le charme du rythme de l’histoire qu’il nous conte.
Reine des batailles, premier tome du diptyque Hawk Queen, déroge d’ailleurs peu à la règle. Nous y trouvons évidemment ce qui a fait le succès de David Gemmell au fil des ans comme le coté très (trop dirait certains ?) manichéen avec des méchants très méchants et des gentils nobles et fiers, suivant à peu de choses près le même code de l’honneur que David Gemmell avait décrit par l’intermède de Druss dans Légende. De même, on retrouvera les mêmes personnalités parmi les personnages secondaires présents comme l’ami amoindri mais fidèle, le vieillard détenant LA vérité, le chic type se trouvant dans le mauvais camp ou l’archer habile, entre autres… Mais une fois encore, on excuse à l’auteur ces facilités car dès le début de l’histoire, on sent quelque chose de neuf.
Car après les anciens sur le retour, les assassins et les jeunes guerriers accomplissant leurs premiers faits d’armes, David Gemmell décide de mettre en avant une femme. En effet, bien qu’elles aient toujours étés présentes dans les œuvres de l’auteur, elles n’avaient jamais été abordées de cette façon. David Gemmell laisse tomber l’image de la jeune femme en détresse ou de la voyante, plus ou moins en détresse aussi d’ailleurs, et se concentre sur une chasseuse fière et de caractère. Ce dont elle aura besoin pour évoluer et se faire respecter dans un milieu dominé par les hommes.
Nous suivrons donc cette héroïne au fil des pages et la verrons passer du statut de jeune femme insouciante à celui de meneuse de tout un peuple après avoir subis un terrible traumatisme. Encore une fois, le fait d’être une femme la fera réfléchir différemment des autres héros auxquels David Gemmell nous avait habitués. Mais le fait de nous inscrire dans les pas d’une héroïne se révèle à double tranchant.
L’auteur a décidé d’en faire évidemment une belle femme et cela peut parfois agacer. Les premiers hommes qui la rejoignent sont des amis qui décident de la suivre car ils sont tous plus ou moins amoureux d’elle. Résultat, on a plus l’impression que c’est un trop plein d’hormones qui les poussent à se ranger de son coté plutôt que le bon sens. Il est toujours plus facile d’accepter de risquer sa peau quand c’est une jolie fille qui le demande. Cela reste heureusement rare et cette beauté sera aussi source de méfiance. Au final, seuls les actes de bravoure auront de la valeur aux yeux des chefs de tribus.
Qui dit Gemmell dit aussi personnages secondaires importants. Dans la majorité de ses œuvres, il y a toujours une poignée de personnages secondaires pour marquer les esprits, tel Viruk dans L’Écho du grand chant ou Flécheur dans Légende et ce roman ne dérogera pas à la règle avec des protagonistes qui nous seront très vite attachants. Mais qui dit Gemmell dit aussi morts héroïques, ce qui nous donne de belles mises en scène mais aussi un peu de redondance.
Loin d’être le meilleur roman de l’auteur, Reine des batailles n’est pas non plus le pire. Sa lecture nous permettra de nous évader et c’est, au final, ce qu’on attend d’un bon livre signé de la main de l’auteur.

6.5/10

Discuter de Reine des batailles sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :