Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Régiment perdu > Ralliement


Ralliement

Titre VO: Rally Cry

Tome 1 du cycle : Le Régiment perdu
ISBN : 978-235294080-7
Catégorie : Aucune
Auteur : William R. Forstchen

La victoire… ou la mort !
2 janvier 1865, City Point, Virginie. Le colonel nordiste Andrew Keane conduit ses soldats vêtus de bleu à bord d’un transporteur, ignorant que leur prochain port d’attache n’est ni au Nord ni au Sud, mais… sur un autre monde !
Une tempête les balaie dans une faille surnaturelle et les expédie sur une terre étrangère, où nul humain ne connaît la liberté et où quelques fusils sont tout ce qui sépare le régiment perdu de l’extermination… face à des épées, des lances et des arcs.
Dans ce monde féodal dirigé par les nobles et l’Église, Keane et ses hommes introduisent les idées de liberté, d’égalité et de démocratie… ainsi qu’une technologie en avance de plusieurs siècles. Pourtant, leurs connaissances et leur entraînement pourront-ils les sauver de ceux qui détiennent le vrai pouvoir ?… Des créatures qui voient les humains comme du bétail que l’on élève pour les dévorer…

Critique

Par Gillossen, le 15/09/2009

Après avoir parcouru le synopsis de ce roman, il n’y a évidemment qu’une chose à dire : il fallait y penser !
Des héros issus de la Guerre de Sécession ne sont déjà pas monnaie courante en fantasy, mais si, en plus, vous les projetez dans une autre dimension, occupés à lutter contre des pseudos-Orcs… Voilà qui est encore moins fréquent !
Après lecture, un autre constat s’impose : il s’agit d’un roman simple et efficace. Le pitch tient ses promesses, et l’on suit avec plaisir la “montée en puissance” de ces soldats totalement déboussolés, mais qui se raccrochent toujours aux valeurs de l’armée et de la démocratie naissante des États-Unis, pays qu’ils ont donc laissé derrière eux.
Courage, honneur, ouverture d’esprit, entraide, révolution industrielle… Sous le commandement du colonel Keane, on ne plaisante pas, mais Andrew constitue un personnage, ancien professeur d’Histoire marqué par la guerre qui le fascine et le rebute à la fois, qui ne se limite pas à une seule et même facette. Toujours est-il que d’autres personnages n’ont pas droit au même traitement, manque de place oblige. L’auteur évite toutefois, généralement, les caricatures. Forstchen fait preuve de plus d’une véritable passion pour son sujet, une passion qui en prime n’a rien d’aveuglante. C’est qu’il y a beaucoup de choses à mener de front, sur un peu plus de 400 pages.
Entre la description de ce nouveau monde et du peuple que l’on découvre le plus en détail, les Rous’, leurs ennemis cruels et sans pitié, les Tugars, et bien sûr les sous-intrigues attenantes, on ne s’ennuie pas. Le tout sans tomber dans un manichéisme exacerbé. Les passionnés de manœuvres militaires ou même de chemin de fer pourraient bien trouver leur compte, et, boutade mise à part, tous ceux qui ont envie d’un récit finalement classique mais mené tambour battant et dans un cadre suffisamment incongru pour qu’on s’y attache aisément.
En attendant la suite, qui ménagera à coup sûr quelques surprises !

7.5/10

Discuter de Ralliement sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :