Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Nocturnes


Nocturnes

ISBN : 978-229007239-4
Catégorie : Aucune
Auteur : John Connolly (Proposer une Biographie)

Nocturnes Amants maudits, enfants perdus, créatures souterraines, prédateurs démoniaques, savoirs interdits… John Connolly explore les plus vilaines de nos terreurs nocturnes et nous livre, en une vingtaine d’instantanés, une vision très personnelle des plus grands thèmes du fantastique. Parmi les apparitions remarquables, celle d’un certain M. Lovecraft en recteur d’université, secondé par MM. Poe et Dickens, celle du fameux détective privé Charlie Parker, héros pour un soir d’une histoire de maison hantée, et de bien d’autres personnages aux prises avec des éléments qui dépassent l’entendement…

Critique

Par Tatiatalante, le 22/12/2016

Avant Le Livre des choses perdues, John Connolly s’était déjà permis une petite excursion dans l’univers fantastique avec ce recueil dans une veine horrifique. Si vous avez toujours peur des « choses » obscures qui pourraient se cacher sous votre lit, passez votre chemin. L’auteur à travers son style simple et efficace arrive à faire revenir des tréfonds de vos tripes les peurs les plus angoissantes de votre enfance.
John Connolly, à travers dix-neuf récits plus ou moins longs, reprend tous les codes des histoires d’horreurs avec différentes ambiances : de la nouvelle étrange, héritière de Poe, aux contes effrayants pour enfants. On y croise toute sorte de créatures fantastiques, qui le sont d’autant plus qu’elles sont traitées différemment des schémas classiques du genre.
La nouvelle La Balade du cow-boy cancéreux introduit le livre et nous plonge directement dans ce bain dérangeant et flippant en dépeignant une créature contagieuse et étrange. Ce récit est le plus marquant au niveau de l’ambiance, on en frissonne encore quelques jours après la lecture. Les Sorcières d’Underbury est très différente de la première, de part un univers se rattachant plus aux nouvelles fantastiques du XIXe siècle. Le Bel Engrais de miss Froom, bien que possédant une chute prévisible est très rafraîchissante de par son personnage très pimpant… Les Clowns tristes ne feront que renforcer la conviction des coulrophobes. Le Cycle est un clin d’œil pour toutes les femmes et un avertissement pour ces messieurs : il y a certains jours où ils ne faut pas les chercher.
Dans la veine du Livre des choses perdues, Nocturnes est à lire tard le soir, seul dans son lit et saura vous faire frissonner et donner des sensations de malaise et de peur pendant quelques jours. Dans ces nouvelles, on sent la grande influence du folklore irlandais sur l’auteur, ainsi que celle de la littérature du XIXe siècle. La variation du point de vue narratif, d’omniscient à externe selon les récits, et la variation des thèmes abordés, même si certains récits ont une construction classique et prévisible, permet de s’immerger assez rapidement dans chaque nouvelle histoire et renouvelle l’intérêt du lecteur. L’atout de ce recueil étant cette écriture « très visuelle », arrivant parfaitement à retranscrire la tension, les sons et les paysages.

7.5/10

Discuter de Nocturnes sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :