Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Cour d'Onyx > Minuit jamais ne vienne


Minuit jamais ne vienne

Titre VO: Midnight Never Come

Tome 1 du cycle : La Cour d'Onyx
ISBN : 978-284172846-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Marie Brennan

A la fin du XVIe siècle, l’Angleterre prospère sous le règne d’Elizabeth, première du nom et dernière monarque de la lignée des Tudor. 
Sous Londres s’étend le palais tentaculaire d’Invidiana, la reine des fae, qu’elle gouverne en maîtresse inflexible. Son pouvoir est le reflet ténébreux de la gloire éclatante dont s’entoure la dernière des monarques Tudor. Dans ce palais d’Onyx, les fae n’ont pas à craindre le fer et la foi chrétienne que les mortels utilisent contre eux pour se protéger de leurs méfaits. Depuis trente ans, les affaires des deux cours sont toutefois étroitement liées. Un pacte mystérieux, tragique peut-être, unit les deux souveraines. Car si, chez les mortels, rois et amours sont éphémères, les fae les jalousent pour les passions qui animent leur vie. Un courtisan humain et une fae en disgrâce découvrent peu à peu les alliances et les trahisons qui gangrènent les deux trônes. 
Ensemble, ils ont une chance de révéler la source du pouvoir d’Invidiana et, peut-être, de rétablir un peu de justice, d’harmonie et de confiance dans une société de haine et de violence.

Critique

Par Gillossen, le 21/03/2018

La cour d’Onyx est présenté comme le premier tome de la nouvelle série de Marie Brennan. C’est vrai par rapport à son périple éditorial en France mais dans les faits, il s’agit d’un roman plus ancien de quelques années (cinq ans entre les premiers volumes de ces deux séries, pour être tout à fait exact).
On pourrait dès lors craindre qu’il soit moins abouti, marqué par des défauts de jeunesse… pas forcément. Le cadre n’est pas très original en soi (en tout cas, au départ, moins qu’Une histoire naturelle des dragons), mais l’exécution et la mise en scène du récit se révèlent plaisantes. Même s’il faut aussi un bon moment pour vraiment se laisser happer par le récit, qui n’hésite pas à prendre son temps.  
Si vous appréciez l’époque des Tudor, les intrigues de cour, une grosse pincée de magie et de manigances diverses, voilà un roman qui devrait en tout cas vous plaire. Il faut d’ailleurs aimer ce canevas historique, très présent en arrière-plan. On a aussi parfois du mal à s’attacher véritablement aux deux personnages principaux, avant tout concernés par leurs propres intérêts, et qui se révèlent en fait moins malins qu’ils n’en ont l’air. C’est un peu dommage, car il ne suffit pas de nous le dire, il vaut mieux montrer de façon concrète à quel point ce duo est censé savoir faire preuve de sagacité. Mais ici, c’est avant tout l’univers qui domine le roman de tout son poids et ses conspirations de toutes sortes, au gré des allégeances et des alliances de chacun, qui justement changent souvent du tout au tout. C’est avant tout cette dimension-là que l’on retiendra de ce premier tome (le cycle en compte quatre), avec une mise en place efficace. 
Une lecture ma foi bien agréable. 

7.0/10

Discuter de Minuit jamais ne vienne sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :