Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > L' Épée de vérité > Les Piliers de la Création


Les Piliers de la Création

Titre VO: The Pillars of Creation

Tome 7 du cycle : L' Épée de vérité
ISBN : 978-235294078-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Terry Goodkind

La jeune Jennsen, harcelée depuis sa plus tendre enfance par ses démons intérieurs, a trouvé le moyen de les réduire au silence. Mais la fin de son épreuve est le début d’un calvaire pour le reste du monde : impliquée contre son gré dans un combat dont l’enjeu est la vengeance et la conquête, Jennsen tombe sous la domination de forces obscures plus atroces que tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Et si les voix de ses démons avaient toujours été réelles ?…
Pendant ce temps, Richard et Kahlan à nouveau réunis doivent toujours compter avec la menace des troupes de l’Ordre Impérial. Contraints de s’aventurer dans un pays étrange et désolé, ils voient leur quête se transformer en cauchemar lorsqu’un chasseur infatigable se met à les traquer.
Affaiblis et de plus en plus seuls, Richard et Kahlan combattent désespérément pour survivre. S’ils veulent un avenir, il leur faudra repousser la menace surnaturelle qui vient d’émerger des plus sombres profondeurs de l’âme humaine. Pour cela, le Sourcier devra lutter contre les démons assoiffés de sang qui rôdent parmi les Piliers de la Création…

Critique

Par Gillossen, le 27/07/2009

Deux tomes de L’Épée de vérité dans l’année, on appelle ça être gâté !
Et nous voilà donc rendus au septième volume de la saga en français, et… Et il s’agit là peut-être de l’un des plus décevants. Contrairement à ce que laisse supposer la quatrième de couverture, pour moitié réservée à Richard et Kahlan, il faut attendre d’avoir dépassé la page 500 pour les voir apparaître ! Et encore, il s’agit plus de rôles de guest-stars. Évidemment, on peut faire contre mauvaise fortune bon cœur, et se dire qu’après tout, ils ne sont pas, de toute façon, les personnages les plus intéressants du cycle.
Peine perdue ! En fin de compte, on dirait là un coup dans l’eau, l’intrigue principale n’avance en rien. Et ce qui nous est proposé en alternative n’aboutit finalement à rien de bien concret plus de 500 pages plus tard. On suit là aussi un couple de personnages : si ce qui touche au personnage de Jennsen, la jeune fille retient assez facilement l’attention - c’est peut-être le personnage féminin le plus intéressant apparu en sept tomes -, Goodkind ne peut s’empêcher de nous resservir un protagoniste psychopathe de pacotille, à la personnalité aussi cliché que possible, un jeune homme soumis à sa mère et se libérant de son étreinte pour se laisser guider par ses instincts les plus vils, permettant une fois de plus à l’auteur de nous gratifier de ses fameuses scènes avec toujours un viol en point de mire… Et, comme si cela ne suffisait pas, il s’agit encore d’un demi-frère de Richard !
Ajoutons à ça un style qui oscille toujours entre le banal et le vulgaire, un suspense dont les deux éléments les plus importants sont peut-être la disparition et le retour d’une chèvre - désolé, spoiler ! - et on ne peut qu’une fois de plus avoir envie plus d’une fois de refermer le roman avant la fin. Et pourtant, on tourne les pages, on tourne…

6.0/10

Discuter de Les Piliers de la Création sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :