Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Livre malazéen des glorieux défunts > Les Jardins de la Lune


Les Jardins de la Lune

Titre VO: Gardens of the Moon

Tome 1 du cycle : Le Livre malazéen des glorieux défunts
ISBN : 978-270213778-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Steven Erikson

Dans le vaste empire malazéen, le mécontentement gronde, saignés à blanc que sont les états vassaux par des décennies de guerres interminables, de purges, de querelles intestines et aussi de heurts avec Anomander Rake - le seigneur de Lunerre - et ses mystérieux Tiste Andii. Même les légions impériales, depuis longtemps rodées aux effusions de sang, aspirent à quelque répit. L’autorité de l’Impératrice demeure pourtant absolue, garantie par les redoutables assassins de la Griffe.
Pour le sergent Whiskeyjack et son escouade désabusée de Brûleurs de Ponts, ainsi que pour Tattersail, unique magicienne survivante de la Deuxième armée, la fin du siège de Pale aurait dû se passer à panser les blessés et à pleurer les nombreux morts. Mais l’Impératrice en a décidé autrement.

Critique

Par Gillossen, le 05/02/2005

Voilà un livre ambigu. Ambitieux. Les deux cents premières pages représentent d’ailleurs un bon exemple du challenge que le lecteur a à relever. Steven Erikson joue avec nous en nous promenant dans son monde selon son bon vouloir, nous entraînant aussi bien dans le passé, puis bondissant dans le futur, avant de nous gratifier d’une bataille dont on apprend le pourquoi de la présence des protagonistes après qu’elle se soit déroulée ! Je ne parle même pas de leur implication. Mais l’auteur sait où il veut en venir, il ne s’agit pas d’un écran de fumée.
Tout l’univers de l’empire mazaléen est pensé, conçu, réfléchi, structuré, dans ses moindres détails. Lieux, personnages, croyances, jeux, phénomènes de société… Steven Erikson ne laisse rien de côté, du moins, rien de ce qu’il nous laisse entrevoir. Après ces réelles difficultés de départ, le lecteur patient et persévérant pourra dompter une histoire loin de plonger dans la facilité. Souvent, alors que l’on pense que l’on est enfin totalement entré dans l’histoire, de nouveaux éléments viendront nous désarçonner et faire vaciller nos certitudes naissantes. Mais il est trop tard. Celle-ci est lancée et nous sommes déjà pris dans le rythme, pour de bon. Et l’on se surprend à refermer ce livre bien plus tôt qu’on ne l’aurait pensé.
Toutefois, rien ne saurait être parfait, et c’est le cas ici, peut-être plus qu’ailleurs, dans un récit moins ambitieux, car c’est en plaçant très haut ses exigences que la moindre faille prend l’aspect d’un gouffre. Que manque-t-il aux Jardins de la Lune ? De l’ampleur ? Non, les fils et les niveaux de l’intrigue sont nombreux, variés, profonds. De l’originalité ? Non, car les conceptions présentées concernant les dieux comme la magie en déconcerteront plus d’un, et l’on retiendra notamment les Labyrinthes. Du rythme, du style ? Non, et encore non : l’écriture d’Erikson est précise, riche et vive, et il peut même s’appuyer sur certains traits plus classiques pour un récit de Fantasy (tel que le rôle des Tiste Andii vis-à-vis des Humains).
Alors, où se situe le grain de poussière qui fait gripper les rouages de cette belle mécanique ? Eh bien, dans l’attachement du lecteur pour les personnages. Certes, leurs personnalités sont poussées et ce n’est pas ici qu’on retrouvera l’une des figures classiques vues et revues d’une certaine catégorie de romans de Fantasy. Cependant, sans doute gêné aux entournures par ses partis-pris, en particulier son mode de narration, l’auteur nous donne plus à voir une troupe de théâtre en représentation qu’une assemblée de héros pour lesquels on s’implique émotionnellement, à de rares exceptions. Mais le sergent Whiskeyjack et tant d’autres demeurent trop secrets, trop renfermés, pour que jamais on puisse s’y attacher puissamment.
Dommage, car l’essai n’est donc pas totalement transformé et l’on se demande d’ailleurs si l’on pourra jamais lire la suite en VF… Déjà quatre tomes sont parus aux États-Unis et il semblerait que Steven Erikson ait corrigé ses défauts…

8.5/10

Discuter de Les Jardins de la Lune sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :