Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Trilogie de Shiva > Les Immortels de Meluha


Les Immortels de Meluha

Titre VO: The Immortals of Meluha

Tome 1 du cycle : La Trilogie de Shiva
ISBN : 978-226511639-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Tripathi, Amish

Le jeune Shiva possède… une gorge bleue, ce qui en fait a priori l’élu du peuple des Meluhans, le mythique Neelkanth, pour faire simple, un vrai sauver censé les mener à la victoire et à la félicité. Car il se trouve que les Meluhans sont engagés dans une lutte « de civilisation » contre les Chandravanshis, eux-mêmes associé à un autre peuple, maudit celui-ci, les Nagas, humanoïdes mais monstrueux. 
Shiva est un épéiste hors pair, particulièrement curieux et optimiste. Et il faut bien ça, puisque l’empire de Meluha, aussi parfait soit-il en apparence, connaît de nombreux problèmes, notamment car son fleuve principal s’assèche. Répondant à l’appel du roi Daksha, Shiva quitte le Tibet pour l’Inde. Une fois dans la capitale de l’empire, Shiva va notamment rencontrer une belle jeune femme, qui (sans surprise…) se révèle être la princesse locale et fille de Daksha, Sati. 

Critique

Par Gillossen, le 16/11/2017

Les Immortels de Meluha est un roman de fantasy épique… plaisant plutôt que prenant. 
Le roman ne manque pas de points positifs, notamment (et peut-être surtout) son cadre et son ambiance originale, pleine de mysticisme. Mais encore faudrait-il que les lecteurs aient vraiment envie d’originalité sur ce point ! On se souviendra des romans d’Ashok K. Banker au Pré aux Clercs, épiques en diable eux aussi, mais qui n’ont pas forcément rencontré le public – et par extension le succès – il y a bien dix ans maintenant. 
Pour le reste, la naïveté attachant de Shiva par exemple va de pair avec celle que l’on pourrait aussi attribuer à l’auteur lui-même. On ne compte ainsi plus le nombre de scènes où Shiva se voir convoqué chez le roi qui lui parle de l’histoire de son empire, du fonctionnement de sa société, etc, etc… Heureusement, les dialogues sont vivants. Mais le tout n’est pas très subtil. 
Pour tout dire, le roman ne se rapproche pas vraiment d’un Seigneur des Anneaux indien et des écrits de J.R.R. Tolkien – formule sans doute sortie de la bouche de l’agent de l’auteur – mais plutôt d’un David Eddings par exemple. Il y a ce côté premier degré, cette ambiance presque bon enfant par moments avec des touches d’humour efficaces mêmes si pas très originales et quelques scènes un peu plus sombres. 
Il faut dire qu’en dehors de quelques passages justement à l’ambiance plus mature ou la description d’une princesse à moitié nue avec moult détails sur sa poitrine, etc, le tout s’avère assez « gentillet » pour qu’on l’imagine même presque classé en Young Adult d’ailleurs. Mais le tout est dynamique et se lit bien, sans oublier Sati, un personnage féminin fort et plutôt bien mis en valeur. 
Est-ce que ce fut pour moi une lecture agréable malgré tout ? Oui. Globalement, le roman vise avant tout le pur divertissement, ce qui n’est pas un défaut en soi, d’autant qu’il le fait bien plutôt bien, tout en demeurant très classique dans son approche, qu’il soit question de la gestion des relations entre les personnages ou des rebondissements. Mais, du coup, il ne faut pas en attendre plus. Il peut toutefois compter sur un vernis original, qui respecte vraiment la mythologie dont il s’inspire.
Bref, si vous avez envie de vous distraire à l’approche des fêtes, voilà un roman qui pourrait vous satisfaire dans ce domaine. 

7.5/10

Discuter de Les Immortels de Meluha sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :