Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Trilogie Loredan > Les Couleurs de l'acier


Les Couleurs de l'acier

Titre VO: Colours in the Steel

Tome 1 du cycle : La Trilogie Loredan
ISBN : 978-291554939-3
Catégorie : Aucune
Auteur : K. J. Parker

Bardas Loredan se sent bien fatigué… Il a beau savoir se battre comme personne, les duels sont éprouvants et les affaires bien maigres. même pour un avocat qui plaide en maniant le fleuret.
Et voilà que les terribles tribus des plaines se rassemblent : une gigantesque attaque est imminente. En tant que vétéran, l’un des survivants d’une escouade mythique, Loredan est directement concerné : c’est à lui qu’on a confié la défense de Périmadeia, la Triple Cité que l’on prétend imprenable.
Ajoutez à cela les espions de tous poils, les luttes intestines et tout récemment une malédiction qui lui tombe sur la tête. Pour résister au plus grand siège de tous les temps, il va lui falloir plus que du courage.

-> Lire les premières pages (format pdf)

Critique

Par Gillossen, le 28/02/2007

Caustique. Voilà le terme qui convient sans doute le mieux à ce roman, de l’auteur anglaise K.J Parker.
Parmi les nombreux personnages qui nous sont présentés, pour la plupart très vivants, rares sont ceux qui ne présentent pas ce trait de caractère, de façon plus ou moins marquée, ou plus ou moins teintée d’humour ou de désillusion. L’humour, précisément, se montre souvent très présent, et attendez-vous à votre lot de répliques ou de petites réflexions qui font mouche.
Pourtant, il faut bien avouer qu’à la lecture de la 4eme de couverture, il y avait de quoi rester circonspect… Encore un siège, évidemment le plus important jamais vu, et encore un seul homme pour pouvoir le mener à terme et sauver la cité… Heureusement, les choses prennent très rapidement une tournure différente, et le siège en lui-même ne débute pas avant la moitié du roman.
Qu’il soit question des relations entre Loredan et son clerc tentant une reconversion loin des tribunaux, du Patriarche local aux prises avec ses étudiants de première année ou ses migraines qui n’ont rien de naturelles, ou bien sûr de Temraï, le chef des tribus n’ayant pas d’autre choix que de raser Périmadeia, on passe de l’un à l’autre avec un plaisir de lecture constant.
Et comme le siège en lui-même ne se révèle pas la finalité du roman, que Parker parvient à ménager des zones de mystère sans doute dévoilées en pleine lumière par la suite, et qu’humour et ironie ne signifient pas pour autant histoire superficielle (celle-ci possédant même des éclats de vraie noirceur), voilà une bonne surprise de fin d’année dont on attend la suite avec intérêt.

8.0/10

Discuter de Les Couleurs de l'acier sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :