Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Chroniques de Wildwood > Les Chroniques de Wildwood, livre 1


Les Chroniques de Wildwood, livre 1

Titre VO: The Wildwood Chronicles

Tome 1 du cycle : Les Chroniques de Wildwood
ISBN : 978274991655
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Colin Meloy (Proposer une Biographie)
Illustrateur : Carson Ellis (Proposer une Biographie)

Prue a toujours été une jeune fille obéissante. Et lorsque son père lui demande de ne jamais s’aventurer dans les Territoires Infranchissables, elle l’écoute sagement. Jusqu’au jour où son frère est mystérieusement kidnappé dans son berceau par des corbeaux qui l’emmènent au-delà de la frontière défendue. Avec son ami Curtis, elle décide de braver l’interdit et de partir à son secours. Tous deux découvrent alors un monde magique où des animaux, pas toujours bien intentionnés, imposent leur loi. La mission de sauvetage se transforme rapidement en une lutte pour la libération de cette contrée enchantée qu’on appelle Wildwood.

Il était une fois un pays interdit où les animaux avaient décidé d’imposer leur loi…

Critique

Par Gillossen, le 03/12/2012

Comment présenter Les Chroniques de Wildwood, nées de l’imagination fertile de Colin Meloy, le chanteur du groupe de folk-rock The Decemberists ?
On pourrait dire que l’on y retrouve le talent bien établi de songwriter du bonhomme, mais cela n’évoquerait pas grand-chose à celles et ceux qui ne connaissent pas sa musique.
On pourrait également reprendre les extraits de chroniques cités à la fin du roman, faisant état par exemple d’une fable sur le passage à l’âge adulte, mais combien de romans, et notamment au rayon Jeunesse, correspondent à cette définition ?
On pourrait… On pourrait tout aussi bien s’installer dans un fauteuil ou sur son canapé, passer une main sur la couverture pour apprécier tout le soin apporté à cette édition par Michel Lafon avant même d’avoir découvert près d’une centaine d’illustrations intérieures (dont certaines en couleurs et sur papier glacé) signées de l’épouse de l’auteur et se plonger tête la première dans ce roman, qui démarre assez candidement, dans les pas de Prue, l’un de ses deux personnages principaux.
Bien vite, nous pénétrons dans le fameux Territoire Infranchissable évoqué en quatrième de couverture, rencontrant dès lors une faune des plus particulières, c’est le cas de le dire. Et si ce Territoire a quelque chose de légendaire pour les habitants de Portland, on se rend rapidement compte qu’il en va de même pour ceux de l’autre côté de la frontière… Par le biais d’un habile jeu de miroirs en passant qui plus est d’un personnage à l’autre, l’auteur se livre effectivement à une fable, avec ses animaux en ordre de bataille, ses allusions à peine voilées aux méandres de notre monde actuel ou bien encore justement le parcours de Prue et son ami Curtis, tous les deux osant emprunter des chemins les conduisant à des destins bien plus surprenants qu’il n’y paraît. 
A l’image de Lev Grossman dans Les Magiciens, Colin Meloy s’essaie même à la mise en abyme du genre fantasy, souvent grâce à Curtis, multipliant les références à différents ouvrages du genre qui ont aussi servi à baliser celui-ci. Et si la trame générale demeure ici finalement assez classique, l’auteur sait se débarrasser de ces entraves pour mieux faire exploser son récit, de plus en plus épique, au point même de nous surprendre.
Les autres protagonistes de l’histoire sont en tout cas loin d’être laissés pour compte, à l’image de la figure tragique d’Alexandre, qui s’avère ne pas être une simple Némésis pour notre duo, mais bien un personnage à part entière pétri de contradictions.
Le roman peut également s’appuyer, nous l’avons déjà mentionné, sur un univers fantasque et hors du temps particulièrement réussi, à l’image de ses armées de coyotes façon grognards de Napoléon. Mais une bonne partie de cette ambiance si réussie provient non seulement des idées de l’auteur mais également de sa plume, à la fois vive et désuète, voire volontairement décalée de temps à autre, souvent gourmande. On tombe très vite sous son charme, au sens premier du terme, et on peut saluer au passage le travail de Jean-Noël Chatain, le traducteur.
Vous l’aurez compris, inutile d’en rajouter encore : Les Chroniques de Wildwood représentent une petite merveille que nous ne saurions que trop vous conseiller, peu importe votre âge. Encore une fois, Jeunesse ou pas Jeunesse, quelle importance quand les romans sont bons ? Et celui-ci n’est pas seulement bon, mais précieux.
C’est donc avec une impatience non dissimulée, et ce n’est rien de le dire, que nous attendons la parution de sa suite, Under Wildwood, a priori tout aussi généreuse (plus de 500 pages !). Et si l’on pouvait également avoir des nouvelles de ce projet d’adaptation sur grand écran, on ne dirait pas non…

8.5/10

Discuter de Les Chroniques de Wildwood, livre 1 sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :