Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Vif-argent > Le Zénith du Vif-Argent


Le Zénith du Vif-Argent

Titre VO: Quicksilver Zenith

Tome 2 du cycle : Vif-argent
ISBN : 978-291554911-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Stan Nicholls

Reeth Caldason est un berserker.
Sujet à des accès de rage incontrôlable, il vit son immortalité comme une malédiction. Sa quête d’un remède l’a conduit à Bhealfa, dirigée par un despote et prise au piège entre deux puissants empires rivaux. Elle l’a du même coup impliqué dans la Résistance contre la tyrannie.
Mais les paladins, un ordre de chevaliers mercenaires chargé de la sécurité du gouvernement, s’évertuent à écraser toute rebellion… et Cadalson n’a rien trouvé de mieux à faire qu’humilier leur général en public lors d’un duel acharné !
C’est pourtant le cadet de ses soucis, car les rebelles ont trouvé une île pour fonder leur nouvel état utopique, et avant de s’y installer, ils doivent livrer une grande quantité d’or à son propriétaire… mais il a vite fait de découvrir qu’un nouvel ennemi terriblement puissant convoite tant l’or que l’île, menaçant de mettre un terme à cette périlleuse aventure avant même qu’elle ne commence…

Critique

Par Gillossen, le 07/09/2007

Et voilà donc la suite de la nouvelle trilogie de Stan Nicholls, une suite dont on apprécie de commencer par le résumé du tome précédent, tant certains éléments de l’intrigue ont été oubliés entre-temps.
Il faut dire qu’il n’y a pas grand chose à signaler dans ce Zénith, et qu’objectivement, ce n’est pas un roman qui demande (mérite ?) une critique particulièrement prolixe. Non pas qu’il soit mauvais, attention. Ni même réellement décevant, pour peu que l’on sache à quoi s’attendre.
Nicholls nous livre une histoire dans la continuité du contexte et des problématiques déjà mis en place, avec une honorable volonté de porter les débats sur un plan plus politique que la norme, nous livrant quelques réflexions supplémentaires sur les difficultés de la création d’une utopie.
Mais à côté de cela, le lecteur doit composer avec un rythme qui se cherche durant une bonne partie du récit, des péripéties convenues et manquant de fait de piquant, les figures de style pas toujours heureuses de l’auteur, dont le style peine à convaincre - abus de détails inutiles et passages d’exposition introduits de façon basique - et un Caldason présenté comme un héros à la Gemmell, sans en avoir la carrure….

5.5/10

Discuter de Le Zénith du Vif-Argent sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :