Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Hordes > Le Vol de l'aigle


Le Vol de l'aigle

Tome 2 du cycle : Hordes
ISBN : 978-235294205-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Laurent Genefort

De grands bouleversements s’annoncent, pour les seigneurs comme pour les hordes. Les augures deviennent folles, les rumeurs d’apocalypse se propagent tandis que les incursions de démons se multiplient…
Dans le chaos qui se précise, la horde du Serpent tente de survivre sans le bras-démon qui assurait naguère à son capitaine Audric une force invincible. Désormais, c’est Marween qui mène le jeu: à la tête de la horde de l’Aigle, il est le fer de lance d’une conquête implacable pour le compte du duc Coresh. Mais à quel jeu joue Solenn, la Prime Augure ? Pourquoi aide-t-elle Coresh à éradiquer les seigneurs concurrents, alors que cela risque de livrer l’humanité tout entière aux démons… Reste-t-il un avenir pour les deux mondes ?

Critique

Par Gillossen, le 20/09/2008

Avec ce roman, c’est Hordes qui prend son envol !
Le tome 2 de la nouvelle trilogie de dark fantasy de Laurent Genefort déploie ses ailes et, avec lui, on découvre une histoire qui a vraiment su s’affranchir de ses influences, quand bien même pourra-t-on trouver encore quelques clins d’œil à Berserk (Farnez ?).
Démarrant tout juste après la fin du premier tome, cette suite balaie pourtant plusieurs années, mettant toujours en parallèle les destins croisés de Audric et Marween. Et quand bien même sont-ils tous les deux les jouets du destin, l’un a su en prendre son parti pour mieux accepter sa condition.
L’auteur répond à nos attentes : il développe son monde, ses personnages, étoffe la tapisserie de leurs existences placées sous le poids de l’inéluctabilité, en introduit de nouveaux, ménage également quelques moments d’émotion ou de combats parfaitement maîtrisés, non sans panache…
Et, une fois parvenu au bout, Laurent Genefort se permet de nous asséner un véritable cliffhanger en nous abandonnant au cœur d’une scène particulièrement forte. Que dire en fin de compte ?
On sent toute l’expérience de l’auteur et un réel plaisir à concevoir une saga épique et crépusculaire, sans complexe. De la belle ouvrage, mais on lui reprochera tout de même quelque chose : disposant d’un véritable potentiel pas toujours exploité à 100%, on aurait vraiment apprécié que ce roman, comme le précédent d’ailleurs, atteigne les 500 pages, et ne se limite pas à 300 et quelques.
Certes, qui dit roman volumineux ne dit pas forcément bon roman, mais, dans le cas présent, on se dit qu’il y avait sûrement quelque chose d’encore meilleur à obtenir en développant encore davantage un ensemble déjà plus que correct.

8.0/10

Discuter de Le Vol de l'aigle sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :