Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > L' Épée des ombres > Le Veilleur des Morts


Le Veilleur des Morts

Titre VO: Watcher of the Dead

Tome 6 du cycle : L' Épée des ombres
Partie 4 de " Watcher of the Dead"
ISBN : 978-236051034-4
Catégorie : Aucune
Auteur : J. V. Jones

La Longue Nuit est tombée sur le monde. Sur les terres désolées du Nord, Raif, le Veilleur des Morts, a subi de nombreux procès pour revendiquer la possession de l’épée qu’on appelle Perte. Mais le prix à payer pour brandir cette arme de légende est élevé. Raif pourra-t-il s’en acquitter ? Ash, l’héritière des guerriers Sull, continue le combat pour sauver son peuple. Elle sait que le Veilleur, armé de Perte, pourrait être celui qui le sauvera… ou le détruira. Raina, veuve d’un chef assassiné et femme de son brutal successeur, a vu son clan tombé en disgrâce et s’est emparée à son tour de la couronne. Mais les ennemis sont nombreux…

Critique

Par John Doe, le 08/08/2011

Après un troisième tome qui accusait un certain piétinement de l’intrigue, on pouvait se demander si Jones avait su remédier à ce défaut.
Et bien, pas vraiment, ce qui ne signifie aucunement que nous avons là un volume médiocre.
Simplement une confirmation : l’intrigue, ou, pour être plus précis, certains arcs narratifs, ne sont pas assez développés, tandis que d’autres le sont sans doute trop. On pense notamment aux Endlords, dont la menace se précise certes, mais qui ne semblent pas tellement plus près d’envahir le monde des vivants que dans A Sword from Red Ice.
Le syndrome des points de vue multiples a encore frappé : certains personnages se voient réduits à portion congrue : un chapitre pour Marafice, trois pour Ash (décidément bien maltraitée par l’auteur : sans doute pas beaucoup plus de 50 pages sur les mille dernières lui sont consacrées)…
Et on peut rester dubitatif sur l’utilité de consacrer autant de passages à Vaylo, Bran ou Effie, qui auraient gagné à être allégés.
Heureusement, tout n’est pas négatif, loin de là, d’autant que l’écriture de Jones fait toujours mouche quand il s’agit de décrire les us et coutumes des peuples et leur mode de vie (je pense notamment aux Sull).
Le personnage de Raina s’affranchit définitivement du statut de personnage secondaire qui lui paraissait promis au début du cycle : elle s’affirme comme une héroïne « moderne », avec ses doutes certes, mais bien décidée à aller de l’avant, à faire ce qui est nécessaire pour protéger le clan. Fini de n’être que la « femme de… », c’est à Raina Blackhail à laquelle vous aurez affaire désormais. Mace n’a qu’a bien se tenir, et on peut attendre avec impatience leur confrontation.
Autre point focal du roman, Raif va également changer en profondeur. Pour le coup, le titre du roman est pleinement justifié : pour le meilleur et pour le pire, la personnalité de Raif s’efface derrière celle du Veilleur. Sans trop en révéler sur l’intrigue, nous dirons seulement que cette transformation se fera dans la douleur. JV Jones nous la décrit brillamment, les techniques employées, « inspirées de faits réels » pourrait-on dire, sont à l’image du climat : glaçantes.
Signalons aussi qu’Angus Lok fait un retour remarqué, lancé dans une quête de vengeance impitoyable qui révèlera une autre facette de sa personnalité en même temps qu’un aperçu du fonctionnement des Phages.  
Point commun entre ces trois personnages : la solitude. Ils n’ont pas d’aide à attendre d’autrui et ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour trouver la solution à leurs problèmes. C’est là un autre point fort de l’écriture de Jones : l’immersion dans la psyché des personnages.
L’ambiance générale est toujours aussi pessimiste. Cela peut sembler paradoxal, au vu du cadre de l’action et des multiples changements de personnages et de lieux, mais je serais tenté de dire qu’il s’agit presque d’une sorte de « huis clos en extérieur », tant l’atmosphère est étouffante.
Malgré les points faibles évoqués ci-dessus, Watcher of the Dead reste un bon tome, d’un niveau très supérieur au tout-venant de la high fantasy, mais qui souffre, hélas, à l’image d’un Robert Jordan (mais à un degré moindre), du même éparpillement de l’intrigue.
Espérons que JV Jones saura y remédier dans le prochain volume, car la qualité d’écriture, elle, est plus que jamais au rendez-vous.

7.0/10

Discuter de Le Veilleur des Morts sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :