Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Seigneur des isles > Le Seigneur des isles


Le Seigneur des isles

Titre VO: Lord of the Isles

Tome 1 du cycle : Le Seigneur des isles
ISBN : 978-281120000-8
Catégorie : Aucune
Auteur : David Drake (Proposer une Biographie)

Il y a mille ans, le chaos a ravagé le royaume des Isles. Aujourd’hui la menace ressurgit. Les forces élémentaires de la magie déploient toute leur puissance et déchaînent une terrible tempête.
Au cœur du drame, le jeune Garric sauve de la noyade une femme qui se dit magicienne et prétend venir du passé. Le voilà aussitôt hanté par des visions du roi Carus, mort depuis plusieurs siècles, qui le presse de revendiquer le trône de Seigneur des Isles ! Pour lui, sa sœur et leurs amis commence un voyage périlleux, car, dans l’ombre, des agents maléfiques sont prêts à tout pour anéantir leur lignée.
Transportés d’isle en isle, de prodige en prodige, les héros vont connaître l’amour, le danger et une magie stupéfiante qui les changera à jamais.

Critique

Par Gillossen, le 09/07/2009

Un roman recommandé par un Terry Goodkind dithyrambique, nous avons déjà vu mieux sur Elbakin.net pour nous motiver…
Plus sérieusement, sans a priori, on pouvait établir une liste de quelques atouts pour ce roman : son cadre, avec ce « monde » fait d’îles (voire d’autres lieux… originaux !), certaines allusions à la culture sumérienne, une magie dangereuse et destructrice… Pour peu que l’on ait bien conscience d’avoir affaire à de la fantasy épique tout ce qu’il y a de plus classique sans en espérer plus, la quatrième de couverture elle-même n’était pas particulièrement repoussante.
Pourtant, ce premier tome – déjà 8 aux États-Unis, dont le dernier en date pour cette année – ne convainc pas totalement. Histoire sans doute de ménager ses meilleures cartes pour la suite, l’auteur nous fait voyager dans un roman qui par bien des côtés se limitent à de la présentation : cadre, personnages, enjeux… De fait, le récit se tient et propose même une « fin », mais on sent bien que le « meilleur » est sans doute à venir.
Autre problème, fantasy épique ou pas : le manque d’originalité : que ce soit au niveau des menaces qui pèsent sur le héros – toutes les mêmes – ou bien de l’histoire elle-même. Comme chez Goodkind, justement, on ne peut s’empêcher de relever certaines similitudes avec la Roue du temps : passons encore sur le point de départ, souvent commun à beaucoup de romans du genre, mais tout de même : des magiciennes à la voix d’un souverain disparu qui parle dans la tête du héros… Il y a tout de même de quoi se poser quelques questions. Mais Robert Jordan lui-même ne devait-il pas beaucoup à Tolkien pour ce qui touchait à la « mise en route » de son cycle ?
On pourrait donc se montrer compréhensif, si, par exemple, on éprouvait un véritable attachement pour les personnages. Or, celui-ci ne vient pas. La faute sans doute à un manque d’épaisseur et au fil directeur distendu du roman, qui balade ses protagonistes d’un chapitre à l’autre sans, parfois, grande logique.
Bref, voilà encore un roman qui voudrait en imposer – et admettons que la couverture très réussie attire l’œil – mais qui, après lecture, se révèle clairement appartenir à la deuxième division.
La Ligue des Champions est encore loin !

4.0/10

Discuter de Le Seigneur des isles sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :