Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Blood song > Le Seigneur de la tour


Le Seigneur de la tour

Titre VO: The Tower Lord

Tome 2 du cycle : Blood song
ISBN : 978-235294838-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Anthony Ryan

Qu’on le nomme Sombrelame, frère du Sixième Ordre ou Tueur d’Espoir, Vaelin Al Sorna demeure le plus grand guerrier de son temps, et le plus illustre témoin de la défaite du roi Janus.
Écœuré par la guerre, il revient au pays déterminé à ne plus jamais prendre les armes. Nommé Seigneur de la Tour des Hauts Confins par l’héritier de Janus, Vaelin espère trouver la paix dans cette région glaciale et sauvage, loin des intrigues d’un Royaume tourmenté.
Mais les êtres dotés de la voix du sang ont rarement l’occasion de mener une vie paisible. Entre les défenseurs de la Foi affaiblie, les adversaires du jeune roi inexpérimenté et les mystérieux assassins de la Ténèbre, Vaelin va découvrir malgré lui que nul ne peut échapper à son destin.

Critique

Par Gillossen, le 05/05/2015

Si Blood Song, premier roman d’Anthony Ryan, était loin d’être dénué de qualités, votre serviteur devait bien admettre n’avoir pas vu en lui de mélange entre Patrick Rothfuss et David Gemmell, deux références parmi les plus citées pour qualifier ce nouveau “prodige” de la fantasy épique.
Ou en tout cas, pas de fusion tout à fait aboutie des deux écrivains. Comme s’il manquait quelque chose ou bien au contraire que le tout incarné par cette approche n’était pas réellement cohérent, dans le sens où les fans des deux auteurs cités risquaient d’en vouloir un peu plus chacun dans leur registre favori. Si l’auteur nous embarquait dans les pas d’un personnage principal intrigant, l’intrigue elle-même, justement, souffrait par exemple de sautes de rythme.
Dans cette suite, Ryan innove en proposant notamment plusieurs points de vue. L’auteur démontre ainsi qu’il ne compte pas rester dans sa zone de confort et c’est en soi une démarche intéressante. Malheureusement pour lui, ces nouveaux points de vue - dont un seul réellement original - ne sont pas toujours à la hauteur et Vaelin de son côté y perd aussi au change. Il se retrouve même diminué par l’un de ces personnages en particulier, à croire que toutes les épreuves qu’il avait dû traverser ne devaient pas être si terribles après tout, sans compter qu’à l’inverse, on n’a jamais vraiment peur pour lui. Quant à Frentis, lui donner de l’importance du fait de son rôle dans le premier tome était une bonne idée, mais il y a finalement un goût de trop-peu. Le statut central de Vaelin s’avère également amoindri par ce choix de narration, qui cède à la mode actuelle sans nous donner de plus-value en contrepartie.
Pour le reste, si l’auteur étoffe un peu son univers (son histoire, sa magie, etc…) au fil des pages et si le roman se révèle toujours agréable à lire car Ryan possède une plume efficace, son récit prend parfois une dimension artificielle qui le fait patiner plus que de raison, avec une bonne dose de longueurs. Le dernier tiers de cette suite se montre tout de même plus enlevé, mais se conclut par un ultime rebondissement plus frustrant qu’autre chose.
Si le parcours de Vaelin vous avait séduit dans le premier tome, si c’est avant tout cela, le développement personnel de ce héros, qui avait retenu votre attention, et non un énième développement épique attendu de l’univers dans lequel évolue cette figure, alors vous risquez bien d’être déçu vous aussi.
Il faudra maintenant attendre le 3 - prévu cet été en anglais - pour juger du potentiel définitif de cette histoire. Mais à titre personnel, je ne regrette pas de ne pas m’être emballé plus que ça pour cette fois.

6.0/10

Discuter de Le Seigneur de la tour sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :