Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Transitions > Le Roi orque


Le Roi orque

Titre VO: The Orc King

Tome 1 du cycle : Transitions
ISBN : 978-281120037-4
Catégorie : Aucune
Auteur : R. A. Salvatore

La paix récemment établie entre les nains de Castelmithral et le royaume des orques est déjà menacée. Les tribus orques se font la guerre et Bruenor est résolu à y mettre un terme et à sauver ce qu’il a mis tant de temps à bâtir.
Mais il faudra bien plus que des épées et des haches pour établir une nouvelle ère dans cette région tourmentée. Les puissants seigneurs de part et d’autres devront apprendre à se connaître et à s’estimer malgré leurs différences. Le chemin de la compréhension et du respect est long et semé d’embûches.

Critique

Par Gillossen, le 07/11/2008

Après Demon Wars, voici un nouveau roman inédit de R.A Salvatore publié par le label Milady. Mais, cette fois, plutôt que de repartir de zéro avec une intrigue et un univers totalement « neuf », Salvatore retrouve une fois encore les Royaumes Oubliés et surtout son fidèle Drizzt Do’Urden !
Et il s’agit bien sûr du premier tome d’une trilogie - le deuxième vient de paraître il y a quelques semaines aux États-Unis. Loin des premières aventures du personnage, on sent que Salvatore tente de le faire évoluer. Lui, mais aussi son univers : ici, cette fois, les Orcs sont présentés pour la première fois - à l’humble connaissance de votre serviteur dans le domaine de cet univers Wizard of the Coast - comme des créatures qui sont autre chose que de la chair à canon pour les gentils elfes ou humains. Un nouveau royaume et son roi semblent vouloir vivre en paix avec leurs voisins.
Mais, évidemment, rien ne peut être aussi simple, même chez cet auteur.  Une fois évacuée une introduction finalement assez originale, Salvatore prend le temps de se pencher sur des intrigues et autres manoeuvres « politiques », qui au bout d’un certain temps ont tendance à se répéter. N’est pas un spécialiste dans ce domaine qui veut ! Et l’auteur a tout de même tendance à finir par s’emmêler les pinceaux.
Ajoutons à cela des protagonistes à la personnalité monolithique, Drizzt en tête - même si l’on ne peut pas lui demander de changer constamment de caractère - des parallèles peu subtils, voire douteux qui viennent en tête presque malgré nous concernant le personnage d’Obould, et le fait qu’il vaut tout de même mieux disposer de quelques connaissances dans la trame des aventures de Drizzt pour réellement apprécier et tout suivre.
Mais, quand les choses ont du mal à avancer, que ce soit sur la trame elle-même ou plus généralement, Salvatore peut toujours se rabattre sur ce qu’il fait le mieux si l’on met de côté les errements existentiels du Drow, à savoir mettre en scène des séquences riches en action, claires et efficaces, qui n’hésitent pas à jouer sur les talents des adversaires de Drizzt et sa bande.
Bref, si la trilogie originelle n’avait pas eu le succès que l’on sait, on se demande si ce genre de romans aurait vraiment de quoi attirer les lecteurs, mais, en l’état, les fans et les autres y trouveront sans doute leur lot de plaisir coupable.

6.5/10

Discuter de Le Roi orque sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :