Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > L' Empire brisé > Le Prince écorché


Le Prince écorché

Titre VO: Prince of Thorns

Tome 1 du cycle : L' Empire brisé
ISBN : 978-235294572-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Mark Lawrence

À neuf ans, il aidait des bandits à s’échapper du château familial. À treize ans, il est à la tête d’une bande de hors-la-loi assoiffés de sang. Ce qu’il a prévu pour ses quinze ans ? Être roi, tout simplement. Mais de retour à la cour paternelle, c’est la traîtrise qui attend l’immoral et charmant Jorg Ancrath, celui qui ne craint ni les morts ni les vivants. Dans ce monde de cauchemar où règnent chaos et violence, un jeune homme, même animé d’une volonté aussi farouche, peut-il venir à bout d’ennemis dotés d’incommensurables pouvoirs ?

 

Critique

Par Asavar, le 08/05/2012

Prévu pour le 22 juin prochain, Le Prince écorché a été présenté comme la nouveauté fantasy de l’année chez Bragelonne, éditeur adepte des coups de cœur éditoriaux.
Finalement, bien qu’il ne soit pas le roman de l’année et qu’il souffre de plusieurs faiblesses, ses particularités font du Prince écorché, premier tome de L’Empire brisé, un roman à même d’interpeller les lecteurs. Mais pour l’apprécier pleinement et ne pas nourrir des attentes particulièrement élevées, mieux vaut éviter de lire la présentation de l’ouvrage signée Stéphane Marsan et ne pas se fier à ce qu’en dit Robin Hobb (qui, rappelons-le, avait soi-disant adoré L’Ombre du conquérant de Ari Marmell…).
L’intrigue générale tourne autour du jeune Jorg Ancrath, meneur adolescent d’une bande de hors-la-loi sans scrupule. Le problème récurrent concernant ce personnage, c’est que l’on ne comprend pas très bien pourquoi Mark Lawrence a décidé de le faire si jeune, surtout quand on voit qu’il réagit et pense comme un vieux briscard ayant passé sa vie à commettre les pires exactions qui soient. On ne sait pas trop comment un gamin a pu arriver à la tête d’une bande de coupe-jarrets (si ce n’est bien sûr qu’il s’agit d’un génie amoral…) et cette artificialité du procédé peine à convaincre, sans parler de la nature clivante du portrait de Jorg. Si l’on met de côté ce point, l’ambiance des premiers chapitres du roman évoque finalement par exemple le Hordes de Laurent Genefort.
Fort heureusement, le texte prend une toute autre direction et la peur de se retrouver avec une Ascension du serpent bis disparaît rapidement. L’auteur réussit dans un premier temps à nous intriguer, notamment quant à la nature de l’univers qu’il nous présente. Quel est-il réellement ? Certains indices ne trompent pas… La première est l’utilisation de noms connus tel Socrate, Platon ou Nietzsche, usage qui peut surprendre de prime abord mais nous permet vite de comprendre de quoi l’auteur parle. Comme l’évocation des mystérieux « Bâtisseurs » qui reviendra à plusieurs reprises.
De quoi conférer d’emblée au monde que Lawrence met en place une certaine profondeur, d’autant que les autres indices que l’auteur disperse au fur et à mesure des pages permettront de répondre aux interrogations et autres suppositions du lecteur. Et c’est ce qui risque là aussi de poser problème pour certains, davantage motivés par la recherche de nouveaux détails cachés concernant le monde et son passé plutôt que de suivre l’histoire proprement dite, qui se révèle, somme toute, de facture assez classique. Et il faut bien admettre que l’on a parfois l’impression de se retrouver dans un jeu de plateau, quand on songe à certaines scènes comme l’attaque des revenants sur le bord de la route ou un combat contre les squelettes dans la grotte.
Cependant, on sent que ce roman constitue en fait le prologue à quelque chose de bien plus étoffé qui, on espère, saura par la suite se développer, sans pour autant écraser une intrigue de base qui devrait logiquement passer au premier plan.
Pour conclure, la lecture demeure plaisante pour peu que l’on adhère aux partis pris de l’auteur et nul doute que certains d’entre nous attendront la suite de pied ferme… mais, comme on le disait en entamant cette chronique, de roman de l’année, il n’est point question ici.

6.0/10

Discuter de Le Prince écorché sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :