Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Enigmes de l'aube > Le Premier Souffle


Le Premier Souffle

Tome 1 du cycle : Les Enigmes de l'aube
ISBN : 978-291914011-4
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Thomas C. Durand (Proposer une Biographie)

« Bonjour, c’est pour apprendre la magie. » L’homme filiforme se pencha par dessus le comptoir pour regarder la petite fille. Son air pincé la fit sourire. Le monsieur fronça les sourcils et Anyelle en fut encore plus enjouée. Elle n’était pas là pour rire, évidemment, alors elle retrouva son sérieux, sans que cela apaise beaucoup le grand monsieur tout maigre.
La petite Anyelle découvre qu’elle possède un don. Ce n’est pas une chose inhabituelle dans les Troyaumes, à ceci près que le don d’Anyelle, qui lui permet de renforcer la magie des autres, est de nature à causer des troubles et à attiser certaines convoitises. Pour sa propre sécurité, elle doit absolument apprendre à le maîtriser, et donc étudier la magie.
Seulement voilà : les écoles ne sont ouvertes qu’aux garçons. Commence un périple où Anyelle devra faire ses preuves et trouver sa voie. La tâche n’est pas mince pour une enfant dont le désir d’étudier ne semble résulter que d’une franche envie de faire ce qui lui est interdit.

Critique

Par Atanaheim, le 17/06/2013

Le Premier Souffle est le premier tome des Énigmes de l’Aube dont il donne tout de suite le ton décalé, un peu dans la veine de ce que Pratchett a l’habitude de nous livrer avec ses romans situés sur le Disque Monde.
Même si Thomas C. Durand n’a pas encore la plume du maître, il signe ici un volume plutôt réussi. L’humour “cour de récré” colle parfaitement à son personnage principal et la vérité sortant de la bouche des enfants, la satire de notre société n’est jamais bien loin. Celle-ci se cache aussi parfois au sein des nombreuses notes de bas de page par lesquelles l’auteur nous fait part de ses réflexions plus ou moins farfelues et acides.
Malheureusement, si quelques-unes sont vraiment bien senties, le recours à celles-ci est un peu trop généralisé et on en vient à regretter que certaines idées n’aient pas été intégrées directement dans la narration. On en nourrit une pointe de déception. On sent que l’auteur était capable de nous en faire une vraie tirade pour un de ses personnages mais qu’il a peut-être cédé à la facilité, à la rapidité. Le procédé aurait été mieux perçu s’il avait été moins récurrent dans le livre.
Encore plus handicapant pour Le Premier Souffle, les très nombreuses fautes de frappe qui émaillent le récit. C’est bien simple, il y en a pratiquement une toutes les 2-3 pages. Impardonnable ! L’éditeur frôle la faute professionnelle !
Cela dit, ne boudons pas notre plaisir. L’histoire est certes simple, mais certainement pas plus que celles de Rincevent et consorts. Elle est surtout très plaisante. On se surprend régulièrement, si ce n’est à rire, au moins à sourire. Les critiques des systèmes scolaires modernes (notamment celui des facultés américaines ou l’abandon récurrent des matières artistiques) par exemple sont bien vues et la plupart du temps amusantes. Et c’est bien là ce qu’on attendait de ce roman.

6.5/10

Discuter de Le Premier Souffle sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :