Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Artemis Fowl > Le Paradoxe du temps


Le Paradoxe du temps

Titre VO: The Time Paradox

Tome 6 du cycle : Artemis Fowl
ISBN : 978-207062302-0
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Eoin Colfer

Trous, gobelins, fées maléfiques… Artemis croit avoir déjà affronté les plus grands dangers. Mais sa mère tombe gravement malade. Pour trouver l’antidote qui la sauvera. il lui faut remonter le temps… Dans ce voyage d’un péril extrême. Artemis rencontre son pire ennemi. Et son pire ennemi, c’est lui ! Captivant, drôle, étourdissant, le sixième volume des aventures d’Artemis Fowl démontre une fois de plus l’extraordinaire talent d’Eoin Colfer !

Critique

Par Izareyael, le 30/08/2009

Grâce à l’influence bénéfique des fées, Artemis est désormais un gentil garçon, et le livre est à son image : voilà ce que l’on retiendrait si l’on souhaitait résumer grossièrement l’impression donnée par cette lecture.
En effet, le renouveau espéré à la fin du cinquième tome n’a pas lieu ; les seconds rôles du volume précédent n’apparaissent d’ailleurs que très peu, ou même pas du tout (on regrette particulièrement l’absence de Minerva, par exemple). Les différents protagonistes, au caractère figé, semblent désormais incapables de nous surprendre,  Artemis lui-même ayant perdu beaucoup de son intérêt en même temps que son machiavélisme et sa cupidité, il faut bien le dire ! De la même façon, les nouveaux grands méchants de l’épisode, incarnés par des humains extinctionnistes, font bien pâle figure après Opale Koboï et Minerva Paradizo et apparaissent comme une menace assez ridicule. Le manichéisme des situations, défaut récurrent de la série, est encore accentué par les messages moraux pleins de bons sentiments répétés avec insistance par l’auteur et le fait qu’Artemis se dresse face à un autre lui-même ne change rien à ce noir et blanc sans niveau de gris, car sa version plus jeune est bien éloignée du garçon froid et totalement insensible du début, une incohérence dont souffre l’intrigue à plusieurs reprises.
Heureusement, si l’on parvient à passer outre cet arrière-goût persistant de livre à but principalement commercial et un prétexte narratif plutôt capillotracté, ce sixième volume ne présente pas que des défauts. On découvre Artemis dans sa relation avec ses parents – en particulier sa mère, pour laquelle il se risque dans cette aventure – et dans les affres de la puberté, ce qui rend le personnage un peu moins monolithique qu’il a pu l’être jusque-là.
L’écriture d’Eoin Colfer, bien que moins personnelle que dans les premiers tomes, est toujours aussi enlevée. L’histoire elle-même est rapide et animée, avec son lot habituel d’humour, de situations désespérées et de rebondissements (plus ou moins prévisibles, certes !) s’enchaînant sans temps morts. Le dernier tiers du livre enfin, avec la réapparition de personnages bien connus du lecteur, redresse finalement la barre en relançant l’intérêt pour une dernière ligne droite – si l’on peut dire, étant donné les retournements de situation répétés – que l’on parcourt volontiers avec les héros.
En conclusion, nous dirons que la série poursuit malheureusement sa baisse qualitative, mais sans perdre tout intérêt pour autant. Ce sixième volume se lit facilement et on se surprend à garder encore espoir pour voir l’éventuelle suite trouver une ardeur nouvelle, car la fougue de l’auteur ne semble heureusement pas tout à fait disparue.
Précisons d’ailleurs que, si suite il y a, Colfer a annoncé ne pas avoir l’intention de l’écrire avant 2011. Espérons que ce délai lui permettra de faire mieux…

7.0/10

Discuter de Le Paradoxe du temps sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :