Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Rois-dragons > Le Palais adamantin


Le Palais adamantin

Titre VO: The Adamantine Palace

Tome 1 du cycle : Les Rois-dragons
ISBN : 978-275640232-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Stephen Deas

Ouvrage nominé au prix Elbakin.net 2010

Le Palais Adamantin se dresse au cœur d’un empire né sur les cendres d’un monde autrefois dominé par les dragons. La race des hommes faillit bien disparaître sous les crocs de ces êtres tyranniques, mais ils découvrirent un jour un procédé alchimique grâce auquel ils soumirent leurs prédateurs.
Les terribles créatures de jadis servent aujourd’hui de montures aux chevaliers impériaux et de monnaie d’échange dans le jeu de pouvoir auquel se livrent les grandes maisons aristocratiques. L’empire a prospéré, attirant bien des convoitises, comme celle de cet homme qui rêve de le diriger. Un homme prêt à empoisonner l’empereur comme il a empoisonné son propre père. Un homme prêt à assassiner sa maîtresse et à coucher avec la fille de cette dernière. Mais, bien qu’il l’ignore encore, des flammes vont lui barrer la route du pouvoir. Un dragon s’est échappé. Or, un dragon insoumis retrouve ses pleines capacités intellectuelles, toute sa fureur… À lui seul, il pourrait déjà bien causer la perte de l’empire.
Et il n’est pas seul…

Critique

Par Gillossen, le 24/12/2009

Saluons tout d’abord les efforts de Pygmalion pour nous proposer une parution française avec un décalage minimal par rapport à la version originale, parue également cette année chez nos camarades d’outre-Manche.
Et, au passage, voici encore l’un des candidats auto-proclamés (ou du moins, vendus comme tel par ces différents éditeurs…) au titre de sensation de l’année. Et il faut avouer que pour un premier roman, Stephen Deas ne manque pas de panache, sans pour autant signer un coup de maître.
On retrouve en tout cas la plupart des caractéristiques des ouvrages à la mode depuis quelques années : des chapitres courts et nerveux, des intrigues nombreuses, des personnages adeptes des niveaux de gris plutôt que du manichéisme… En plus, l’auteur se permet de remettre une fois de plus les dragons au centre de son intrigue, mais en y apportant une véritable touche personnelle. Dès lors, que demander de plus ?
Peut-être des personnages que l’on apprécie plus facilement, sans parler de les aimer vraiment. Mais il faut tout de même pouvoir s’y attacher un minimum, ce qui n’est pas toujours le cas ici, où tout le monde, ou presque, semble à couteaux tirés, voire prêt à toutes les bassesses. Peut-être la faute aussi à un ancrage pas assez travaillé dans un univers qui aurait sans doute gagné à se dévoiler un peu plus dès ce premier tome, sans donner l’impression d’être gardé en réserve pour plus tard. Certains éléments de l’ensemble auraient donc pu et même dû être améliorés, car ces manques sont d’autant plus regrettables que le roman reste de fort bonne tenue.
Le roman de Stephen Deas se révèle en effet plein de bonnes idées, souvent trépidant, et porté par une écriture sèche et nerveuse, qui ferait même oublier à quel point certains méchants sont souvent à la limite d’un comportement grand-guignolesque, pour ne pas dire plus.
Mais si vous cherchez un ouvrage fun et malgré tout souvent plus complexe qu’il n’y paraît une fois mis de côté ses rebondissements servant souvent d’écran de fumée, le tout relevé d’une pointe d’humour noir, Le Palais adamantin pourrait bien représenter le roman qu’il vous faut.
Ne l’oublions donc pas à l’heure des bilans de fin d’année.

7.0/10

Discuter de Le Palais adamantin sur le forum.