Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le Dernier des Francs


Le Dernier des Francs

ISBN : 978-161227105-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Michel Pagel

Ouvrage nominé au prix Elbakin.net 2012.

Quand Brennus meurt devant Alésia, après avoir assassiné Jules César, il ne sait pas qu’il vient de changer la face de l’Histoire. Huit siècles plus tard, un Empire celte unifié affronte toujours Rome. Sous couvert de son mariage avec la jeune Lirane, Lucius Antonius Tubero (“le bossu”) accompagne son oncle sénateur pour une mission secrète à Gergovie d’où dépendra la survie de l’Empire romain. Parmi les guerriers de leur escorte se trouve Alrik, LE DERNIER DES FRANCS.

Critique

Par Belgarion, le 15/06/2012

Une fois n’est pas coutume, je vais tout de suite mettre en avant le principal défaut du livre : il est trop court.
Michel Pagel nous offre ici une fresque uchronique des plus intéressantes, avec quatre empires qui se partagent le monde connu. Le point focal de divergence est ici la mort de Jules César devant Alésia qui entraîne la retraite des armées républicaines romaines et la création d’une nation celte unifiée face aux Parthes, aux Huns et aux Romains.
Au fur et à mesure de l’avancée du récit, ce monde nouveau et ses enjeux deviennent plus explicites, plus vivants, alors qu’une trame politique se met en place dans le sang et la trahison. Néanmoins, et c’est la force de l’auteur, l’intrigue générale n’apparaît que lentement. Comme nous, le héros Lucius Antonius Tubero se retrouve perdu et impuissant en pleine Gaule dans un maelström d’évènements qu’il doit comprendre pour espérer s’en sortir vivant. Néanmoins, il est dommage que ce roman soit si court, car l’univers intrigant n’est le plus souvent qu’esquissé et n’enrichit pas l’histoire d’une surabondance de références et de coutumes.
Outre l’aspect politique très réussi, Le Dernier des Francs se fait aussi remarquer par la qualité des personnages principaux et des relations personnelles entre ces personnages. Que ce soit Lucius Antonius Tubero, complexé par ses défauts physiques, le Franc Alrik qui porte les lambeaux de son peuple dans son esprit ou encore la Judéenne Lirane qui souffre des épreuves traversées, tous sont traités avec finesse et intuition au fil de l’histoire. Par moment, le roman se fait plus introspectif et délaisse l’action, pour permettre aux personnages d’évoluer. L’emploi d’une narration à la première personne renforce l’empathie pour les personnages. C’est donc l’histoire qui est ici au service des héros et non l’inverse, bien que ces derniers n’en saisissent ni les tenants ni les aboutissants.
Avec le style simple et percutant qui est le sien, Michel Pagel livre une très belle prestation avec un roman court, bien écrit et très prenant. Il nous démontre avec la précision d’un orfèvre qu’en quelques centaines de pages, avec des mots minutieusement choisis et une intrigue bien menée, on peut créer un roman de fantasy de grande classe sans avoir recours à d’innombrables « pavés ». Au vu du très bon niveau de ce roman, le lecteur peut cependant éprouver une légère frustration en imaginant ce qu’auraient donné quelques pages supplémentaires dans le cas présent.

7.0/10

Discuter de Le Dernier des Francs sur le forum.