Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Prince du néant > Le Chant des sorciers


Le Chant des sorciers

Titre VO: The Thousandfold Thought

Tome 3 du cycle : Le Prince du néant
ISBN : 978-226508791-0
Catégorie : Aucune
Auteur : R. Scott Bakker

Anasûrimbor Kellhus, le guerrier prophète, est admiré et craint de tous car ses pouvoirs sont les seuls à rivaliser avec ceux de la Consulte, la créature des sorciers. Achamian demeure son proche conseiller même si Esmenet, son amour de toujours, a finalement épousé le prophète.
 Le destin de Kellhus est sur le point de s’accomplir, au cœur de la Guerre Sainte. Parviendra-t-il enfin à atteindre la ville de Simeh et à rejoindre son père ? La Seconde Apocalypse laissera-t-elle des survivants pour raconter son histoire ou verra-t-elle la fin de la civilisation ?

Critique

Par Gillossen, le 03/11/2009

Voilà enfin la conclusion d’une trilogie qui heureusement ne nous aura pas fait attendre aussi longtemps entre ses tomes 2 et 3 qu’entre le 1er et le 2ème !
Et il faut bien avouer que c’est un élément essentiel pour pouvoir se replonger dans l’univers foisonnant de l’auteur sans avoir en permanence un œil sur un glossaire encyclopédique de plus de 100 pages, qui a parfois de quoi donner le vertige.
Mais comment ne pas s’incliner devant R. Scott Bakker comme les nations devant Anasûrimbor Kellhus, le guerrier prophète qui semble devoir triompher de tous les obstacles ? Dans la droite ligne du tome précédent, l’auteur nous livre en effet l’un des romans fantasy les plus étourdissants de l’année.
On se souvient d’un auteur célèbre qui prétend ne pas écrire de fantasy mais s’en servir uniquement comme cadre pour donner libre cours à l’histoire et aux considérations philosophiques qu’il a envie de mettre en scène. Il n’est pas interdit de ricaner à l’idée de le comparer à Bakker, qui lui aussi cherche à nous emporter dans une bataille d’idées, sans pour autant renier l’importance de son univers et de ses personnages, loin de n’être que de simples marionnettes à la merci de leur créateur.
Mais à la merci de l’Apocalypse, oui ! Une fois encore avec cette trilogie, rarement la tension et le désespoir auront été aussi intenses, presque palpables par instants. Chaque personnage, y compris les seconds rôles, aurait pu devenir le point central d’un roman, chaque entrée du glossaire, à de rares exceptions près bien sûr, semble être capable de générer un ouvrage entier, chaque concept illustré avec maestria par l’auteur donne immanquablement à réfléchir sans pour autant nous arrêter net au cours de notre lecture, ce qui aurait pu facilement casser le rythme soutenu du roman…
Certes, le duel monstrueux – dans tous les sens du terme… - entre le soi-disant Messie et son père, l’un des nombreux moments de bravoure du roman, n’évite pas quelques méandres, mais difficile de jeter la pierre à l’auteur. Un auteur qui prend certainement de temps à autre en défaut notre vigilance de chroniqueur en jouant la carte d’une maîtrise et d’une érudition sans concession mais capable sans doute de susciter plus que de la sympathie ou de l’admiration, mais tout simplement ce sentiment si difficile à retranscrire en français : le « awe » anglais.
Mais au-delà de toutes ces considérations d’aspiration intellectuelle, à défaut d’en avoir la prétention, impossible de nier que l’on tient là un représentant de la fantasy épique tendance « dark » dans ce qu’elle peut avoir de plus stimulant.
En espérant avoir bien entendu droit un jour à la suite sans passer par l’import !

9.0/10

Discuter de Le Chant des sorciers sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :