Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Prophétionnel > La Théorie du bouclier


La Théorie du bouclier

Tome 1 du cycle : Le Prophétionnel
ISBN : 978-291562115-0
Catégorie : Aucune
Auteur : Pierre Grimbert

Le royaume connaît une paix et un bonheur inégalés depuis des siècles, et il semble que cela doive durer encore de nombreuses années…
C’est une véritable catastrophe !
Pour le bon chevalier Ulser de Brise-Camail, en tout cas. Sa seule chance d’épouser la belle Migrene est d’accomplir un exploit ; mais les grands de ce monde n’ont aucune quête à lui confier ! Depuis la mort du dernier nécromancien, même les dragons évitent de dire un mot plus haut que l’autre. Les Horckques regardent pousser les patates, et les dieux chaotiques-mauvais se tapent une sieste récupératrice…
Malgré tout décidé à agir, Ulser va demander conseil à une sorcière aux pouvoirs aussi grands que ses appétits politiquement incorrects. Il y aurait bien quelque chose à faire, oui… Un exploit formidable, peut-être… mais peut-on vraiment sauver le monde, quand celui-ci n’est pas en danger ?

Critique

Par Gillossen, le 10/07/2007

Pierre Grimbert nous revient en cette fin d’année, non pas avec une troisième partie à son Cycle de Ji, préquelle ou nouvelle suite par exemple, mais bien un roman original, et gentiment parodique.
Passées les deux premières pages qui nous donnent l’impression d’être tombé sur un roman médiéval au ton tout de même très décalé par rapport à un Chrétien de Troyes, le lecteur retrouve un vocabulaire et des tournures de phrases plus contemporaines, mais tout aussi humoristiques que l’entrée en matière le suggérait.
Le but est simple, parodier les clichés de l’heroïc fantasy : guerrier un peu bête, magiciens aigris, aventurière plantureuse, quête destinée à sauver le monde, constitution d’un groupe de “héros”… Tout y passe ! Grimbert passe ses figures imposées à la moulinette, mais comme nous le soulignions plus haut, jamais méchamment. On sent le respect et l’affection que l’auteur porte à ce sous-genre balisé.
Évitant le plus souvent de tomber dans la parodie grasse et vulgaire au fil de courts chapitres souvent mouvementés, nous voilà à tourner les pages à un rythme plutôt nonchalant, mais pas désagréable. Il faut dire que l’auteur semble à l’aise et prend donc son temps.
Au final, on pourra considérer sans doute ce roman comme léger, peut-être pas assez féroce pour faire réfléchir à tout le moins sur cette question des clichés, mais sourire sans moquerie et passer un bon moment en compagnie d’Ulser et sa troupe !

7.0/10

Discuter de La Théorie du bouclier sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :