Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Magyk > La Reine maudite


La Reine maudite

Titre VO: Physik

Tome 3 du cycle : Magyk
ISBN : 978-222617789-6
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Angie Sage

Lorsque Sileas Heap lève le sceau conduisant à une pièce oubliée du palais, il libère par là même le fantome d’une Reine vivant cinq cents ans plus tôt. La Reine Etheldredda est aussi désagréable morte que vivante, et toujours prête à faire le mal. Son plan diabolique pour acquérir la vie éternelle demande la participation de Jenna, la disparition de Septimus et tout le talent de son fils, Marcellus Pye, un célèbre Alchimiste et Guérisseur.
Septimus est transporté 500 ans dans le passé pour devenir l’apprenti de Marcellus, ainsi que pour mettre au point une potion qui aidera la Reine Etheldredda dans son horrible quête. Septimus pourra t-il découvrir un moyen de rentrer chez lui, ou sera t-il condamné à rester prisonnier du Temps à tout jamais ?

Critique

Par Luigi Brosse, le 29/05/2008

La déception s’installe de plus en plus en ce qui concerne cette série. Eh oui, on ne parle même plus de la triologie originelle, Septimus Heap est devenue une série jeunesse. Cela résume beaucoup de choses. L’auteur semble à présent vouloir tirer le plus longtemps sur la corde (comprennez écrire le plus grand nombre de livres possible) avant que les fans déçus ne se dirigent vers des lectures plus intéressantes.
Cela commence par le scénario qui peine (quel euphémisme) à s’installer. Un point sur lequel pourtant le premier tome était cité en exemple vu la rapidité à laquelle on plongeait dans l’histoire. Ce n’est pas le cas ici, les choses sérieuses ne commencent vraiment à devenir intéressantes que vers le milieu du tome. On a parfois l’impression que l’auteur délaie sa prose un peu à la façon d’une soupe allongée d’eau. De nombreux passages n’ont aucune influence sur la suite du récit et pourraient tout simplement être sautés sans conséquence aucune. Le résultat se révèle fade avec seulement quelques morceaux réellement croustillants.
C’est d’ailleurs lors de ces passages que l’on réalise ce que l’on a perdu. Angie Sage sait comment rendre des personnages vivants, drôles, humains. Elle l’a prouvé précédemment, et le montre encore parfois. Pourquoi se contente-t-elle alors bien souvent du minimum ? A la rigueur on peut comprendre que les personnages n’évoluent que peu, sachant qu’ils avaient été bien développés au cours des tomes précédents. Mais alors, si l’on définit leur caractère d’une certaine façon, pourquoi soudain leurs actions prennent le contre pied de leurs convictions ? Cette absence de cohérence pénalise vraiment l’intérêt de la lecture, surtout quand en plus, on sent que l’auteur manipule les fils de ses marionnettes uniquement dans le but de laisser de la place pour les tomes successifs.
Le rire (ou plutôt les situations / personnages cocasses) étaient un ressort fonctionnant bien précédemment. Le manque là aussi se fait cruellement sentir, beaucoup de situations sentent le réchauffé des tomes précédents. Et quand ce n’est pas ça, Angie Sage nous les ressort plusieurs fois au cours de ce seul tome (les crottes de dragon, les “blagues” de Sire Hereward…). Il est triste de voir que l’auteur semble avoir épuisé sa réserve de verve comique.
Bref, heureusement que la couverture ainsi que les magnifiques illustrations ont été conservées. Ce tome est sinon peu intéressant. La seule exception à ce constat est l’évolution de Septimus. Sa rencontre avec Marcellus le mûrit, il s’étoffe dans son rôle de magicien. On peut alors se demander si ce tome est à voir comme une transition (ce qui n’excuse pas ses défauts) ou bien si l’auteur va continuer sur cette voie. Le sort en sera définitivement jeté au prochaine volume.

5.5/10

Discuter de La Reine maudite sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :