Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Pierre de songe > La Pierre de songe


La Pierre de songe

Titre VO: Dream Stone

Tome 2 du cycle : La Pierre de songe
ISBN : 978-228301886-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Glenna McReynold

Après une bataille cataclysmique, les maîtres légitimes de Carn Merioneth ont repris possession de l’ancien fort, et libéré les pryf - larves de dragons - de leur prison souterraine. Mais pour Mychael ab Arawn, fils du seigneur défunt du Merioneth, il n’y a pas de paix après la victoire. Renonçant à ses voeux de moine après une terrible vision, il se met en quête des dragons qui l’ont appelé à un autre genre de mission. Il parcourt alors un inquiétant labyrinthe de tunnels et de grottes.
Cependant, Rhuddlan, chef des elfes du clan Sorbier, veut rester le Seigneur des Dragons et se méfie des ambitions du moine défroqué. Madron, elle fille d’un druide et experte en magie, veut utiliser Mychael à ses fins et faire de lui un grand prêtre druide.
Seule Llyna, femme elfe charmeuse et redoutable guerrière, suit Mychael sur son périlleux chemin pour s’acquitter d’une obscure dette d’honneur. Avec lui, elle sonde les mystères des bas-fonds souterrains et de la Porte du Temps. Malgré son attrait pour elle, puis puissant encore que le feu de dragon qui l’embrase, Mychael refuse d’accompagner Llyna dans sa folle entreprise, car il est certain d’y trouver la mort et non l’honneur.
Une monstrueuse armée des ombres - homme-araignées, elfes dégénérés, brutes nauséabondes - guette dans les souterrains. En accord avec une prophétie, Mychael et Llyna se décident à combattre ensemble les forces malignes, trouver l’épée magique et faire venir les dragons pour faire face à Dharkkum, tourbillon noir qui menace d’emporter tous et tout dans une nuit sans fin.

Critique

Par Belgarion, le 02/07/2006

Ce livre imprégné de senteurs celtiques nous emmène dans une pseudo-contrée galloise, où les hommes cohabitent pacifiquement avec les tylwith tegs, les êtres féeriques. Cependant, le monde des hommes est ici très peu évoqué pour centrer le récit sur la lutte acharnée entre plusieurs peuples féeriques habitant dans le Merioneth. Les tensions savamment dosées atteignent rapidement un point de non retour et le récit va alors nous enmener dans les bois lumineux des liosalfars, les cavernes oppressantes des dockalfars et des skraelings ainsi que le gouffre insondable du Passage Temporel entre les Mondes.
A ce fond de guerre sous jacente empreinte de poésie et de mélancolie, l’auteur a ajouté une très belle histoire d’amour qui constitue l’un des gros points forts de ce roman. Sans verser dans le mièvre et le sentimentalisme excessif, Glenna MacReynolds a su créer une histoire touchante entre deux personnages complexes et intrigants, au passé trouble, que sont l’humain Michael Ab Arawn et l’elfe Llyna du clan du Sorbier. Les autres personnages complétant ce tableau conservent eux aussi une part de mystère et évitent tout manichéisme excessif. Cependant, il est dommage que l’auteur n’ait pas plus approfondi les coutumes et la mentalité des autres peuples, car en ne se centrant que sur les liosalfars le livre ne peut prétendre à l’objectivité, ce qui réduit l’impact des passages sur les skraelings et les dockalfars. En effet, en ne connaissant qu’un seul côté dans le conflit, il nous est difficile de nous intéresser au sort des autres peuples, bien que ce parti pris de l’auteur soit justifié par l’histoire d’amour entre les deux héros principaux.
Ce manque d’approfondissement constitue sans doute le principal reproche de ce livre de 400 pages qui met en place un monde très riche où il y aurait beaucoup à dire, mais qui ne peut qu’en donner un bref aperçu, notamment quant à l’Histoire, en un laps de lecture si court.
Enfin, je soulignerai qu’il ne faut pas se fier à l’illustration de couverture, aussi enfantine qu’hideuse, car ce roman n’est pas non plus à remettre entre toutes les mains avec des scènes parfois assez violentes et surtout des passages d’une grande sensualité.
Que dire pour conclure si ce n’est que le récit est très agréable à lire, avec des personnages attachants, des combats intelligement mis en valeur et une belle histoire d’amour. Sans pouvoir non plus être qualifiée de complexe, l’histoire qui nous tient en haleine tout du long n’est pas oubliée de sitôt, même s’il ne s’agit pas d’un chef-d’oeuvre intemporel. C’est donc un bon livre pour les amateurs d’ambiance celtique et féerique.

7.0/10

Discuter de La Pierre de songe sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :